Jacques Lavigne (philosophe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Lavigne et Lavigne.
Jacques Lavigne
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Jacques Lavigne (1919 - Montréal, [1]) est un philosophe canadien.

Auteur de L'Inquiétude humaine, il est parfois considéré comme le premier philosophe de la modernité à voir le jour au Québec.

Perception du réel[modifier | modifier le code]

Lavigne pose une question majeure, qu’il travaille de différentes manières dans son œuvre, soit la capacité de l’homme à atteindre ce qu’il appelle l'authenticité. Lavigne entend par ce terme une vision juste et objective des émotions que nous éprouvons et des faits qui nous sont extérieurs.

Dans L'inquiétude humaine, Lavigne aborde la question du réel, compris comme transcendance jamais totalement accessible. En démontrant que la finitude est une condition indépassable de l’humanité, Lavigne tente de faire ressortir une manière d’être au monde qui serait naturelle et, surtout, idéale pour le sujet.

Pour Lavigne, il n’y a d’accès au réel que par une médiation symbolique (comprise comme œuvre; par exemple, la philosophie, la science et l'art sont différentes formes de médiations symboliques, qui cherchent à expliquer le réel en lui donnant un sens). La médiation symbolique est le lieu où se manifeste le réel, mais sans jamais se confondre avec lui. En ce sens, le réel est inaccessible dans sa totalité, il reste toujours à l’horizon de la médiation symbolique. La médiation symbolique, qui permet un accès au réel, demande au sujet un effort d’interprétation et de décryptage. Puisque le réel ne peut jamais être saisi parfaitement, l’effort pour donner une signification au réel par l’intermédiaire de la médiation symbolique mène alors à une nouvelle médiation symbolique, qui ouvre sur de nouvelles interprétations. Ainsi, l'effort d'interprétation est une posture à jamais indépassable.

Ce que Lavigne remarque, c'est que le sujet, plutôt que d'assumer son inquiétude fondamentale (état de quête et d'effort, mais état qui permet l'action lucide), se conforte dans l'illusion d'avoir surpassé ce transcendant.

Dans L'objectivité, Lavigne cherche à comprendre les mécanismes d'institution du sujet. Pour le dire autrement, il tente de cerner la relation fondamentale qui unit le sujet à son environnement et qui, au travers de cette union, le fait advenir à la fois comme sujet singulier et comme sujet d'un social historique précis. Il en vient à conclure que, pour être capable d’objectivité, le sujet doit pouvoir pratiquer l’activité philosophique, entendue chez lui comme une franche interrogation du réel à partir de nos affects, sans que ceux-ci viennent biaiser le rapport que nous entretenons avec le réel en le déformant. Lavigne remarque qu’en général, c’est plutôt le contraire qui se produit. Les hommes, incapables de s’engager dans l’activité philosophique entendue en ce sens, s’enferment dans l’idéologie. Ils se réfugient dans des réponses qui conviennent à leurs désirs, à leurs affects, en se coupant du réel et en cessant de l’interroger ; ils coupent le pont entre eux et le réel qu’établissait l’activité philosophique en s’enfermant dans leurs affects et en interprétant le réel selon ce qu’ils désirent y trouver.

L’idée, soit la rencontre du signifiant et du signifié (Lavigne s'inspire de Ferdinand de Saussure), n’est plus l’incarnation de la coopération et de la fusion entre l’intelligence et les affects, où les seconds constituent le support de la compréhension que vise la première. Plutôt, le rapport entre l’intelligence et les affects s’inversent : les affects, au lieu d’être le support de l’intelligence afin d’en arriver à une appropriation singulière du signifié, deviennent le moteur de l’analyse et de l’interprétation du concept, tandis que l’intelligence n’est plus que le support des affects. L’idée incarnée peut donc sembler cohérente au niveau du discours et des apparences ; pourtant, elle a été façonnée univoquement par les pulsions, les instincts et les désirs du sujet, c’est-à-dire par ce qu’il souhaitait trouver dans le réel et non par ce que le réel a provoqué en lui pour qu’il en arrive à une compréhension des choses. « Aussi bien lorsqu’il y a une trop forte dose de symbolisme dans une conscience, on peut déjà y lire les indices d’un symptôme ou d’un état anormal. La réalité, alors, ne sert qu’à porter les projections du sujet qui s’y meut : sa volonté de puissance ; ses agressivités ; l’image qu’il se fait de lui-même dont son être véritable n’est que le simulacre. » (L'objectivité, p. 22).

