Gyorgy Kurtág Jr.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

György Kurtág Jr. est un compositeur et chercheur en musique électronique & expérimentale d'origine hongroise, basé à Bordeaux. Il est à ce jour coordinateur art/sciences au SCRIME de Bordeaux[1]. György Kurtág Jr. est le fils de György Kurtág et de Márta Kurtág.

Biographie[modifier | modifier le code]

[2]György Kurtág Jr. (junior) est né à Budapest, en Hongrie, le 13 oct 1954. Fils du compositeur Gyorgy Kurtág et Marta Kurtág, pianiste de renommée internationale[3]. Dans une interview réalisé par France Musique[4], György raconte quelques anecdotes de son enfance[5].

Très tôt il se tourne vers la musique et après avoir terminé ses études de composition en Hongrie à l’Académie de musique Franz Liszt, György Kurtag Jr. quitte la Hongrie au début des années 1980 pour la France où il intègre l’équipe du Centre européen de recherche musicale à Metz de 1980 à 1982. Par la suite, il intégrera à l'IRCAM[6] à Paris, où pendant 6 années parisiennes (1980-1986), il travaillera comme compositeur-chercheur et RIM (réalisateur en informatique musical)[7].

Projets et évolution[modifier | modifier le code]

Entre 1980 et 1985, durant la période où György Kurtág Jr. travaille à l’IRCAM en tant que compositeur-chercheur et assistant musical, il œuvre aux côtés de compositeurs comme Mauricio Kagel, Péter Eötvös, Sylvano Bussotti mais aussi de chercheurs en musique informatique, parmi lesquels : Tod Machover (MIT Medialab, Futur Group), David Wessel [8] (CNMAT Berkeley[9]), George Lewis (The Center for Jazz Studies at Columbia University) Steven  McAdams (McGill’s Schulich School of Music)… Il participe à la tournée de Repons de Pierre Boulez aux États-Unis[10]. Depuis 1983, Gyorgy Kurtág Jr. collabore avec Ferenc Grünwalsky, compose la musique de plusieurs longs-métrages, dont « Variations Goldberg » qui obtient le prix des critiques de cinéma de la meilleurs composition musicale en 1993[11]. En 1996, avec le Quatuor Lugosi, il recompose la bande son de Plan 9 from outer space de Ed Wood, présentée sous forme de cinéma-spectacle à Paris dans le cadre d'une commande du festival "la muse en circuit" [12].

En tant que coordinateur Art/sciences au sein du SCRIME à Bordeaux, ses recherches englobent aussi bien l’analyse et la captation des gestes de l’instrumentiste que la création d’instruments nouveaux. En 1986 il collabore avec la société allemande Shadow[13] pour la réalisation d’un prototype de module de synthèse pour une interface guitare-midi[14].

Attiré par les arts plastiques et l’image, György Kurtág Jr. reçoit des commandes musicales du Centre Georges Pompidou, du Musée du Louvre, Musée de Grenoble, ainsi que de la part d’artistes plasticiens, vidéastes, chorégraphes[12].

Avec Daniel Kientzy (saxophone) et Frank Royan Le Mee (voix), il fonde Comité des fêtes, groupe qui innove à la fin des années 1980 en puisant son inspiration dans l’éclectisme des musiques actuelles et anciennes, la dimension théâtrale et l'improvisation[15].[réf. nécessaire]

En 1995 il écrit une pièce pour deux méta-instruments octophoniques: Cyclone[16].

Depuis 1999 il est impliqué dans la composition collaborative et divers projets évolutifs. Il compose entre autres un quatuor à cordes « électronique hybride »[17] , Zwiegespräch, en collaboration avec Gyorgy Kurtag Senior, sur plus de huit ans, qui sera programmé par le festival de Luzern (2000), le festival de musique contemporaine de Huddersfield avec le quatuor Arditti ( 2001) et repris par le quatuor Keller au Wiener Festwochen (2002)[18]. Il continuera de travailler étroitement aux côtés de ses parents. Ils se produiront d'ailleurs, lors d'un concert collaboratif, en famille, au Carnegie Hall en février 1999, qui fera l'objet d'un article dans le New York Times[19].

En solo, le « The Continuator Project  » a été programmé par le la 24e Hestejada de Las Arts d’Uzeste Musical (2001), le festival Sons d’Hiver (Paris) et les festivals de Wien et de Budapest (2002)[20].

Avec son trio de rock progressif “Sc.Art (Science et Art)” [21] il remporte the Fonogram – Hungarian Music Award 2010 for  contemporary classical album of the year. Cet Album récompensé, “The Well-Tempered Universe” [22], est un concert multimédia construit à partir d'enregistrements de sons cosmiques réalisés par la NASA et l’université de l’Iowa.

György Kurtág Jr poursuit actuellement ses recherches et ses travaux de composition depuis la région bordelaise. En tant que coordinateur Art/sciences au sein du SCRIME, ses recherches englobent aussi bien l’analyse et la captation des gestes de l’instrumentiste que la création d’instruments nouveaux[1]. Il se produit lors d’un concert au musée Guggenheim de New York le 21 juillet 2016[23] dans le cadre du festival Modernity X Hungary.

