Irina Slavina (journaliste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Irina Slavina
Irina Slavina (cropped).jpg
Irina Slavina en 2019.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Ирина Вячеславовна МурахтаеваVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ирина Вячеславовна КолебановаVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Ирина СлавинаVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Soviétique (-), Russe (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Nizhny Novgorod State Pedagogical University (d) (-)
University of Russian Innovation Education (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Journaliste, porte-paroleVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Nijegorodskaïa Pravda (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Irina Viatcheslavovna Mourakhtaïeva (en russe : Ирина Вячеславовна Мурахтаева), née Kolebanova le à Gorki (URSS) et morte le à Nijni Novgorod (Russie), publiant sous le nom d'Irina Slavina, est une journaliste russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

En 2015, Irina Slavina fonde le média en ligne indépendant Koza.Press, qui couvre l'actualité de l'oblast de Nijni Novgorod[1].

Selon Current Time TV (en), un tribunal de Nijni Novgorod condamne Irina Slavina en mars 2019 à une amende de 20 000 roubles, la déclarant coupable d'avoir organisé une marche non déclarée à la mémoire de Boris Nemtsov.

En août 2019, une plaque commémorative à la mémoire de Joseph Staline est dévoilée dans la ville de Chakhounia — pour le 140e anniversaire de sa naissance. Irina Slavina suggère sur Facebook de renommer Chakhounia, en changeant les dernières lettres pour en faire un mot grossier (en russe)[2],[3],[4]. En octobre 2019, le centre "E" du ministère de l'Intérieur de Russie ouvre une enquête pour manque de respect envers les autorités et la société (partie 3 de l'article 20. 1 du Code administratif)[5]. À l'automne 2019, le tribunal de Nijni Novgorod lui inflige une amende de 70 000 roubles. Selon le fondateur de l'organisation de défense des droits de l'homme Agora (en), Pavel Tchikov, Irina Slavina a été condamnée à la plus forte amende prévue dans ce cas d'infraction. Des collègues et des connaissances de la journaliste suggèrent que cela a été fait dans le but de faire fermer le journal d'opposition dont elle est éditrice.

En juin 2020, elle est accusée de diffuser délibérément des informations fausses sur l'épidémie de COVID-19[6] : elle a annoncé que l'un des responsables de l'Académie de sambo de la ville de Kstovo avait contracté le SARS-CoV-2 et, de retour d'Europe, avait été en contact avec des dizaines de personnes, dont des visiteurs de l'académie.

En juillet 2020, Irina Slavina est condamnée à une amende pour avoir publié des informations sur le forum Free People[7].

Mort[modifier | modifier le code]

Véhicules d'urgence près du siège de la police de Nijni-Novgorod

Irina Slavina meurt le en s'immolant par le feu devant le quartier général de la Préfecture de police de Nijni Novgorod (devant la station de métro Gorkovskaïa (en))[8],[9],[10].

Elle avait subi le matin même une perquisition dans une enquête visant l’opposition à Vladimir Poutine[11]. Quelques heures avant sa mort elle avait posté sur son compte Facebook « Je vous demande de rendre la Fédération de Russie responsable de ma mort »[9].

Réactions[modifier | modifier le code]

Un rassemblement à sa mémoire est organisé le jour de son suicide le [12].

Son suicide attire l'attention de la presse russe et internationale. Des observateurs notent que la persécution des journalistes indépendants en Russie est associée au désir des autorités de se protéger de la critique[13],[14]. Peu après l'annonce de sa mort, son site d'information[15] devient inaccessible[14].

L'opposant au régime Alexei Navalny déclare : « Une affaire pénale contre Slavina a été fabriquée. Hier, son domicile a été perquisitionné, les portes ont été fracturées et les ordinateurs confisqués... Ils l'ont absolument poussée au suicide »[16].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) Александр Седов, « Нижегородцы покажут власти «Козу» », sur pravdapfo.ru,‎ (consulté le 3 octobre 2020)
  2. (ru) « Вот такая Шахунья. Журналистку могут оштрафовать за каламбур », sur Радио Свобода (consulté le 2 octobre 2020)
  3. (ru) « Журналистка поменяла буквы в названии Шахуньи. Ее оштрафовали за неуважение к власти », sur BBC News Русская служба,‎ (consulté le 2 octobre 2020)
  4. Фонтанка
  5. (ru) Сергей Поляков, « Нижегородская журналистка написала пост о Сталине и стала фигурантом дела о неуважении к власти », sur pravdapfo.ru,‎ (consulté le 2 octobre 2020)
  6. (ru) Роман Рыскаль, Андрей Репин, « Редактора Koza.press могут оштрафовать за публикацию о COVID-19 », Коммерсантъ,‎
  7. (ru) « Самосожжение нижегородской журналистки у здания МВД », sur Медиазона (consulté le 2 octobre 2020)
  8. « Главный редактор нижегородского издания KozaPress Ирина Славина подожгла себя у здания МВД », Meduza (consulté le 2 octobre 2020)
  9. a et b « La rédactrice en chef d’un média russe meurt après s’être immolée par le feu », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2020)
  10. (en-GB) Reuters, « Russian journalist dies after setting herself on fire following police search », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 3 octobre 2020)
  11. (ru) « «Власти уверены, что «Открытая Россия» финансирует протесты против застройки парка» — Ирина Славина об обыске », sur The Insider,‎ (consulté le 3 octobre 2020)
  12. (ru) « Цветы, свечи, десятки растерянных людей. Фоторепортаж NN.RU с места смерти Ирины Славиной », sur www.nn.ru,‎ (consulté le 3 octobre 2020)
  13. (en-GB) « Russian editor dies after setting herself on fire », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 octobre 2020)
  14. a et b (en-US) « Journalist dies after setting herself on fire: "Blame my death on the Russian Federation" », sur www.cbsnews.com (consulté le 3 octobre 2020)
  15. (ru) « Koza press - новости Нижнего Новгорода без цензуры », sur Koza press - новости Нижнего Новгорода без цензуры (consulté le 3 octobre 2020)
  16. (en-GB) Deutsche Welle (www.dw.com), « Russian journalist dies after setting herself on fire | DW | 02.10.2020 », sur DW.COM (consulté le 4 octobre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :