Hark Olufs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hark Olufs
Description de cette image, également commentée ci-après
Tombe de Hark Olufs dans le cimetière de Nebel
Naissance
Nebel, Amrum, Danemark.
Décès (à 46 ans)
Süddorf, Amrum
Nationalité Danois
Activité principale
Marin, trésorier puis commandant militaire

Hark Olufs né le 17 ou à Nebel, en Allemagne et mort le 13 octobre 1754 était un marin d'origine frisonne, puis trésorier et commandant militaire dans la régence d'Alger. Il a été capturé par des pirates Algériens et vendu en esclavage à Alger. En servant le bey de Constantine, il a pu obtenir sa libération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hark Olufs est né 17 ou 19 juillet 1708 sur l'Île frisonne d'Amrum, qui appartenait alors au Danemark, d'un père capitaine de navire nommé Oluf Jensen. En 1721, il est devenu marin sur l'un des navires de son père, le Hoffnung.

En 1724, lors d'un voyage de Nantes à Hambourg, son navire a été saisi par pirates Algériens, lui et ses deux cousins ont été pris en otages. La famille d'Oluf ne pouvait pas se permettre de payer la haute rançon demandée par les marchands d'esclaves de Barbarie pour sa libération. La famille envoya une demande de prêt au royaume du Danemark, mais la requête a été rejetée.

Par la suite, Olufs a été vendu comme esclave sur le marché des esclaves d'Alger. De 1724 à 1728, il était au service du bey de Constantine, il s'est « élevé » dans la hiérarchie en devenant trésorier du Bey. Entre 1728 et 1732, il est fait commandant des gardiens du palais du bey. En 1732, il est devenu Agha ed-Deira, soit commandant en chef de la cavalerie locale.

Il prit part à la conquête de Tunis par l'armée Algérienne en 1735, en récompense, il a été libéré le 31 octobre 1735, et a été autorisé à retourner à Amrum, sa ville natale. En 1747, il a publié une autobiographie en danois, qui a été traduit en allemand en 1751.

Hark Olufs est décédé le 13 octobre 1754, à Süddorf, dans Amrum. Sa pierre tombale est toujours visible dans le cimetière de Nebel.

Héritage[modifier | modifier le code]

La vie de Hark Oluf  a été traitée dans un roman biographique en 2010 :

  • Udo Weinbörner, Der General des Bay. Das abenteuerliche Leben des Amrumer Schiffsjungen Hark Olufs, Bad Honnef, Horlemann, (ISBN 978-3-89502-299-9)

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]