Ouvrages et textes publiés[modifier | modifier le code]

L’ouvrage majeur de Jacques Lavigne, L’inquiétude humaine, fut édité en Europe dans la collection Philosophie de l’Esprit chez Aubier-Montaigne. Il est important de ne pas confondre avec la collection Esprit du même éditeur. La collection Philosophie de l’Esprit fut fondée par Louis Lavelle et René Le Senne en 1934. André A. Devaux en a fait l’histoire sous le titre Naissance et essor de la collection Philosophie de l'Esprit (1934-1984) dans la Revue de l'Institut catholique de Paris, 1986, no18, p. 5-23. La collection Esprit fondée en 1932 fut publiée initialement chez Aubier, puis chez Gallimard et finalement en 1945 au Seuil. Le philosophe personnaliste Emmanuel Mounier sera non seulement directeur de la collection mais aussi de la revue Esprit. Il n’y a donc aucun lien direct entre la collection Philosophie de l’Esprit et Mounier ou son personnalisme.

  • L’automne et le paresseux, Brébeuf, vol. 3, no 4,20 novembre 1935, p. 2-3.
  • Le Plafond de la Sixtine !, Brébeuf, vol. 4, nos 19-20-21-22, 18 juin 1937, p. 14.
  • La Sociabilité, Brébeuf, vol. 6, no 3, 3 déco 1938, p. 8.
  • Pêcheurs de Gaspésie, La Mauricienne, vol. 3. no 3, mars 1939, p. 15
  • La Gaspésie, extrai, Brébeuf, vol. 6, no 8, 17 mai 1939 p. 7.
  • Racine et l’humanisme ou le Racine des hommes d’affaires, Brébeuf, vol. 6, no 8, I7 mai 1939, p. 5,
  • Vivre grand, Brébeuf, vol. 6. no 8, 17 mai 1939, p. 8.
  • À la mémoire de mon ami…, Brébeuf, vol. 7, no 1, 7 oct. 1939, p. 2.
  • Propos de printemps, Brébeuf, vol. 7, no. 6, 23 mars 1940, p. 1.
  • Conseils aux finissants, Brébeuf, vol. 7, nos 8-9, 12 juin 1940 p. 8-9.
  • Écritures, Brébeuf, vol. 8, no 1, 28 septembre 1940, p. 2.
  • Le Verbe en moi, Brébeuf, vol. 8, no 2, 30 oct. 1940, p. 2.
  • Divagations sur l’art, Brébeuf, vol. 8, no 3, 22 novembre 1940, p. 2.
  • La jeunesse et le sourire, Brébeuf, vol. 8, no 4, 21 décembre 1940, p. 2.
  • L’âme de la jeune fille, Brébeuf. vol. 8, no 6, 19 mars 1941, p. 2.
  • Les Penseurs et les Faiseurs, Brébeuf, vol. 8, no 7, 25 avril 1941, p. 6.
  • Note du Rédacteur en chef, Brébeuf, vol. 8, no 8, 29 mai 1941, p. 7.
  • D’un élève aux Anciens, Brébeuf, vol. 8, no 8, 29 mai 1941, p. 7.
  • Les finissants, Brébeuf, vol. 8, no 9, 19 juin 1941, p. 3.
  • A la mémoire de Claude Bernard, Brébeuf, vol. 9, no 3, 24 novembre 1941, p. 11,
  • Le philosophe peut-il être un homme ?, Amérique française, 2e année, t. 2, no 3, novembre 1942, p. 24-5.
  • Le monde a-t-il des principes ?, Amérique française, 2e année, t. 2, no 4, janvier 1943, p. 19-21 ; 2e partie, no 5, février 1943, p. 5-8.
  • La transcendance est-elle réelle ?, Amérique française, 2e année, t. 2, no 7, avril 1943, p. 35-46.
  • Exigences, Amérique française, 3e année, no 17, novembre 1943, p. 1-3.
  • Philosophie, Le Quartier latin, vol. 26, no 20, 24 mars 1944, p. 9. Repris dans Amérique française, 3e année, no 21, mai 1944, p. 17-21.
  • Les Penseurs et les Faiseurs, Le Quartier latin, vol. 27, no 10, 7 décembre 1944, p. 4. Reprise du texte publié dans Brébeuf, le 25 avril 1941.
  • À un jeune penseur: les exigences du métier de philosophe, Le Quartier latin, vol. 27, no 14, 2 février 1945, p. 8.
  • Picrochole, Brébeuf, vol. 12, no 10, 26 mai 1945, p. 10,
  • Mission d’une faculté de philosophie, Amérique française, 5e année, no 5, mai 1946, p. 10-4.
  • Jeunes devant la profession, Jeunesse canadienne, vol. 12, no 8, décembre 1947, p. 5.
  • Communisme et esprit chrétien, Le Quartier latin, vol. 32, no 39, 17 mars 1950, p. 1.
  • Laïcisme et laïcat, Le rôle des laïcs dans l’Église, Carrefour 1951, Montréal, Fides, 1952, p. 151-7.
  • Les intellectuels catholiques à la recherche d’une culture nationale, Pax Romana, Fribourg-Suisse, no 1-2, février 1952, p. 2 et 4.
  • Le Centre catholique des intellectuels canadiens, Le Quartier latin, vol. 34, no 38, 14 mars 1952, p. 4.
  • La vie universitaire, Mission de l’université - Carrefour 1952, Montréal, Centre catholique des Intellectuels canadiens, 1952, p. 28-34.
  • L’inquiétude humaine, Paris, Aubier, Éditions Montaigne, 1953, 230 p., « Philosophie de l’esprit».
