Jacques-François Delyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques-François Delyen
Nîmes,Beaux Arts178Delyen Jacques,autoportrait.jpg
Autoportrait de Delyen (Musée des beaux-arts de Nîmes)
Naissance
Décès
Nom de naissance
Delyen
Nationalité
Belge Drapeau de la Belgique
Activité
Maître
Lieux de travail
Influencé par

Jacques-François Delyen est un peintre français, principalement de portraits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Gand, le [1] et mort à Paris le , Delyen se rapproche, stylistiquement à Nicolas de Largillierre chez qui il entre en apprentissage aux alentours de 1710-1715.

Il est reçu à l'Académie Royale le sur présentation des portraits de Nicolas Bertin et de Guillaume Coustou. Il expose alors régulièrement aux salons de l'Académie qui auront lieu de 1737 à 1747.

Ses œuvres sont fort rares mais révèlent un artiste plus qu'attachant, spirituel même dans les quelques autoportraits qui subsistent de lui[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Wallens (Gérard de), Jacques-François Delyen. Un gantois à Paris au XVIIIe siècle, dans Objectifmag.be (site internet d'informations régionales du Namurois), avril 2003.
  • Wallens (Gérard de), « Delyen (Jacques-François) », dans Allgemeines Künstlerlexikon. vol. 26, Munich, 2000.
  • Wallens (Gérard de), « Les deux morceaux de réception de Jacques-François Delyen (Gand 1684 - Paris 1761). Étude matérielle, historique, technique et stylistique », dans La Revue des Archéologues et Historiens d'Art de Louvain (1994), Louvain-La-Neuve, 1996.
  • Brême (Dominique) dans L'art du portrait sous Louis XIV, dossier de l'art, no 37, Paris, Somogy, avril 1997, p. 52

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

  • Autoportrait, v. 1710-1715, Zurich, coll. Rau.
  • Autoportrait, 1714, Nîmes , musée des Beaux-Arts.
  • Portrait de la mère de l'artiste, 1714, Nîmes, musée des Beaux-Arts.
  • Autoportrait, v. 1720-1725, vente Paris, galerie Georges Petit, 5 décembre 1929, lot. 7.
  • Portrait de Claude-Bernard Rousseau, v. 1710-1715, galerie Marcus en 1984.
  • Portraits de François la Goille de Courtagnon, maître des Eaux-et-Forêts de Champagne et de son épouse, 1724, vente Paris, Galleria, 11 avril 1962, no 29 & 30.
  • La Marmotte, 1731, galerie Marcus en 1965.
  • Portrait d'homme, 1739, galerie Heim en 1956.
  • Portrait de femme en source, 1742, Orléans, musée des Beaux-arts.
  • Un buveur sous la treille, salon de 1745.
  • Portrait de Nicolas René Berryer, lieutenant de police, 1750, Troyes, musée des Beaux-arts.
  • Portrait de Nicolas René Berryer, ministre de la marine, gravé par Jean-Georges Wille d'après Delyen, Versailles, musée national du château .
  • Portrait de Guillaume Coustou, sculpteur, 1725, Versailles, musée national du château.
  • Portrait de Nicolas Bertin, peintre, travaillant au dessin préparatoire pour son tableau Bacchus et Ariane, 1725, Versailles, musée National du château.
  • Portrait de Monsieur de Solmaquier en chasseur, 1738, Vente Paris, hôtel Drouot (Cornette de Saint-Cyr), 13 décembre 2006, lot. 54.
  • Portrait de femme assise à la robe blanche. Pastel signé en bas à gauche : « Lyen 1713 ». Vente Paris, hôtel Drouot (Ferri), 14 novembre 2004, lot. 25.
  • Portrait de René Aubert d'Aubeuf, abbé de Vertot, historien de l'Ordre de Malte[3]. Gravé par Laurent Cars d'après Delyen.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Gérard de Wallens, Les peintres belges, actifs à Paris au XVIIIe siècle, à l’exemple de Jacques François Delyen, peintre ordinaire du Roi (Gand, 1684 - Paris, 1761). Institut Historique Belge de Rome, préface de Pierre Rosenberg (de l’Académie Française, Président-directeur honoraire du Musée du Louvre), Bruxelles, Brepols, , 578 p. (ISBN 978-9074461-72-6), p. 20
  2. Brême, 1997, p. 52.
  3. Membre de l'Académie royale des Inscriptions et Belles-Lettres en 1701

Liens externes[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]