Harry Oppenheimer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Harry Frederick Oppenheimer)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oppenheimer.
Article général Pour un article plus général, voir Famille Oppenheimer (Afrique du Sud).
Harry Frederick Oppenheimer
Naissance
Kimberley
Décès (à 91 ans)
Nationalité Sud-Africain
Profession
Formation
Ascendants
May Pollack
Ernest Oppenheimer
Conjoint
Bridget McCall
Descendants

Harry Frederick Oppenheimer ( - ) fut un important homme d'affaires Sud-Africain et l'un des hommes les plus riches du monde[1]. En 2004, il fut classé au 60e rang de la liste des cents plus importantes personnalités sud-africaines[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de May Pollack, seconde épouse d'Ernest Oppenheimer[3],[4]. Sa famille est juive, originaire d'Allemagne, et réside à Kimberley en Afrique du Sud ; Harry passe la majeure partie de son existence à Johannesburg. Il fête sa Bar Mitzvah à la synagogue de Kimberley lorsqu'il a treize ans. Il se convertit au christianisme anglican à l'occasion de son mariage.

Après avoir terminé sa scolarité primaire à Johannesburg, il rejoint Charterhouse School en Angleterre puis le collège de Christ Church de l'Université d'Oxford, dont il sort diplômé de Philosophie, politique et économie en 1931[4]. Lorsqu'il épouse Bridget McCall, il décide de rejoindre l'Église anglicane ; il reste cependant un soutien de la cause juive durant toute sa vie[5]. Il génère ainsi un important flot de pierres vers l'industrie israélienne du diamant.

Carrière[modifier | modifier le code]

Harry Oppenheimer est Président du conseil d'administration de l'Anglo American (un consortium minier) pendant vingt-cinq ans, jusqu'en 1982, et Président du conseil d'administration de De Beers (conglomérat du secteur du diamant) pendant vingt-sept ans, jusqu'en 1984 ; il prend sa retraite à ce moment.

Il est également pendant quelque temps membre du parlement, représentant de la circonscription de Kimberley, de 1948 à 1957, où il est le porte-parole de l'opposition dans les domaines économiques, financiers et constitutionnels[6].

Son fils, Nicky Oppenheimer, devient Président-adjoint de l'Anglo American en 1983 et Président du conseil de De beers en 1998[6]. Sa fille, Mary Slack, réside principalement à Brenthurst, une banlieue de Johannesburg, mais elle a des maisons à Muizenberg et à Londres, ainsi qu'une ferme destinée à la reproduction de chevaux de race, située à environ une heure et demie au nord du Cap. Le haras possède une marque commerciale, Wilgerbosdrift Stud, et a produit quelques chevaux fameux[réf. nécessaire].

Philanthropie[modifier | modifier le code]

Il est également un philanthrope soutenant l'État d'Israël. Dans le cadre de ses activités professionnelles, il ordonne personnellement qu'Israël reçoive des pierres brutes extraites par De Beers, aidant ce pays à devenir un leader mondial du polissage et de l'exportation de diamants.

Durant les années 1970 et 1980, il finance le Parti progressiste fédéral, parti anti-apartheid, qui fusionne ultérieurement avec d'autres partis dans l'Alliance démocratique[7].

La ville de Kimberley lui remet les Clés de la ville le 4 septembre 1973 en hommage à ce « fils illustre de la ville » qui contribua à faire de Kimberley le centre mondial du diamant[8].

Le prix Harry Oppenheimer Fellowship Award, premier prix africain concernant la recherche, est décerné chaque année en sa mémoire.

Le Harry Oppenheimer Bridge, nommé ainsi en son honneur en 1951, est un pont reliant la ville sud-africaine d'Alexander Bay à celle d'Oranjemund, en Namibie.

Références[modifier | modifier le code]


  1. (en) « Harry Oppenheimer », The Telegraph,‎ (lire en ligne).
  2. (en) « The 10 Greatest South Africans of all time », Bizcommunity, (consulté le 25 novembre 2016)
  3. Tristan Gaston-Breton, « Les Oppenheimer », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  4. a et b (en) « Sir Ernest Oppenheimer, 1880-1957 », The Brenthurst Library, (consulté le 25 novembre 2016)
  5. (en) Clive Minchom, « Diamonds May Not Be For Ever – But At The Moment They Look Pretty Good », Jewish Business News, (consulté le 25 novembre 2016).
  6. a et b (en) David Pallister, « Harry Oppenheimer », The Guardian,‎ (lire en ligne).
  7. (en) « Philanthropy in South Africa », sur property24.com, .
  8. (en) R. Hart, « Mr H.F. Oppenheimer receives the Freedom of the City of Kimberley », Now and Then: Newsletter of the Historical Society of Kimberley and the Northern Cape, vol. 18, no 3,‎ , p. 1-2.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • WorldCat