Saltationnisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En biologie, le saltationnisme est l'idée selon laquelle les macromutations sont le moyen par lequel des sauts évolutifs importants pourraient se produire en une seule génération[1]. Cette saltation (le saut évolutif) étant le passage par sauts brusques d'une valeur stable à une autre valeur stable espacé par une période de stase (période où l'espèce n'évolue pas)[2].

Cette théorie est opposée au gradualisme admis par la théorie synthétique de l'évolution qui implique des changements évolutifs lents et progressifs.

Certains biologistes ont cependant vu dans des théories néo-darwinistes des résurgences d'une nouvelle forme de saltationnisme, c'est le cas notamment de la théorie des équilibres ponctués de Stephen Jay Gould et Niles Eldredge, vivement critiquée par Richard Dawkins, bien que ses auteurs se défendent de toute idée saltationniste.

La théorie des monstres prometteurs de Richard Goldschmidt que les profanes confondent souvent avec celle des équilibres ponctués, est en revanche une théorie saltationniste.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Dawkins, chapitre 9 « le ponctuationnisme mis au point », dans L'horloger aveugle, Éd. Robert Laffon.
  2. Pierre-Henri Gouyon, Jean-Pierre Henry et Jacques Arnould, Les Avatars du gène, Théorie néodarwinienne de l'évolution, coll. « Regard sur la science », Belin, p. 81.

Voir aussi[modifier | modifier le code]