Guillaume Alexis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guillaume Alexis
Biographie
Naissance Vers
Ordre religieux Ordre de Saint-Benoît
Décès
Abbé de l'Église catholique
Abbaye Notre-Dame de Lyre

Guillaume Alexis est un poète et homme d'église français de la fin du XVe siècle et du début du XVIe.

Surnommé le Bon Moine, ce savant est un moine bénédictin de l'abbaye Notre-Dame de Lyre, dans le diocèse d'Évreux.

On sait qu'il fut prieur de Saint-Pierre de Bucy-le-Roi[1].

On ignore les dates précises de sa naissance et de sa mort. En 1486, il accomplit un pèlerinage à Jérusalem[2] et y mourut, dit-on, victime de la persécution des Turcs.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Guillaume Alexis était un poète au style très vif, que la critique littéraire moderne range parmi les successeurs de Villon.

On connaît de lui les ouvrages suivants :

  • Le Passe-temps de tout homme et de toute femme avec l'A, B, С des doubles (Paris, Antoine Vérard), en vers, traduction latine d'un texte attribué à Innocent III[2], décrit l'histoire de la vie de l'homme de la naissance à la mort.
  • Le Grant Blason des faulces amours, dont il existe une édition datant de 1529 publiée à Lyon chez Claude Nourry[3]. Ce poème, cent-vingt-six stances de douze vers, est un dialogue entre un gentilhomme et un moine supposé être l'auteur, le premier prenant la défense de l'amour, l'autre s'en faisant l'adversaire[2]. Les arguments du moine consistent surtout à dénigrer les femmes, dans la tradition de ces ouvrages misogynes que Christine de Pizan dénonce dans l'introduction de la Cité des dames. Ses arguments sont si convaincants que le gentilhomme finit par se ranger à son opinion. L'œuvre connut une popularité suffisante pour être citée dans une autre œuvre misogyne célèbre de l'époque, Les Quinze Joies de mariage et inciter un autre auteur à rédiger un Contre blason, où les mêmes arguments sont cette fois défendus par deux dames, une dame de la cour et une religieuse. Celle-ci a de nouveau le dernier mot[2].
  • Le Dialogue du Crucifix et du Pèlerin, composé selon le titre de l'ouvrage lors du pèlerinage à Jérusalem en 1486 et imprimé à Paris.
  • Le Loyer des folles amours, et le Triomphe des Muses contre l'amour", à la suite des "Quinze joies du mariage".
  • Le Passe-temps du prieur de Bussy[4] et de son frère le cordelier.
  • Le Miroir des Moines.
  • Le Martyrologe des fausses langues et le chapitre général d'icelles tenu au temple de Danger.
  • Quatre chants royaux qui se trouvent parmi les Palinodies.
  • Le Débat de l'homme et de la femme, rédigé vers 1461, connaît au moins sept éditions différentes entre 1490 et 1530[5].

Jean de La Fontaine admirait son art de composer les vers[2].

Source[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque françoise, ou Histoire de la littérature françoise, Claude-Pierre Goujet, 1754, 1755, chez P. J. Mariette et H.-L. Guerin

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel-André Bossy, Woman's Plain Talk in Le Débat de l'omme et de la femme by Guillaume Alexis. (Le franc-parler féminin dans Le Débat de l'homme et de la femme de Guillaume Alexis), Fifteenth-Century Studies 16 (1990): 23-41.
  • Claude Malingre, Les Antiquités de la ville de Paris, coll. « Bibliothèque municipale de Lyon », , 24 p. (lire en ligne).
  • Charles Guery, Guillaume Alexis, dit le Bon Moine de Lyre, Prieur de Bucy, Fb&c Limited, , 138 p. (ISBN 9781527618534).

Notes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]