Imayō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Imayō (今様?), « chansons à la façon moderne »[1], abréviation de Imayō-uta[2]) est un genre littéraire de la poésie populaire sous forme de chanson qui se développe au début de l'époque de Heian (794-1192) à partir des hymnes bouddhistes chinois (kansan (漢讚), puis des wasan (和讚) japonais).

En règle générale, l'imayō se compose de 8 à 12 vers, c'est-à-dire deux demi-vers avec alternance de 7 et 5 mores. Dans l'imayō le rythme syllabaire 5-7 jusqu'alors dominant connaît un renversement[2]. Aux festivals présentés avec accompagnement musical, il tourne habituellement autour de thèmes profanes convenus tels que la nature et l'amour. Cependant, au sens propre, l'imayō est d'origine bouddhiste. Un des plus anciens imayō conservés est le Iroha Uta du moine Kūkai[1].

L'imayō influence d'une part le style des contes guerriers (軍記物語, gunki monogatari) et d'autre part le théâtre [2]. La seule anthologie connue - et fragmentaire - d'Imayō est le Ryōjin Hishō (梁塵秘抄, « Manuscrit secret de belles chansons ») compilé par Go-Shirakawa-Hōō au XIIe siècle (10 volumes).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jürgen Berndt (Hrsg.): BI Lexikon - Ostasiatische Literaturen. 2e édition. Bibliographisches Institut, Leipzig 1987, (ISBN 3-323-00128-1), p. 168-169
  • Bruno Lewin (Hrsg.): Kleines Wörterbuch der Japanologie. Harrassowitz, Wiesbaden 1981, (ISBN 3-447-00530-0), p. 159.
  • Karl Florenz: Geschichte der japanischen Litteratur. 2e édition. C.F. Amelangs, Leipzig 1909, p. 250-254.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Karl Florenz: Geschichte der japanischen Litteratur. 2. Auflage. C.F. Amelangs, Leipzig 1909, p. 250-251.
  2. a b et c Jürgen Berndt (Hrsg.): BI Lexikon - Ostasiatische Literaturen. 2e édition. Bibliographisches Institut, Leipzig 1987, (ISBN 3-323-00128-1), p. 168-169.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]