Hovhannès de Bagaran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean, Hohan, Yohan, Hovhan, Yovhan, Hovhannès ou Yovhannès de Bagaran ou Yovhannès Bagaranc‘i (en arménien Հովհաննես Բագարանցի ; mort en 611) est un anti-catholicos installé par les Byzantins en opposition aux catholicos de l'Église arménienne Movsès II d'Eghivard et Abraham Ier d'Aghbathank, de 590/591 à 611.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hovhannès est originaire de Bagaran, dans le canton de Kogovit de la province historique arménienne d'Ayrarat ; l'historien arménien du VIIe siècle Movsès Kaghankatvatsi le qualifie de « stylite »[1].

Après le partage de l'Arménie entre l'empereur byzantin Maurice et le souverain sassanide Khosro II en 590/591, Maurice invite le catholicos Movsès II d'Eghivard et les évêques arméniens à un synode arméno-grec à Constantinople ; anti-chalcédonien, Movsès, dont le siège est en zone perse, à Dvin, décline l'invitation[2]. Maurice nomme alors Hovhannès anti-catholicos (à l'instigation de l'évêque pro-chalcédonien Téodoros de Karin, selon Movsès Kaghankatvatsi[1]), provoquant ainsi un schisme au sein de l'Église arménienne[3]. Hovhannès installe alors son siège en face de Dvin mais en zone byzantine, à Avan[4]. Il y bâtit une cathédrale, Sourp Hovhannès (« Saint-Jean »)[5], et un palais catholicossal, ne subsistant tous deux qu'à l'état de ruines[6].

S'il réussit on ne sait trop comment à mettre la main sur les vases sacrés de la cathédrale Sourp Grigor (« Saint-Grégoire ») de Dvin et à les transférer à Karin[7], il est toutefois chassé d'Avan lors de la reprise des hostilités entre Perses et Byzantins, en 602-603[6]. Capturé par les Perses à Karin en 610, il est ensuite exilé à Hamadan, où il meurt en 611[7]. Son corps est ramené à Avan[8]. Sa mort met ainsi fin à ce schisme, Abraham Ier d'Aghbathank, successeur de Movsès II élu catholicos en 607 (après un intermède de trois ans sous le locum tenens Vertanès Kertogh)[9], n'ayant plus d'opposant[7].

Les historiens arméniens ne lui sont pas tous défavorables : Hovhannēs V Drasxanakertc'i (lui-même catholicos, Xe siècle) dépeint cet anti-catholicos comme étant de bonne foi[2], et Sébéos (VIIe siècle) mentionne sa sainteté[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Drasxanakertc'i 2004, p. 130, notes 18 à 20.
  2. a et b Grousset 1947, p. 265.
  3. Mahé 2007, p. 205.
  4. Garsoïan 2004, p. 112.
  5. Donabédian et Thierry 1987, p. 68.
  6. a et b Donabédian et Thierry 1987, p. 500-501.
  7. a, b, c et d Grousset 1947, p. 266.
  8. Grousset 1947, p. 272.
  9. Grousset 1947, p. 267.

Bibliographie[modifier | modifier le code]