Guy d'Arcangues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcangues.
Guy d'Arcangues
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Maire
Titre de noblesse
Marquis
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

Guy d’Arcangues, né le à Paris et mort le [1], est un romancier et poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy d’Arcangues est le 8e marquis d'Iranda, fils de Pierre d’Arcangues (1887-1973), qui fut, durant quarante années le maire du bourg du Pays basque français qui porte son nom et dont il contribua activement à modifier le visage.

Guy d’Arcangues a été très fortement marqué par les années de guerre. Il n’avait que 17 ans lorsqu’il fut confronté seul aux troupes allemandes venant occuper le château familial. Il évoque cette période dans un roman émouvant, Les Tambours de septembre, paru peu après sa mort. Plus tard, il fut emprisonné au fort du Hâ, à Bordeaux, avant d’être déporté dans un camp de travail en Silésie à la place de son père, également incarcéré. Une pièce de théâtre, Le Héros, et surtout un magnifique récit, Le Silésien, témoignent de cette épreuve.

Après la guerre, Guy d’Arcangues fut le jeune directeur artistique des casinos de Biarritz, avant de devenir journaliste pour Paris Match, Vogue, Adam ou Jours de France dans les années 1960. Président du comité du tourisme et des fêtes de Biarritz entre 1971 et 1977, il relança l’activité touristique de la ville en invitant des hôtes prestigieux tel que Frank Sinatra.

Acteur essentiel de la gentry basque durant toute la seconde moitié du XXe siècle, Guy d’Arcangues n’a pour autant jamais abandonné l’écriture, se confiant régulièrement, sur près de soixante années, dans un journal intime encore inédit. Mais c’est surtout à travers la poésie qu’il a trouvé sa principale source d’inspiration, s’abandonnant tour à tour à des observations légères et élégantes ou à des descriptions plus contemplatives, qui brossent un autre portrait, tout en nuances, de celui qui se désignait lui-même comme un “opportuniste”.

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Poésie
  • 17 poèmes à la craie de lune, Paris, Seghers, 1954
  • Eugenia, Paris, Seghers, 1958
  • Le Cheval andalou, Paris, Seghers, 1967
  • Madame petit soldat, Éditions De Rache, 1975
  • Dialogue, Éditions De Rache, 1981
  • La Nuit princesse, Éditions De Rache, 1981
  • Châteaux de plâtre, Éditions De Rache, 1982
  • Le Jardin à la française, Bordeaux, Opales, 1992
  • Pollens-mémoire : aphorismes et poèmes, Opales, 1996

Nombreux poèmes dans la revue Vents et Marées

Théâtre
  • Le Héros, Bordeaux, Dufourg-Tandrup, 2002
Romans
Récits, souvenirs
  • L'Opportuniste, Biarritz, Atlantica, 1998
  • Les Feux de la Saint-Jean, Paris, Séguier, 2000

Références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]