Empathie artificielle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Interface empathique)
Aller à : navigation, rechercher

L'empathie artificielle décrit le fait que des robots et interfaces soient développés de telle sorte qu'ils aient ou développent certains aspects de l'empathie humaine. Les tentatives de mettre au point de tels robots remontent aux années 1990. Ces systèmes posent de nombreux challenges technologiques. Ils posent également des questions éthiques et philosophiques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chez l'humain, l'empathie est la capacité de partager les émotions d'une autre personne, et de comprendre le point de vue de l'autre personne[1]. Les tentatives de faire comprendre et réagir des systèmes d'intelligence artificielle à leur environnement relèvent des domaines de la cognitique. Les tentatives de mesurer objectivement des émotions chez l'humain prennent leurs racines dans des débuts de la psychologie expérimentale du XIXe siècle[2].

Les début de l'informatique affective datent des années 1990. En 1995, Rosalind Picard, chercheur informaticienne du Massachusetts Institut of Technology, publie un article qui pose les fondements de cette nouvelle discipline[3]. Elle met au point le premier robot social capable de traiter certaines informations sociales et affectives : Kismet.

Dans les années 2000, des prototypes d'ordinateur montrant de l'empathie, de la sympathie et des habileté d'écoute active, sont mis au point et testés. L'objectif de ces prototypes est de permettre aux ordinateurs de gérer la frustration de leurs utilisateurs[4].

Principes de fonctionnement[modifier | modifier le code]

Applications[modifier | modifier le code]

Questions éthiques et philosophiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Michael W. Eysenck, Psychology, a student handbook, Hove, UK, Psychology Press, , 979 p. (ISBN 0-86377-474-1), p. 585
  2. (en) Jianhua Tao et Tieniu Tan, « Affective Computing: A Review », Affective Computing and Intelligent Interaction, Springer, Berlin, Heidelberg, série Lecture Notes in Computer Science,‎ , p. 981–995 (DOI 10.1007/11573548_125, lire en ligne)
  3. R. W. Picard, Affective Computing, (lire en ligne)
  4. (en) Picard, Rosalind W et Klein, Jonathan, « Computers that recognise and respond to user emotion: theoretical and practical implications », Interacting with Computers, vol. 14, no 2,‎ (ISSN 0953-5438, DOI 10.1016/S0953-5438(01)00055-8, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]