  • Propos sur l’amour, L’École des parents, vol. 5, no 5, mai 1954, p. 3-5.
  • La Figure du monde, Mélanges sur les humanités, publication du collège Jean-de-Brébeuf, Montréal, Québec/Paris, Presses Universitaires Laval/Librairie J. Vrin, 1954, p. 133-51.
  • Sclérose de notre pensée créatrice, Le Quartier latin, vol. 37, no 22, 3 mars 1955, p. 7.
  • Une tentation chère aux professeurs, Le Quartier latin, vol. 37, no 22, 3 mars 1955, p. 8.
  • Réponse à Que pensez-vous de la culture des étudiants ?, Le Quartier latin, vol. 37, no 22, 3 mars 1955, p. 6.
  • Réponse à Les professeurs ont-ils une culture suffisante ?, Le Quartier latin, vol. 37, no 22, 3 mars 1955, p. 7.
  • Réponse à Le professeur doit-il se lancer dans l’action sociale, culturelle ou politique ?, Le Quartier latin, vol. 37, no 22, 3 mars 1955, p. 8.
  • Réponse à Avons-nous une liberté de pensée ?, Le Quartier latin, vol. 37, no 2, 3 mars 1955, p. 12.
  • Notre vie intellectuelle est-elle authentique ?, Le Devoir, vol. 47, no 274, 22 novembre 1956, p. 17.
  • Les fonctions et les racines psychiques de l’activité philosophique, texte d’une conférence prononcée au tout début des années soixante, à la télévision de Radio-Canada, Dans : Jacques Beaudry, Autour de Jacques Lavigne, philosophe, Éditions du bien public, 1985, 168p., cf. p. 132-149.
  • L’objectivité, ses conditions instinctuelles et affectives, Montréal, Leméac, 1971, 256 p., « Recherches sur l’homme ».
  • Réponse de Jacques Lavigne, professeur au Cegep de Valleyfield, Matériaux pour l’histoire des institutions universitaires de philosophie au Québec, Québec, Institut supérieur des sciences humaines, Université Laval, 1976, t. 2, p. 92-3, « Cahiers de 1’1.S.S.H. - Études sur le Québec », 4
  • L’enseignement de la philosophie dans les cegeps, Le Devoir, vol. 69, no 71, 28 mars 1978, p. 4.
  • La philosophie dans les cegeps, Le Devoir, vol. 69, no 77, 4 avril 1978, p. 5.
  • Poste-face au texte Philosophie (1980) », dans : Jacques Beaudry, Autour de Jacques Lavigne, Philosophe, Éditions du bien public, Trois-Rivières, 1985, 168p., cf. p. 82-84 avec la note suivante :« Le 8 décembre 1980, j’adressais à Jacques Lavigne une première lettre dans laquelle je lui demandais de faire une relecture de son article «Philosophie », écrit en 1944, et de noter ce que lui inspirait, aujourd’hui, avec le chemin parcouru, ce texte toujours vivant. C’est un extrait de sa réponse datée du 20 décembre suivant, qui est reproduit ici.»
  • Jacques Lavigne, entrevue réalisée par Jean Larose et reproduite dans La Philosophie existe-t-elle au Québec ?, Montréal, Maison de Radio-Canada - Service des transcriptions et dérivés de la radio, 1981, p. 1-12. (Textes d'une série de cinq émissions radiodiffusées, réalisation par Fernand Ouellette, animation par Jean Larose, présentées dans le cadre d' "Actuelles", au réseau français FM de Radio-Canada, du 30 nov. au 4 décembre 1981.)
  • Fonction de l’activité philosophique dans la conquête de l’objectivité à l’adolescence, conférence prononcée au Collège de Valleyfield le 1er décembre 1983, in LE JEUNE ET L’ACTIVITÉ PHILOSOPHIQUE, Valleyfield, Département de philosophie du Collège de Valleyfield, 1984, 29 p., « Conférences publiques ». [102, L411j]
  • Entretien avec Jacques Lavigne, par MADORE, Ghislain et RENAUD, Jean in Le beffroi, no 4, décembre 1987, p. 81-96.
  • Philosophie et psychothérapie, Essai de justification expérimentale de la validité et de la nécessité de l'activité philosophique, Canada, Édition du beffroi, 1987, 300 p.
  • L’inquiétude aux aguets : entretien avec Jacques Lavigne, par Bernard LaRivière, dans : La libre pensée québécoise*, no double 14-15, 1991, p. 8-10.
  • L’enseignement de la philosophie aujourd’hui, Chapitre I, Extrait d’un livre en préparation de Jacques Lavigne », in La libre pensée québécoise*, no double 14-15, 1991, p. 28-32.
  • ''Dossier Jacques Lavigne (avec des articles de Bernard Larivière, Marc Chabot, Pierre Vadeboncœur, Robert Hébert, André Vidricaire, Rosaire Chénard, Jacques Cuerrier, Jacques Beaudry et un inédit de Jacques Lavigne), La libre pensée québécoise, no double 14-15, 1991, p. 7-32.

