Informatique affective

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’ informatique affective (en anglais : Affective computing) est l'étude et le développement de systèmes et d'appareils ayant les capacités de reconnaître, d’exprimer, de synthétiser et modéliser les émotions humaines. C'est un domaine de recherche interdisciplinaire couvrant les domaines de l'informatique, de la psychologie et des sciences cognitives qui consiste à étudier l’interaction entre technologie et sentiments[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Les bases du domaine semblent avoir été posées par les premiers questionnements sur les émotions au XIXe siècle avec l'essor de théories comme la théorie de James–Lange[3]. La branche moderne de l'informatique trouve son origine dans les travaux de Rosalind Picard et son article fondateur de 1995[4],[5] sur l'Informatique affective.

Si l’émotion est fondamentale pour l’expérience humaine, elle doit l'être également dans la conception des technologies de demain, selon l' affective Computing Group du MIT Media Lab qui travaille à la fois à concevoir de nouveaux capteurs pour que les machines comprennent nos émotions[6],[7],[8], à créer de nouvelles techniques pour que les machines puissent les évaluer, et également (mais c’est plus compliqué), à créer des machines apprenant à exprimer des émotions en réponse aux émotions qu’elles reçoivent d’un être humain. L'informatique affective s'est beaucoup développée et l'IEEE publie une revue spécifique[9].

Technologies de l'informatique affective[modifier | modifier le code]

Indicateurs Physiologiques[modifier | modifier le code]

L'activité physiologique d'un individu est étroitement liée à ses états émotionnels. Le système nerveux autonome (notamment les branches sympathique et parasympathique) contrôle différentes réponses physiologiques qui peuvent être mesurées par des techniques simples. Par exemple, des modifications du rythme cardiaque, de la pression artérielle, de la température corporelle, des rythmes électro-encéphalograhiques, de la conductance cutanée, peuvent intervenir à la suite d'événements émotionnellement chargés. Les appareils de mesure associés sont issus ou dérivés du monde médical et, pour la plupart, sont devenus aisément accessibles en dehors de ce domaine, moyennant une perte possible de précision et/ou de robustesse. Leur fabrication par un particulier est même aujourd'hui possible[10],[11]. Il s'agit ici, respectivement, de l'électro-cardiographe (ECG) ou du cardio-fréquencemètre, du tensiomètre ou sphygmomanomètre, du thermomètre, du galvanomètre et de l'électro-encéphalographe (EEG).

Voix et émotion[modifier | modifier le code]

Expression faciale[modifier | modifier le code]

La reconnaissance faciale semble être la technologie biométrique la plus naturelle et la plus simple à mettre en pratique. En effet, les expressions faciales sont naturellement utilisées pour envoyer des messages émotionnels entre individus. C'est pourquoi il est intéressant, pour une communication Homme-Machine, que les machines puissent aisément reconnaître et comprendre les expressions du visage et réagir en conséquence.

les logiciels de reconnaissance faciale sont capables d'identifier les individus selon la morphologie de leur visage à partir d'une image ou d'un capteur photo. L'efficacité de la reconnaissance faciale dépend de trois facteurs clés :

  • La qualité de l'image
  • L'algorithmes d'identification
  • La fiabilité de la base de données[12]

De nos jours, la reconnaissance faciale est un domaine maîtrisé et peut être utilisé à des fins très diverses. Par exemple, un logiciel de reconnaissance faciale installé sur un dispositif mobile (tel que smartphone, tablette ou ordinateur) équipé d'une caméra, permet à un utilisateur d'accéder à un compte, et remplace ainsi l'utilisation d'un mot de passe pour s'authentifier. En matière de lutte contre la délinquance, cette technologie permet d'identifier des suspects.

Cependant, la reconnaissance des émotions et des humeurs chez l'homme par les machines grâce aux expressions faciales reste encore à un stade embryonnaire. Bien qu'il existe aujourd'hui des logiciels capables de reconnaître des expressions tel qu'un sourire par exemple, la reconnaissance et le traitements de émotions n'est que très peu utilisés aujourd'hui et reste à un statut de projet.

Expression corporelle[modifier | modifier le code]

Applications[modifier | modifier le code]

Exemples d'applications[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Catherine Pélachaud, Systèmes d'interaction émotionnelle (Traité signal et image, IC2), 2010, Hermes Science Publications, (ISBN 978-2746221154)
  • (en) Rosalind W. Picard, Affective Computing, MIT Press, 2000, (ISBN 978-0262661157)
  • (en) Jianhua Tao, Tieniu Tan, Rosalind W. Picard (Éditeurs), Affective computing and intelligent interaction. International conference No1, Beijing, CHINE, 2005 , vol. 3784, pp. 981-995, (ISBN 3-540-29621-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]