Head space

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chromatographe en phase gazeuse analysant les composés odorants.

En chimie du parfum, le head space est une technique développée dans les années 1970 afin d'identifier les composés odorants présents dans l'air environnant divers objets (environnement appelé headspace, « espace de tête»). Habituellement, les objets odorants d'intérêt sont des plantes, des fleurs, des aliments et leurs emballages (le headspace d'une bouteille désigne plus particulièrement l'espace entre le liquide et le bouchon). Des techniques similaires sont également utilisés pour analyser les odeurs intéressantes de lieux et d'environnements tels que les magasins de thé, les scieries. Une fois les données analysées, les parfums peuvent alors être reconstitués par un parfumeur. Cette technique est notamment utilisée lorsque les odeurs naturelles et agréables d'une fleur sont impossibles à obtenir sous forme d'huiles essentielles grâce aux techniques d'extraction.

Un des pionniers de cette technique est le chimiste Roman Kaiser (en) qui l'utilise pour mesurer et caractériser les senteurs de la forêt tropicale. La technologie headspace a depuis été largement utilisé pour échantillonner in vivo l'espace de tête floral d'une grande variété de taxons et leurs composés aromatiques tels que les dérivés d'acides gras (aldéhydes, alcools et cétones), les benzénoïdes et isoprénoïdes.

Technique[modifier | modifier le code]

La fleur est placée dans un récipient de verre adapté à sa forme, pour éviter tout risque de meurtrissures. Un micro-capteur est placé à l'intérieur du récipient et absorbe pendant plusieurs heures l'air parfumé autour de celui-ci. Les odeurs ne sont pas modifiées, la fleur étant toujours vivante (et non coupée). L'échantillon ainsi obtenu est ensuite étudié par Chromatographie en phase gazeuse pour séparer les différentes molécules les unes des autres, ainsi que par spectrométrie de masse pour savoir la proportion (poids moléculaire) de chacune dans l'échantillon total. Une fleur émettant parfois jusqu'à 400 molécules olfactives différentes, il faut donc sélectionner et harmoniser celles qui vont reproduire le plus fidèlement le parfum recherché.

Voir aussi[modifier | modifier le code]