Idrissa Soumaoro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un chanteur image illustrant une personnalité image illustrant malien
Cet article est une ébauche concernant un chanteur et une personnalité malienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Idrissa Soumaoro
Naissance
Ouélessébougou au Mali
Activité principale Chanteur, compositeur, musicien
Genre musical Musiques du monde
Années actives depuis 1968

Idrissa Soumaoro, né en 1949 à Ouélessébougou, est un chanteur et musicien malien.

Enfance[modifier | modifier le code]

Jeune, il a son premier contact avec une guitare chez son beau-frère à Ouélessébougou. Pendant son enfance et puis plus tard durant l'adolescence, il passe ses vacances scolaire à Bamako à quelques 75 km de son village natal. Il découvre bientôt l'harmonica, la flûte et le timbo. Selon ses propres dires, le bouillonnement culturel qui régnait alors dans la capitale ont eu une importance décisive sur sa destinée d'artiste[1].

Formation artistique[modifier | modifier le code]

À dix-huit ans, le jeune Idrissa forme avec des amis son premier groupe le Djitoumou-Jazz de Ouéléssébougou et se produit le samedi soir dans la localité. En 1968, il entre à l’Institut National des Arts de Bamako et pendant ses études, il enregistre des chansons pour l'ORTM Télévision nationale. C'est pendant cette période qu'il écrit son titre Ancien combattant qui sera ensuite repris par l'artiste congolais Zao. À sa sortie de l'Institut National des Arts de Bamako, il devient enseignant à Diré, puis à Bamako. Il continue tout de même à se produire avec des orchestres comme les Ambassadeurs du Motel de Bamako, groupe phare de cette époque.

Sa rencontre avec Amadou Bagayogo du duo Amadou et Mariam, le pousse à s'intéresser aux problèmes rencontrés par les non-voyants. Au début des années 1980, il monte un orchestre nommé Miriya (pensée en Bambara), composé exclusivement de musiciens et chanteurs non-voyants dirigé par Amadou et Mariam. En 1984, grâce à cette initiative, il obtient une bourse pour aller étudier la musicologie braille à l'Université de Birmingham[2],[3].

Albums[modifier | modifier le code]

  • 2003 : Köte
  • 2010 : Djitoumou

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix général Elizabeth Williams du département de musique du Royal National Collège de Royaume-Uni[2]
  • Prix de l'Académie de Musique pour les handicapés visuels de Hereford[4]
  • 2002 : Chevalier de l'Ordre National du Mali[3]
  • 2004 : prix découverte RFI[5]

Références[modifier | modifier le code]