Guerre d'Aroostook

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aroostook (homonymie).
Carte illustrant la dispute territoriale.

La guerre d'Aroostook est un conflit frontalier qui opposa États-Unis et le Royaume-Uni entre 1838 et 1839. La guerre ne fut pas officiellement déclarée entre les belligérants.

L'origine de cette confrontation est la non-reconnaissance de la frontière entre les colonies britanniques (aujourd’hui le Canada) et les États-Unis. Il s'agissait en particulier de la frontière entre l’État américain du Maine et de la province canadienne du Nouveau-Brunswick, dans la vallée de la rivière Aroostook.

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors du traité de Paris de 1783, la frontière entre les deux nations n’avait pas été déterminée précisément. Le Massachusetts commença à accorder des terres au niveau de l'actuel comté d'Aroostook. Le fait que la frontière n'était pas clairement définie conduisit les Britanniques à occuper les actuels comtés de Washington, de Hancock et de Penobscot lors de la guerre de 1812. Le traité de Gand à la fin de la guerre de 1812 a rétabli les frontières de 1783. La région était intéressante car elle recélait de grandes forêts utiles pour l’industrie du bois. Cela conduisit à de nombreuses disputes entre les deux États durant les années qui suivirent.

Des troupes furent envoyées en 1839 par les deux parties dans la vallée de la rivière Aroostook. Des discussions ont toutefois permis d’éviter un conflit armé et une solution fut trouvée grâce au traité Webster-Ashburton le 9 août 1842. Ce traité permit de préciser les limites des États et des travaux de délimitation furent mis en œuvre jusqu'en 1847.

La ligne de défense britannique[modifier | modifier le code]

Entre 1839 et 1841, le gouvernement britannique ordonna la construction de plusieurs forts sur le territoire disputé. Parmi ceux-ci se trouvait la ligne de défense Rivière-du-Loup Madawaska, qui comportait quatre postes temporaires (ou fieldworks) disposés le long des courts d'eau de ce qui est aujourd'hui le Témiscouata (Qc) et le Madawaska (NB). Ces quatre forts temporaires étaient situés à l'endroit ou sont aujourd'hui les villes de Cabano (Qc), Dégelis (Qc), Edmundston (Nb) et Grand-Sault (Nb).

Ces quatre fortifications ont été démolies pour diverses raisons à la fin du XIXe siècle, mais deux de ces forts, ceux de Cabano et d'Edmunston ont été rebâtis à l'emplacement original. Ce sont respectivement les forts Ingall et P'tit-Sault.