Ibrahim Coulibaly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulibaly.
Ibrahim Coulibaly
Alias
IB
Naissance
Bouaké
Décès (à 47 ans)
Abidjan
Nationalité ivoirienne
Profession

Ibrahim Coulibaly, parfois appelé simplement « IB » ou « Major», alias Djibilan (« l’invisible » en langue koyaka)[1], né le à Bouaké et mort le au nord d'Abidjan, est un militaire et chef rebelle ivoirien d'ethnie koyaka[1] qui a participé au renversement du président Henri Konan Bédié le 24 décembre 1999 puis a été un des acteurs majeurs du déclenchement de la rébellion de contre le gouvernement du président Laurent Gbagbo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Un des pères fondateurs de la rébellion ivoirienne[modifier | modifier le code]

Ancien sergent-major chef de l'armée ivoirienne ayant intégré l'armée en 1985, il a est affecté comme garde du corps de plusieurs personnalité, notamment des enfants d'Alassane Dramane Ouattara[1]. Sergent-chef des forces armées ivoiriennes, il est, avec le caporal Oumar Diarrassouba et le sergent Souleymane Diomandé alias « La grenade » l'un des meneurs dioulas du coup d'État du 24 contre Henri Konan Bédié qui a amené le général Robert Guéï au pouvoir et devient le symbole de la dignité retrouvée des militaires nordistes. Ce dernier le soupçonnant de vouloir faire un coup d'État, il le nomme pour l'éloigner attaché militaire au Canada[2]. Quelques semaines plus tard, il fait arrêter certains de ses hommes qu'il accuse de préparer un putsch (« le complot du cheval blanc »). Parmi eux se trouvent Issiaka Ouattara alias Wattao, Chérif Ousmane, Tuo Fozié, Oumar Diarrassouba et Souleymane Diomandé (qui décédera des suites de ses blessures)[1].

IB est l'un des acteurs, en janvier 2001, du complot dit de la « Mercedes noire », visant à destituer Gbagbo.

Après l'échec de cette tentative, il part au Burkina Faso où il participe à la préparation du putsch du 19 septembre 2002[2].

La rivalité avec Guillaume Soro[modifier | modifier le code]

Il ne tarde pas à rentrer en conflit avec Guillaume Soro qui, en s'appuyant sur certains de ses lieutenants, finit par le marginaliser. En , les affrontements qui opposent ses partisans et ceux de ce dernier aboutissent à la victoire de ce dernier. IB se réfugie en France mais, en , est arrêté pour tentative de coup d'État avant d'être relâché sous caution le mois suivant.

En , Coulibaly exprime son soutien aux efforts de l'Union africaine pour régler la crise politico-militaire ivoirienne. Toutefois, l'attentat contre Guillaume Soro du 29 juin 2007 a été attribué à ses partisans.

De même, le , les Forces nouvelles accusent Coulibaly d'avoir tenté un coup d'État dans la nuit du 27 décembre, « Noël à Abidjan », alors que, en exil à Cotonou, le Bénin avait demandé la veille son expulsion pour avoir tenté de perturber le processus de paix[3]. Un mandat d'arrêt international est lancé contre lui. Coulibaly se réfugie en France alors que le journaliste indépendant Jean-Paul Ney est appréhendé à Abidjan[4] près du siège de la Radiodiffusion télévision ivoirienne.

Le procès en France[modifier | modifier le code]

Le , le procès de Coulibaly concernant sa tentative de coup d'État de 2003 s'ouvre à Paris en l'absence de l'accusé dont les avocats disent ignorer la localisation. 12 coaccusés sont en revanche présents après leur arrestation en France à la mi-2003[5]. Le 11 mars, Coulibaly — qui dit se trouver en Belgique — nie les accusations dans une interview à l'Agence France-Presse en indiquant qu'il n'a jamais tenté de recruter des mercenaires en France. Il prétend que les poursuites ont pour seul but de l'empêcher de rentrer en Côte d'Ivoire pour se présenter contre le président Gbagbo à l'élection présidentielle de 2008[6].

Au terme du procès, le , Coulibaly est jugé coupable de direction ou organisation d'un groupe destiné à la pratique du mercenariat et le condamne par contumace à quatre ans de prison. Cinq des coaccusés sont acquittés et les sept autres condamnés à des peines plus légères[7].

La mort[modifier | modifier le code]

IB réapparaît en janvier 2010 à Abidjan à la faveur de la crise postélectorale comme le chef du « commando invisible », un mystérieux groupe armé de cinq cents hommes opposé aux forces fidèles à Laurent Gbagbo et qui avait pris le contrôle du quartier d’Abobo, dans le nord d’Abidjan[2].

À la chute du président Laurent Gbagbo, il réclame en vain de rencontrer Alassane Ouattara, arguant de son rôle dans la victoire finale.

En , d'après son porte-parole, il dirige un groupuscule armé surnommé le « commandos invisibles » provenant principalement de la commune d'Abobo, s'opposant par les armes aux forces de l'ordre fidèles à Laurent Gbagbo.

En , après la défaite militaire de Laurent Gbagbo, le président Alassane Ouattara somme le « commando invisible » de déposer les armes maintenant que le régime de Gbagbo n'est plus[8]. Coulibaly aurait alors demandé sans succès une audience avec Ouattara sous protection de l'ONU[9]. Coulibaly ne désarmant pas, les forces de Ouattara passent à l'offensive contre les troupes du chef rebelle. Le , au cours de ces opérations militaires, Ibrahim Coulibaly, qui avait selon les FRCI « pris en otage toute une famille » et « réagi avec des tirs nourris », est tué[8],[10], vraisemblablement exécuté[2].

Dans une écoute téléphonique que le pouvoir burkinabé attribue à Guillaume Soro, ce dernier revendique la paternité de l'opération qui a éliminé Coulibaly.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Barka Ba, « Ces chefs de guerre qui ont porté Ouattara au pouvoir », Slate,‎ (lire en ligne).
  2. a, b, c et d Baudelaire Mieu, « Côte d’Ivoire : IB emporte avec lui ses secrets », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  3. « Côte d'Ivoire : l'ex-rébellion accuse IB d'avoir tenté un coup d'État », Agence France-Presse, 30 décembre 2007
  4. (en) « Ivory Coast arrests French journalist accused of subversive activities », Associated Press, 6 janvier 2008
  5. « Début en France du procès de l'ex-chef rebelle ivoirien Ibrahim Coulibaly », Agence France-Presse, 10 mars 2008
  6. « Ibrahim Coulibaly refuse d'aller à son procès à Paris », Agence France-Presse, 11 mars 2008
  7. (en) « Ivorian 'coup plotter' found guilty », IOL, 4 juin 2008
  8. a et b « Mort à Abidjan d'Ibrahim Coulibaly, le chef du “commando invisible” », site de La Croix, 27 avril 2011.
  9. « Allié encombrant du président Ouattara, Ibrahim Coulibaly a été abattu », Tribune de Genève, 24 octobre 2012
  10. « Côte d'Ivoire: l'ex-putschiste Coulibaly tué par les forces de Ouattara », site du Parisien, 27 avril 2011.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ibrahim Coulibaly » (voir la liste des auteurs).