Sur Jacques Lavigne[modifier | modifier le code]

1939, « Jacques Lavigne président » in Brébeuf, vol. 6, no 8, 17 mai 1939, p. 8.

1941, « Jacques Lavigne » in Brébeuf, vol. 8, no 9, 19 juin 1941, p. 5.

1951, « Conférence de M. Lavigne » in Le Quartier latin, vol. 34, no 21, 11 décembre 1951, p. 2.

1952, « Cours de culture philosophique » in Le Quartier latin, vol. 35, no 7, 30 oct. 1952, p. 4.

1953,

  • « Philosophie de l’esprit — Jacques Lavigne, professeur à l’Université de Montréal - L’inquiétude humaine. » in L’Ami du Clergé, Langres, 63e année, 7e série, no 43, 22 oct. 1953, p. 645-646.
  • « 118-Lavigne, Jacques » in Bulletin bibliographique de la Société des écrivains canadiens, Montréal, Éditions de la S.E.C., 1953, p. 47.
  • COLLIN, W.E., « Publications in french», in point 6 de « Letters in Canada: 1953 », in MACGILLIVRAY, J.R., éd., University of Toronto Quarterly, vol. 23, no 3, avril 1954, p. 305-32.
  • D’ANJOU, Marie-Joseph, s.j., « Jacques Lavigne: L’inquiétude humaine » in Relations, l3e année, no 151, juillet 1953, p. 198.
  • FILIATRAULT, Jean, « L’inquiétude humaine de Jacques Lavigne » in Notre Temps, vol. 8, no 35, 27 juin 1953, p. 3.
  • LÉGER, Jules, « L’inquiétude humaine » in Le Quartier latin, vol. 36, no 11, 26 novembre 1953, p. 4.
  • MARCOTTE, Gilles, « Vie des lettres. "L’inquiétude humaine" » in Le Devoir, vol. 44, no 14, samedi 20 juin 1953, p. 7.
  • NADEAU, Roger, « Un philosophe parmi nous » in Le Quartier latin, vol. 36. no 11, 26 novembre 1953, p. 4.
  • ROBILLARD, Jean-Paul, « L’inquiétude humaine » in Le Petit journal, vol. 27, no 50, 4 oct. 1953, p. 51. [La page 51 est la dix-neuvième sur 72 dans le document source de BAnQ]
  • SYLVESTRE, Guy, « La vie de l’esprit - L’inquiétude humaine » in La Patrie, 19e année, no 37, 13 septembre 1953, p. 80.[réf. à confirmer]
  • Id., « Canadian Literature » in Britannica Book of the Year 1954, Events of 1953, Chicago, Encyclopaedia Britannica Inc., 1954, p. 146-7.
  • Id., « La littérature canadienne française » in Le livre de l’année 1954, Montréal, la Société Grolier Québec limitée, 1954, p. 197-8.

