Guillaume l'Anglais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guillaume l'Anglais
Biographie
Activités

Guillaume l'Anglais (en latin Guillelmus Anglicus[1]) est un médecin anglais du XIIIe siècle établi à Marseille.

Il est principalement connu par son traité médico-astrologique De urina non visa[2]. L'auteur y prescrit l'emploi de l’horoscope du patient pour en déduire son état de santé sans même avoir à examiner son urine, comme c'était l'usage[3], afin de procéder au diagnostic et au pronostic. Cet ouvrage était toujours consulté à l'université de Bologne en 1405[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

D'après Monumenta Germaniae Historica :

  • Astrologia
  • Judicium de urina non visa (1219)
  • Tabula de stellis fixis
  • Tractatus de meteoris (vers 1230)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « William of Marseille » (voir la liste des auteurs).
  • (en) Lynn Thorndike, A History of Magic and Experimental Science During the First Thirteen Centuries of Our Era, vol. 2, New York, Columbia University Press, s. d. (1re éd. 1923), 1036 p. (ISBN 0-231-08795-0, lire en ligne), p. 92.
  • (fr + la) Guillaume l'Anglais et Laurence Moulinier-Brogi (éd. et trad.), Guillaume l’Anglais, le frondeur de l’uroscopie médiévale (XIIIe siècle) (édition commentée et traduction du De urina non visa), Genève, Droz, coll. « Hautes études médiévales et modernes » (no 101), , 290 p. (ISBN 2-600-01363-6).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce nom désigne plusieurs lettrés du Moyen Âge, dont le plus connu est l'astrologue évoqué dans cet article : Guillelmus Massiliensis.
  2. La Biographie universelle, ancienne et moderne de Michaud attribue cet ouvrage au médecin anglais William Grisaunt († après 1350).
  3. Laurence Moulinier, 2011.
  4. (it + la) Université de Bologne et Carlo Malagola (éd.), Statuti delle Università e dei Collegi dello Studio Bolognese, N. Zanichelli, , XXIV-524 p., p. 276.