Guy Schoeller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Schoeller
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Conjoints
Ghislaine Schoeller (d)
Bettina Graziani
Françoise Sagan (de à )Voir et modifier les données sur Wikidata
Tombe Guy Schoeller, Ghislaine Schoeller, Claude Paillat, Cimetière d'Auteuil, Paris.jpg
Tombe de Guy Schoeller au cimetière d'Auteuil.

Guy Schoeller, né le à Paris et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un éditeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Schoeller est le fils de René Schoeller, qui fut directeur général de la maison Hachette à partir des années 1930. Guy travaille dans le groupe Hachette à partir de 1945. Aux côtés d'Henri Filipacchi, il participe au lancement de la collection Le Livre de poche en 1953 et s'occupe des relations avec Gallimard. En 1972, il quitte Hachette pour les éditions Robert Laffont en apportant l'édition du Quid[1].

Il est le fondateur en 1980 de la collection « Bouquins » chez Robert Laffont, et fut également directeur du magazine Femmes d'aujourd'hui.

De 1958 à 1960, il est le mari de la romancière Françoise Sagan.

En 1998, il retrace dans Bettina la carrière du plus célèbre mannequin français des années 1950, Bettina Graziani, avec qui il vécut un temps[2].

Il avait annoncé la publication d’un ouvrage dont il était l’auteur, Le Guide du bluffeur, ouvrage jamais sorti. Il était en effet plus dandy qu'homme de lettres, plus mondain que penseur. Un de ses livres de chevet était pourtant le Journal de Jules Renard. Avec l'acteur Maurice Ronet, il partageait une vraie passion pour les varans de Komodo.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Guy Schoeller, Bettina, Paris, Assouline, coll. « Mémoire de la mode », , 80 p. (ISBN 9782843230844)

Acteur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Portrait de Guy Schoeller » par Gérard Meudal, in: Libération, 24 mai 1995.
  2. Gérard Meudal, « Guy Schoeller », Portrait, sur liberation.fr, Libération, (consulté le ) : « De son premier amour tout de même il consent à se souvenir, le mannequin Bettina Graziani, peut-être parce qu'elle le quitta pour un rival illustre, Ali Khan. »

Liens externes[modifier | modifier le code]