1954,

  • « 478-Lavigne, J. L’inquiétude humaine » in Bulletin thomiste, 31e-33e année, t. 9, 1954-1956, no 1, 1954, p. 252.
  • DUQUESNE, M., « J. Lavigne, L’inquiétude humaine » in Recherches et Débats, no 7, avril 1954, p. 209-13.
  • GEIGER, L.-B., « Bulletin de philosophie » in Revue des sciences philosophiques et théologiques, vol. 38, no 2, avril 1954, p. 264-303. L’auteur écrit à la page 292 :« Sous le titre, L’inquiétude humaine M. J. LAVIGNE, professeur à l’Université de Montréal, nous donne un exposé de toute la vie humaine, vie sensible, vie de la science et de l’art, vie sociale et vie spirituelle, dont il montre qu’elle ne peut s’apaiser et s’équilibrer et trouver sa vérité, si elle ne s’oriente vers Dieu. Pages d’une belle élévation spirituelle, nourries d’une réflexion personnelle, où l’intelligence et le cœur ont leur part, rédigées dans un style limpide et direct, où il nous plaît de saluer un nouveau témoignage de l’essor culturel du Canada français. » Il écrit aussi que le livre a 213 pages alors qu’il a en fait 232 pages.
  • ROBILLARD, Hyacinthe-Marie, « Jacques Lavigne et L’inquiétude humaine » in Amérique française, vol. 12, no 2, juin 1954, p. 105-114.
  • SAINT-DENIS, Henri, « Jacques Lavigne - L’inquiétude humaine » in Revue de l’Université d’Ottawa, vol. 24, no 2, avril-juin 1954, p. 251-252.

1955,

  • « Lavigne, Jacques » in Répertoire bio-bibliographique de la Société des écrivains canadiens 1954, Montréal Éditions de la S.E.C., 1955, p. 133.
  • CHARTIER, Émile, p.d., « compte rendu de Collège Jean-de-Brébeuf, (éd.), Mélanges sur les humanités, Québec-Paris, P.U.L.-Vrin, 1954, 265 p. » in Notre temps, 24 décembre 1955. (Ce monseigneur n’est pas mentionné dans BEAUDRY (1985) mais est cité par HÉBERT, Robert, « Manières de l’hétérodoxie » [compte-rendu de BEAUDRY (1985)], in La libre pensée québécoise, Dossier Jacques Lavigne, no double 14-15, 1991, p. 7-32, cf. p. 13-15.)
  • COLLIN, W.E., «Publications in french», point 6 de «Letters in Canada: 1955 », in GRANT, Douglas, éd., University of Toronto Quarterly, vol. 25, no 3, avril 1956, p. 370-400.

1956,

  • «M. Jacques Lavigne, C. 39 - conseiller du collège » in Bulletin du Collège et des anciens, Collège Jean-de-Brébeuf, vol. 2, no 3, mai-juin-juillet 1956, p. 7.
  • «Jacques Lavigne apprécié par la critique française » in Bulletin du Collège et des anciens, Collège Jean-de-Brébeuf, vol. 2, no 3, mai-juin-juillet 1956, p. 4.
  • GRANDPRÉ, Pierre de, « Notre civilisation. L’inquiétude spirituelle et son expression dans les lettres récentes », in L’Action nationale, vol. 45, no 10, juin 1956, p. 870-888, cf. p. 888.
  • ROBERT, Guy, « Mon inquiétude d’homme » in Revue dominicaine, vol. 62, t. 1, juin 1956, p. 282-6.

1957, GRANDPRÉ, Pierre de, « Veut-on rester français? » in L’Action nationale, vol. 46, no 7, mars 1957, p. 529-541, cf. p. 530-531 et 536.

1959,

  • « Lavigne réengagé? » in Le Quartier latin, vol. 41, no 25, 16 avril 1959, p. 1.
  • « Rapport de l’Association des professeurs sur l’Affaire Lavigne» in Le Quartier latin, vol. 41, no 25, 16 avril 1959, p. 4-5.
  • COUPAL, Monique et Guy LECAVALIER, «Monsieur Jacques Lavigne, professeur à Jean-de-Brébeuf » in Le Quartier latin, vol. 42, no 11, 22 oct. 1959, p. 9.
  • THÉRlEN, Gilles, « Jacques Lavigne » in Brébeuf, vol. 27, no 8, 6 avril 1959, p. 4-5.

1960, ANGERS, Pierre, Problèmes de Culture au Canada français, Montréal, Beauchemin, 1960, 116 p.

