Isolement reproductif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On nomme mécanisme d'isolement reproductif tout mécanisme empêchant — ou limitant fortement — l'hybridation de deux espèces habitant la même région, même lorsqu'elles sont étroitement apparentées.

On doit à Dobzhansky[1] une tentative de classification de ces processus. Un premier niveau distingue les mécanismes qui font barrière à l'accouplement (mécanismes précopulatoires) ou à la fécondation (mécanismes prézygotiques) de ceux qui, intervenant après la fécondation, réduisent la viabilité ou la fertilité des œufs fécondés ou des individus hybrides qui en sont issus (mécanismes postcopulatoires ou postzygotiques).

Mécanismes précopulatoires[modifier | modifier le code]

  1. Isolement écologique
  2. Isolement temporel
  3. Isolement éthologique
  4. Isolement mécanique
  5. Isolement gamétique

Mécanismes postcopulatoires[modifier | modifier le code]

  1. Non-viabilité des hybrides
  2. Stérilité des hybrides
  3. Déchéance des hybrides

Sources[modifier | modifier le code]

  • (fr) C. Henry, Biologie des populations animales et végétales, Dunod, Paris, 2001, 709 p. (ISBN 2100058088).
  • (fr) E. Mayr, Populations, espèces et évolution, Hermann, Paris, 1974 (ISBN 2705657495), p. 63-93.
  • (fr) M. Ridley, Évolution biologique, De Boeck & Larcier, Paris, 1997 (ISBN 2804121119), p. 405-408.
  • (en) S.C. Stearns et R.F. Hoekstra, Evolution : an introduction, Oxford University Press, 2000 (ISBN 0198549687), p. 225-229.
  • (fr) N.A. Campbell, Biologie, ERPI, 1995, p. 459-461.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dobzhansky, T., 1937. Genetics and the origin of species. Columbia University Press, New York.

Voir aussi[modifier | modifier le code]