Iakoba Italeli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sir Iakoba Italeli
Sir Iakoba Italeli en mai 2015.
Sir Iakoba Italeli en mai 2015.
Fonctions
12e gouverneur général des Tuvalu
En fonction depuis le
(5 ans 4 mois et 18 jours)
Monarque Élisabeth II
Premier ministre Apisai Ielemia
Maatia Toafa
Willy Telavi
Enele Sopoaga (intérim)
Prédécesseur Filoimea Telito
Biographie
Nom de naissance Iakoba Taeia Italeli

Iakoba Italeli
Gouverneurs généraux des Tuvalu

Sir Iakoba Taeia Italeli (son prénom est souvent orthographié Iakeba et signifie Jacob) est un homme politique tuvaluan. Il est l'actuel gouverneur général des Tuvalu, chef de l'État de facto, représentant de la reine.

Il est élu député, sans appartenance partisane, représentant la circonscription de Nui, au Fale i Fono (l'Assemblée législative nationale) lors des élections d'août 2006[1]. Le Premier ministre Apisai Ielemia le nomme alors ministre de l'Éducation, des Sports et de la Santé[2]. En 2010, plusieurs mois avant l'achèvement de son mandat de député, il est nommé au poste de gouverneur général[3],[4].

Il succède à Tupou VI, roi des Tonga, en qualité de chancelier de l'Université du Pacifique sud en septembre 2014[5].

En 2013, il doit faire face à une crise politique. Le 28 juin, le gouvernement du Premier ministre Willy Telavi perd une élection partielle cruciale, ainsi que sa majorité au Parlement. L'opposition, forte de sa nouvelle majorité, demande une convocation du Parlement afin de former un nouveau gouvernement. Telavi refuse, arguant que la Constitution lui permet de ne convoquer l'Assemblée qu'une seule fois par an[6]. L'opposition se tourne alors vers le gouverneur général. Le 3 juillet, Italeli fait usage de ses prérogatives constitutionnelles pour convoquer le Parlement pour le 30 juillet[7]. Lorsque le Parlement se réunit, le président du Parlement, Kamuta Latasi, fidèle au Premier ministre, refuse le vote d'une motion de censure à l'encontre du gouvernement, et lève l'assemblée, permettant ainsi à Telavi de conserver le pouvoir sans l'accord du Parlement. L'opposition se tourne de nouveau vers le gouverneur général. Le 1er août, Telavi annonce son intention de limoger Sir Iakoba. Celui-ci prend les devants, et met fin aux fonctions du Premier ministre ; il nomme le chef de l'opposition officielle, Enele Sopoaga, Premier ministre par intérim[8]. Refusant d'être limogé, Telavi réitère alors son intention de demander à la reine de limoger Italeli[9]. L'article 55 de la Constitution dispose que le gouverneur général peut être démis de ses fonctions par le monarque, uniquement sur demande du Premier ministre, ce dernier devant nécessairement avoir au préalable consulté en privé les députés[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) "Apisai Ielemia New Prime Minister", Tuvalu News, 16 août 2006
  2. (en) Tuvalu: Cabinet, Central Intelligence Agency
  3. (en) "HE Mr Iakoba Taeia Italeli", Commonwealth des Nations
  4. (en) "New Tuvaluan MPs get key cabinet portfolios", Pacific Islands News Association, 29 septembre 2010
  5. (en) USP Welcomes 21st Chancellor
  6. (en) "Parliament needs one yearly meeting only says defiant Tuvalu PM", Radio New Zealand International, 2 July 2013
  7. (en) "Tuvalu’s parliament convenes July 30", Islands Business, 3 juillet 2013
  8. (en) "GG appoints Sopoaga as Tuvalu’s caretaker PM", Islands Business, 1 août 2013
  9. (en) "Tuvalu government faces constitutional crisis", Radio Australia, 1 août 2013
  10. (en) Constitution des Tuvalu