Jadwiga Dąbrowska

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jadwiga H. Dąbrowska
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Famille
Dąbrowski blason Radwan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père

Jadwiga Dąbrowska (blason Radwan), née le à Poznań, morte le à Paris[1], est une philologue romaniste, femme de lettres, poète, traductrice, journaliste polonaise et militante de la diaspora polonaise en France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance (1931-1945)[modifier | modifier le code]

Jadwiga H. Dąbrowska est née le au 31 rue Mickiewicz à Jeżyce, Poznań (en) dans une famille de militants pour l'indépendance, le professeur Stefan Tytus Dąbrowski (1877-1947), recteur de l'université de Poznań et son épouse philologue Zofia née Żółtowska d'Ogończyk (1887-1975)[1]. À partir de 1934, ils habitent à Stary Puszczykowo. Au début du mois de , ils se rendent à Niechanowo, puis le sur le territoire du Gouvernement général de Pologne occupée. Ils résident ensuite à Nawojowa, Szczawnica, Ropa, Dobra, Bielice et Wilkowice. Ils rentrent à Poznań le [2].

La vie en Pologne communiste (1945-1981)[modifier | modifier le code]

En 1947, elle commence sa scolarité au lycée religieux de Polska Wieś, près de Pobiedziska. En 1950, elle commence des études d'allemand à l'Université de Poznań, mais au bout d'un an, elle obtient un transfert à l'Université Jagellonne de Cracovie pour y étudier le français. À compter du , elle est engagée comme assistante au département de linguistique appliquée de l'Université Adam-Mickiewicz puis, à partir de 1969, à l'Institut de philologie romane de la même université. Le , elle soutient sa thèse de doctorat intitulée Structures de l'interrogation directe en français et en espagnol de nos jours (Ossolineum) rédigée sous la direction du professeur Stanisław Gniadek (pl). De 1973 à 1977, elle enseigne la linguistique à l'Université de Silésie (Institut de philologie étrangère). Elle passe ensuite à l'École supérieure de pédagogie de Cracovie[2].

Activités en France (1981-2015)[modifier | modifier le code]

En automne 1981, elle se rend à Paris pour passer un DEA à la Sorbonne (1983). À la suite de la proclamation de la loi martiale en Pologne, elle s'engage au sein de l'émigration polonaise en France, notamment en enseignant le français aux enfants. Elle occupe des fonctions dans les associations Éditions Casimir-Le-Grand (1992-2003) et Les Amis de CK Norwid (depuis 2008). En 1996, elle est cofondatrice du mensuel culturel et social Teczka (en collaboration avec Bogdan Dobosz). Elle était également membre de l'Association polonaise des écrivains, journalistes et traducteurs d'Europe et de l'Association des écrivains polonais en exil (dont le siège est à Londres).

Au cours de son séjour à Paris (1986-1991), elle publie quatre recueils de poésie, en polonais et en français : Zaułek pełen ptaków (1986), Pogranicze / Confins (1987), Wiersze nieobecne / Poèmes de l'Absence (1988) et Liczenie Gwiazd / Le Compte-Étoiles (1991). En 2009, elle publie un autre volume à Łódź : Zbiory.

Elle est enterrée au cimetière de Puszczykowo (pl) le [2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jadwiga Dąbrowska h. Radwan w Wielkiej Genealogii de Marek Minakowski (pl) [consulté le 2016-09-26]
  2. a b et c Danuta Płygawko, Zostawiając po sobie ślad wyraźny, in: Winieta - pismo Biblioteki Raczyńskich, 1(68)/2015, s.10, ISSN 1509-6343

Liens externes[modifier | modifier le code]