Incendie de Trois-Rivières de 1908

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la Mauricie
Cet article est une ébauche concernant la Mauricie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Incendie de Trois-Rivières de 1908
Rue des Forges après l’incendie de 1908.jpg

Rue des Forges après l’incendie de 1908
Le photographe P.F. Pinsonneault y était.

Localisation
Pays
Régions affectées
Coordonnées
Caractéristiques
Type
Date de formation
Date de dissipation
Conséquences
Nombre de morts
1
Destructions notables
800 bâtiments
Localisation sur la carte du Québec
voir sur la carte du Québec
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Canada
voir sur la carte du Canada
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Région métropolitaine de Trois-Rivières
voir sur la carte de la Région métropolitaine de Trois-Rivières
Red pog.svg

L'incendie de Trois-Rivières de 1908 est un grand incendie qui a ravagé le centre-ville de Trois-Rivières le . Il emporte en tout environ 800 bâtiments, y compris hangars et entrepôts, dont la presque totalité des commerces de la ville[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'incendie a débuté le un peu avant midi alors qu'un garçon dans un hangar[2] craque une allumette pour s'éclairer. Par malheur, l'allumette tombe sur un tas de foin, y mettant ainsi le feu. Le feu dévore le hangar, l'écurie, la maison familiale, celle du voisin... Un fort vent alimente le brasier qui s'étend vers le nord-est[3].

Appelés sur les lieux, peu après midi, les quelques pompiers réguliers de la ville sont vite débordés par le feu qui fait rage. Le maire François-Siméon Tourigny appelle des secours extérieurs qui arrivent vers 15 heures. À 18 heures, l'incendie est presque sous contrôle. Vers 23 heures, il ne reste qu'un brasier[4].

Si le bilan matériel est énorme, on ne signale qu'un décès, et ce n'est pas le feu mais l'effondrement d'un mur au lendemain de la tragédie qui est en cause.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le terrible incendie qui ravage Trois-Rivières détruit la majeure partie de la vieille ville, n'épargnant qu'une dizaine de bâtiments datant du Régime français. Le monastère des Ursulines et le manoir de Tonnancour sont heureusement épargnés. Cela entraîne un réaménagement de la ville, dont l'élargissement et le redressement des rues. La reconstruction du centre de la ville coïncide avec les débuts de l'utilisation d'une nouvelle ligne électrique de haute tension qui favorise l'avènement et le développement de nouvelles entreprises, dont celle du textile.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Micheline Champoux, « Le grand incendie de Trois-Rivières », sur Histoire et culture régionale du Québec (consulté le 18 janvier 2013)
  2. au 26, rue Saint-Georges, angle Badeaux 46° 20′ 26″ N, 72° 32′ 34″ O
  3. citoyen.v3r.net
  4. Daniel ROBERT et Jean ROY, « Le grand incendie de Trois-Rivières, 22 juin 1908 » dans Patrimoine trifluvien no 15, bulletin annuel d’histoire de la Société de conservation et d’animation du patrimoine de Trois-Rivières, 2005, 24 pages.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]