Irene Pepperberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Irene Pepperberg
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Irène Maxine Pepperberg (née le à Brooklyn, New York) est une neurochimiste américaine de l’université de Brandeis à Waltham, connue pour ses travaux sur l'intelligence animale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Irène Pepperberg conclut ses études de chimie au Massachusetts Institute of Technology par un Bachelor of Science (1969), puis passe un Master of Arts (M.A., 1971) et un doctorat en chimie physique (1976) à l’université Harvard.

Ses recherches portent sur les principes du langage et de la communication animale ; en particulier, elle s'est intéressée aux différences de fonctions cérébrales entre les mammifères et les oiseaux.

« Les expériences d’Irène Pepperberg avec un perroquet gris du Gabon nommé Alex constituent à ce jour l'une des principales sources de connaissances sur le langage animal. Le vocabulaire d’Alex et l'utilisation que cet animal était capable d'en faire ont conduit à réévaluer les capacités cognitives des oiseaux. La capacité de ce volatile à reconnaître le sens des mots, et à les réemployer a été comparée par Pepperberg à celle d'un enfant de 4 ans. L'oiseau sait également reconnaître la forme, la couleur, et la matière des objets. Une fois qu'il a compris le sens des mots, il est capable de les réutiliser avec une syntaxe, par exemple pour exprimer ce dont il a besoin ("Je veux boire", "Je veux une cacahuète", "Je veux aller sur l'épaule" etc. dans divers domaines). Comme beaucoup d'animaux, ils ont le sens des nombres, jusqu'à 8 dans ce cas, et sont capables de le montrer en comptant : "1, 2, 3, 4" ce qui fait d'eux les seuls animaux qui peuvent, exceptionnellement et suite à une éducation soutenue, avec les mots humains. Ils peuvent aussi exprimer une addition simple : "un et un, deux". La preuve qu'il ne s'agit pas d'une simple répétition a pu être faite. Irène Pepperberg a ainsi montré que la réputation des perroquets de "répéter" sans comprendre le sens des mots était des plus fausses, relevant surtout de l'anthropocentrisme séculaire mais fortement enraciné dans les esprits même scientifiques. »

Irène Pepperberg s'est engagée personnellement dans la défense des perroquets.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Irene Maxine Pepperberg: The Alex Studies. Cognitive and Communicative Abilities of Grey Parrots. Harvard University Press, Cambridge Mass. 2000, ISBN 0-674-00051-X.

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]