Jacques-Nicolas de Fleuriot de La Freulière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fleuriot.
Jacques-Nicolas de Fleuriot de La Freulière
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
OudonVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
Conflit
Distinction

Jacques-Nicolas de Fleuriot de La Freulière, né le et mort le dans sa propriété d'Omblepied à Oudon, est un militaire français connu pour sa participation à la guerre de Vendée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant 1789, il sert dans l'armée royale, atteignant le grade de capitaine de cavalerie en 1780. Fait chevalier de Saint-Louis, il est nommé maréchal des logis aux gardes du corps du roi en 1785. Lorsque la guerre de Vendée éclate en mars 1793, il rejoint rapidement le camp des insurgés, où il devient le second de Charles de Bonchamps. Après la mort de celui-ci, il combat sous les ordres de Stofflet. Il participe ensuite à la Virée de Galerne.

En décembre 1793, après la traversée de la Loire à Ancenis de La Rochejaquelein et de Stofflet, les Blancs se retrouvent coupés de leurs chefs. Fleuriot, préféré au Prince de Talmont, prend la tête de ce qui reste de l'armée vendéenne. Il la conduit à Blain puis à Savenay, où les républicains les rattrapent et les massacrent lors de la bataille de Savenay. Fleuriot parvient à échapper au massacre, à traverser la Loire et à rejoindre l'armée de Charette. Ayant rejoint Charette, il entre dans son armée.

Il est présent à la signature du traité de La Jaunaye en février 1795. Contrairement à son chef, il survit à la suite de la guerre et meurt sous la Restauration en 1824.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Louis Chassin (1831-1901) La Vendée patriote, 1793-1795. Tome 3, page 436. (édité par impr. de P. Dupont, Paris, 1892)
  • Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle, Vol 18 (https://archive.org/stream/dictionnairedesf18chai#page/198/mode/2up)
  • M. du Plessis, « Le dernier Généralissime de la Grande Armée Catholique et Royale de Vendée Jacques Nicolas de Fleuriot de La Freulière », dans Bulletin de la Société d'archéologie et Historique de Nantes et de la Loire-Inférieure, t. 67,