1963, SYLVESTRE, Guy, « Notre littérature philosophique » in Mémoires de la Société royale du Canada, première section, 4e série, t. 1, juin 1963, p. 117-123, cf. p. 122-123.

1964,

  • JOLIVET, Régis, « Divers », dernière partie de « Le courant néo-augustinien » in SCIACCA, M.F. (dir.), Les grands courants de la pensée mondiale contemporaine, Paris, Librairie Fishbacher-Marzorati, 1961, vol. 3(/6) Les tendances principales, p. 709-793 biblio. 794-814, cf. p. 791. Jolivet n’a donc pas inscrit Lavigne dans les trois courants qu’il analyse à savoir I.- Blondel et les blondéliens, II.- La philosophie de l’esprit, III.- Le spiritualisme chrétien.
  • SYLVESTRE, Guy, Panorama des lettres canadiennes-françaises, Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1964, 82 p., « Art, vie et sciences au Canada français ». L’auteur écrit à la page 42 :« L’ouvrage philosophique le plus remarquable, le plus per¬sonnel en tout cas, est L’inquiétude humaine, de Jacques Lavigne, petite somme de philosophie chrétienne qui doit beaucoup à saint Thomas, mais plus encore à saint Augustin et à Blondel, et qui, reposant sur l’intuition première du caractère fini de tout ce qui est objet d’expérience humaine, débouche immédiatement sur la conscience de l’existence d’un Absolu qui seul peut combler l’insatisfaction congénitale de l’homme. Toute cette réflexion porte en définitive sur l’usage que l’homme fait du temps comme instrument de son salut ou de sa perte. Jacques Lavigne a échappé au jargon scolastique et son livre est de ceux dont on peut dire qu’alors qu’on s’attendait à y trouver un auteur, on est tout heureux d’y trouver un homme. »

1965,

  • BRAULT, Jacques, « Pour une philosophie québécoise », Parti-pris, vol. 2, no 7, mars 1965, p. 9-16 (ou 176-179). L’auteur écrit « ce jeune maître qui enseigne à Montréal et dont le beau livre sur l'inquiétude humaine est une œuvre admirablement située hors du climat intellectuel canadien ». « 1953 Jacques Lavigne publie L'inquiétude humaine. Les critiques remarquent qu'il n'y a là nulle inspiration thomiste, mais que le livre est tributaire de la philosophie chrétienne. Un article (anonyme, bien entendu) paraît dans Cité Libre: « Sur la condition du philosophe. » On y revendique la liberté de pensée, on y fait une distinction non équivoque entre philosophie et théologie et on demande que la philosophie « se risque » hors des cadres étouffants, c'est-à-dire hors du système alors régnant. »

1966, GRANDPRÉ, Pierre de, Dix ans de vie littéraire au Canada français, Montréal, Beauchemin, 1966, 293 p., cf. p. 17, 219, 221, 243.

1969, MARCEL, Jean, «Jacques Lavigne » in GRANDPRÉ, Pierre de (dir.), Histoire de la littérature française du Québec, Montréal, Beauchemin, 1967-1969, t. 4, p. 281. L’auteur écrit avant de citer deux paragraphes de la page 198 : « L’Inquiétude humaine de Jacques Lavigne est sans nul doute l’un des essais philosophiques les plus importants écrits au Québec depuis une génération. Participant de la philosophie de saint Augustin et de Maurice Blondel, l’auteur recrée, avec sa sensibilité de Nord-Américain, les principes de l’existentialisme chrétien. Sa philosophie est proprement créatrice et fait appel à une très large culture non seulement philosophique mais artistique, littéraire et scientifique. Récemment fasciné par l’interprétation psychanalyti¬que des symboles et par les théories freudiennes, Jacques Lavigne dirige maintenant ses travaux du côté de la recherche philosophique appliquée à l’interprétation des archétypes moraux qui hantent l’es¬prit humain. »

1972, LAMONDE, Yvan, Historiographie de la philosophie au Québec 1853-1971, Montréal, HMH, 1972, 245 p., coll. : « Cahiers du Québec-Philosophie », cf. p. 41, 142 & 180. Pour « la période 1950-1970 » l’auteur mentionne « les volumes de Jacques Lavigne et Bertrand Rioux et les Essais publiés par les étudiants de la Faculté de Philosophie de Montréal », Essais in Cahiers no 9 de l’A.G.E.U.M. qui comprennent des articles de Jean-Marc PIOTTE, Maurice LAGUEUX, Alain MARTINEAU etc. Puis il reprend à la page 180 sans guillemets le texte de BRAULT (1965) : « 1953… ».