Discographie[modifier | modifier le code]

Année Noms Rôle/Instrument Divers
1984 Daniel Kientzy Composer
1990 Comité des Fêtes Composer, synth, mixing supervisor
1990 Hexameron Synths
1990 Zeitlauf Synth Buchla 300
1992 Opération BLOW UP Composer & Synths
1993 Made in Nigeria Synths, producer, mixing supervisor
1993 Embrasement (Étude aux sons cannelés) Synths
199? Athina Synths
1996 Noise D'fense Synths
1996 FIRST STEP Composer & Synths
1997 Live Computer Music Composer
1997 La Muse? J'écoute Composer
2002 LUX NOX Synths
2002 Playtime Composer & Synths
2003 Voyage en Cojmédie Synths
2005 PRESENCE Synths
2005 Hommage à Kurtàg Electric Guitar
2005 DoubleFaze Composer
2007-2009 Kurtág 80 Composer & Artistic Director finaliste du MIDEM CLASSIC AWARDS 2009
2008 KFT - A bàbu visszavàg Synths
2009 Variation Diabelli Mixing producer
2009 Diagnosis Synths
2009 Kurtagonals Composer
2009 Sc.Art: The Well-Tempered Universe Composer, synths, mixing supervisor FONOGRAM AWARD 2010
2009 Tradsociety TULPA Synths
2010 Ligeti et Kurtág at Carnegie Hall Mixing supervisor
2010 Walk on Water - Koala Fusion feat György Kurtág jr Synths
En préparation Barre Phillips & György Kurtág jr duo
En préparation Zwiegesprach – Dialogue of synths & orchestra
En préparation ONE
En préparation FLUXUS

Vidéos[modifier | modifier le code]

Année Nom
2009 Hangsimogato Hunnia Records
2011 Les Complémentaires in Budapest
2016 Portré Barre Phillips

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « György Kurtag », sur scrime (consulté le 19 août 2016)
  2. http://rateyourmusic.com/artist/gyorgy_kurtag__jr_ György Kurtág, Jr. Born 1954, Budapest, Budapest, Hungary Notes Father of Judit Kurtág, son of György Kurtág and Márta Kurtág
  3. http://www.francemusique.fr/emission/l-improviste/2013-2014/barre-phillips-contrebasse-et-gyorgy-kurtag-junior-synthetiseurs-et-percussion-digitale-radio : Aux synthétiseurs et percussions digitales György Kurtág Jr. musicien d'origine hongroise, "tombé dans la marmite" de la musique au berceau, un berceau que les parents Kurtág (György et Martha) glissaient sous le piano, dans le petit appartement familial en Hongrie. La musique imprégnait la maison, du matin jusqu'au soir.
  4. « Tapage nocturne Kurtág Jr. », sur SoundCloud (consulté le 22 juin 2016)
  5. http://www.francemusique.fr/emission/l-improviste/2013-2014/barre-phillips-contrebasse-et-gyorgy-kurtag-junior-synthetiseurs-et-percussion-digitale-radio un berceau que les parents Kurtág (György et Márta) glissaient sous le piano, dans le petit appartement familial en Hongrie.
  6. « György Kurtág Jr. », sur http://www.francemusique.fr
  7. « Ressources », sur brahms.ircam.fr (consulté le 22 juin 2016)
  8. « WWW Ircam: Les nouvelles », sur www.ircam.fr (consulté le 19 août 2016)
  9. « Search | CNMAT », sur cnmat.berkeley.edu (consulté le 19 août 2016)
  10. « György Kurtág Jr. », sur France Musique (consulté le 22 juin 2016)
  11. « Sc.Art - Music based on sounds from Space », sur Sc.Art - Music based on sounds from Space (consulté le 22 juin 2016)
  12. a et b sbuchou, « Découvrez qui est György Kurtág Jr ! », sur György Kurtág Jr., (consulté le 22 juin 2016)
  13. « Shadow Electronics »
  14. « Shadow Guitar Midi »
  15. « Gyorgy Kurtag Jr », sur France Musique (consulté le 19 août 2016)
  16. Signé Lazer, « Musiques & Recherches », sur electrodoc.musiques-recherches.be (consulté le 19 août 2016)
  17. « Zwiegespräch, György Kurtág », sur brahms.ircam.fr (consulté le 22 juin 2016)
  18. « Ircam : Notice d’œuvre, Zwiegespräch [de] György Kurtág [ Portail de la musique contemporaine ] », sur www.musiquecontemporaine.fr (consulté le 22 juin 2016)
  19. Vivien Schweitzer, « A Familial Collaboration on Works by György Kurtág at Zankel Hall », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  20. « The Continuator, the machine in synch with musical styles | Neural », sur neural.it (consulté le 22 juin 2016)
  21. « Sc.Art - Music based on sounds from Space », sur Sc.Art - Music based on sounds from Space (consulté le 22 juin 2016)
  22. (en) « The Well-Tempered Universe », sur Rhapsody, (consulté le 22 juin 2016)
  23. « Modernity X », sur www.modernityxhungary.com (consulté le 22 juin 2016)