1979,

  • CHÉNARD, Rosaire, « L’enseignement de la philosophie au collégial » in Bulletin de la Société de philosophie du Québec, vol. 6, no 2, mai 1980, p. 68-80, reprise d’un art. publié dans Le Journal syndical des professeurs du Collège Lionel-Groulx.
  • HOUDE, Roland, Histoire et philosophie au Québec - Anarchéologie du savoir historique, Trois-Rivières, Bien Public, 1979, 183 p.

1980, BEAUDRY, Jacques, Fragments pour une philosophie de l’écriture québécoise, mémoire de maîtrise en Études québécoises, présenté à l’Université du Québec à Trois-Rivières, mai 1980, 87 p.

1981, LAROSE, Jean, Le mythe de Nelligan, Montréal, Quinze, 1981, coll. :« Prose exacte », 140 p., cf. p. 94-96 sur le concept de faux-féminin.

1982, SAVARY, Claude, « La philosophie et la sociologie et leur rapport à la culture » in Dumont, Fernand et Martin Yves (dir.), Imaginaire social et représentations collectives, Mélanges offerts à Jean-Charles Falardeau, Québec, Les Presses de l'Université Laval, 1982, 441 pp., cf. p. 75-93 sur le concept d’intellectualisme.

1983,

  • BEAUDRY, Jacques, «Hommage au philosophe Jacques Lavigne à l’occasion du trentième anniversaire de la publication de L’inquiétude humaine », Fragments, no 8, mai-juin-juillet 1983, p. 1-3.
  • HÉBERT, Robert. « Cadeaux philologiques » in Revue et corrigée, vol. 3, no 1, 1er septembre 1983, p. 31-5.

1985,

1986,

  • BEAUDRY, Jacques, Roland Houde, un philosophe et sa circonstance, Trois-Rivières, Éditions du Bien Public, 1986, 195p., cf. p. 12, 14, 50, 81-82, 89, 99, 190.
  • DEVAUX, André-A. [maître de conférence et directeur de Alain Martineau à la Sorbonne en 1961-62], « Naissance et essor de la collection « Philosophie de l’Esprit » (1934-1984) » in Revue de l’Institut catholique de Paris, vol. 18, 1986, p. 5-23, cf. p. 19, précédé de COLIN, Pierre, « Louis Lavelle et René Le Senne fondateurs de la collection "Philosophie de l’Esprit" » in ibid., p. 3-4, et suivi de ALBERT, Karl, « Louis Lavelle et la philosophie allemande » in ibid., p. 25-35. Cet article est essentiel pour avoir une connaissance exacte de la collection « Philosophie de l’esprit » de Lavelle et de Le Senne qu’il faut distinguer de la revue Esprit de Mounier.

1988,

  • BEAUDRY, Jacques, La philosophie & le Québec, Des noms et des notes, Ex libris, coll. : « Itinéraires intellectuels », 1988, 205 p., cf. p. 14-15, 54, 59, 71-73, 90, 93, 98-99, 102, 104-107, 127-128, 134, 139, 143, 146-147, compte-rendu par SIMARD, Jean-Claude in Urgences, no 30, 1990, p. 111-114. http://www.erudit.org/revue/urces/1990/v/n30/025630ar.pdf
  • CLOUTIER, Yvan, « Philosophie et marketing : Sartre à Montréal, mars 1946 » in Philosophiques, vol. 15, no 1, printemps 1988, p. 169-190, cf. p. 180 et 188, [note 80 Lettre de Jacques Lavigne à Y.C. (27 juin 1983)], [3].
  • Id., compte-rendu de Frayages, La naissance de la psychanalyse … à Montréal, no 3, 1987, 151 p., in Philosophiques, vol. 15, no 1, 1988, p. 221-225.
  • CAUCHY, Venant, « Au Québec et au Canada Français » in ROBINET, André, Doctrines et concepts: 1937-1987 : actes du Colloque pour le Cinquantenaire de l'Association des Sociétés de Philosophie de Langue Française, Paris, 6-8 juillet 1987 : rétrospective et prospective, cinquante ans de philosophie de langue française, Paris, Vrin, 1988, 368 p., cf. p. 22.

1991

  • BEAUDRY, Jacques, « Autour de Jacques Lavigne, philosophe »[4]
  • CHABOT, Marc, « Jacques Lavigne existe, je l'ai lu »
  • CHÉNARD, Rosaire, « Un intellectuel »
  • CUERRIER, Jacques, « Hommage à Jacques Lavigne »
  • HÉBERT, Robert, « Manières de l'hétérodoxie »
  • LA RIVIÈRE, Bernard, « Présentation »
  • Id., « L'inquiétude aux aguets: entretien avec Jacques Lavigne »
  • RUELLAND, Jacques G., « Éditorial »
  • VADEBONCŒUR, Pierre, « Pages d'album »
  • VIDRICAIRE, André, « Jacques Lavigne, critique de notre philosophie nationale » in La libre pensée québécoise, Dossier Jacques Lavigne, no double 14-15, 1991, p. 7-33.

1993, DUMONT, François, Usages de la poésie, P.U.L., 1993, cf.p. 213, http://www.crilcq.org/membres/reguliers/dumont-francois.asp

1997, LEROUX, G. « La philosophie au Québec depuis 1968 : esquisse d’une trajectoire » in HAMEL, Réginald, dir., Panorama de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Guérin, 1997, 822 p., cf. p. 562-573, republié avec un titre différent et des auteurs différents in LEROUX, G. et STEVENSON, John T., « La philosophie au Canada » in JACOB, André (dir.), Encyclopédie philosophique universelle, vol. 4 MATTÉI, Jean-François (dir.), Le discours philosophique, 1998, 2746 p., cf. p. 415-426, et extrait de Lavigne p. 428-430. Ce texte fait mention de VACHET, André, Marcuse, la révolution radicale et le nouveau socialisme: essai de synthèse, Ottawa, Éd. de l'Université d'Ottawa, 1986, 229 p., compte-rendu par MARTINEAU, Alain in Philosophiques, vol XIV, no 2, automne 1987, p. 455-456, [érudit], mais omet MARTINEAU, Alain (1940-), Herbert Marcuse's utopia, trad. par Jane Brierley, Montréal, Harvest House, 1986, 156 p. compte-rendu par ALFORD, C. Fred in Contemporary Sociology Vol. 17, No. 2 (Mar., 1988), p. 264-265 [jstor] et par GERVAIS, Richard, in Philosophiques, Revue de la Société de philosophie du Québec, vol. 15, no 1, printemps 1988, p. 240-241 [érudit].

1998,

  • CLOUTIER, Yvan, « Sartre à Montréal en 1946 une censure en crise » in Voix et images, vol. 23/2, no 68, hiver 1998, p. 266-280 et 421-437, cf. p. 275, www.erudit.org.
  • SIMARD, Jean-Claude, « La philosophie française des XIXe et XXe siècles », in KLIBANSKY Raymond et al., La pensée philosophique d'expression française au Canada. Le rayonnement du Québec, chapitre 1, pp. 45-118, Québec, P.U.L., 1998, 686 p. coll. : « Zêtêsis », cf. pp. 63 et 112. https://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.sij.phi2

1999,

2000,

2003,

  • BARIL, André, « Lire ou relire Lavigne » in Combats, vol. 7, no 1 et 2, 2003-2004, p. 9-10.
  • CHABOT, Marc, « Aux sources d’une philosophie vivante, entretien avec Marc Chabot », in Combats, vol. 7, no 1 et 2, 2003-2004, p. 5-7, http://www.combats.qc.ca/vol7no1-2/vol7no1et2.pdf

2004, LEROUX, G., « De la résistance au consentement, La philosophie au Québec et les enjeux de la modernité » in MICHAUD, Ginette et NARDOUT-LAFARGE, Élisabeth (dir.), Constructions de la modernité au Québec, Actes du colloque tenu à Montréal les 6, 7 et 8 novembre 2003, Lanctôt Éditeur, 2004, 380 p., cf. pp. 351-374.

2005, WARREN, Jean-Philippe, « Petite typologie philologique du « moderne » au Québec (1850-1950) » in Recherches sociographiques, XLVI, no 3, sept.-décembre 2005, p. 495-525.

2006

  • LEROUX, G., « Jacques Lavigne, L’inquiétude humaine (1953) » in CORBO Claude, dir., Monuments intellectuels québécois du XXe siècle. Grands livres d’érudition, de science et de sagesse, Sillery, Québec, Éd. du Septentrion, 2006, 290p., pp, 107-115.
  • compte-rendu par CORNELLIER, Louis, « Essais québécois - Nos monuments intellectuels » in Le Devoir, samedi 19 août 2006.

2007

2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « LAVIGNE, Jacques - Avis de décès », sur BAnQ, La Presse, (consulté le 8 septembre 2018), p. 7 du Cahier E

Lien externe[modifier | modifier le code]

« Jacques Lavigne », sur l’Encyclopédie de l'Agora