Gregory Buchakjian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gregory Buchakjian
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (50 ans)
Nationalité
Activité

Gregory Buchakjian (né en 1971, à Beyrouth, Liban) est un artiste contemporain et historien d’art libanais. Il a effectué ses études à l’Université Paris-Sorbonne. Il est le directeur de l’école des arts visuels à l’Académie libanaise des beaux-arts[1] où il avait cofondé, avec les architectes Pierre Hage Boutros et Rana Haddad, l’Atelier de Recherche ALBA[2].

De 2012 à 2019, Gregory Buchakjian a été membre du comité consultatif de la Saradar Collection, dédiée à l’art moderne et contemporain au Liban[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Gregory Buchakjian a émergé sur la scène artistique après le Conflit israélo-libanais de 2006 au sein du « Lebanon Film Collective »[4]. Il réalisa Quoi des chaussures ?, un court film d’animation [5] présenté dans le projet « Videos Under Siege » qui fut notamment projeté au Festival international du film de Dubaï 2008.

Dans les années qui ont suivi, il s’est glissé dans la vie de nuit underground de Beyrouth. Ses photographies reproduisent une sensualité sous laquelle la violence et l’angoisse sont latentes.[6] Tirant son nom Nighthawks de la célèbre peinture de éponyme de Edward Hopper, la série fut exposée à la cathédrale de Groningue (ville) dans le cadre du 18e Noorderlicht Photofestival 2011: Metropolis[7]. Par la suite, il a publié une recherche scientifique au sujet de l’histoire de la photographie de vie de nuit au Liban[8].

Buchakjian a fait partie de The Place that remains, le premier pavillon national du Liban à la Biennale d’architecture de Venise 2018[9].

Suite à l’embrasement des Manifestations de 2019-2020 au Liban, il a sauvegardé des captures d’écran de photographies, films, dessins et textes diffusés sur les réseaux sociaux. Les 480 premiers éléments furent réunis dans Thawra Stories, suivis de la liste des comptes instagram sur lesquels ils furent initialement diffusés[10].

Habitats abandonnés[modifier | modifier le code]

De 2009 à 2016, Gregory Buchakjian a consacré un projet de longue haleine aux habitats abandonnés de Beyrouth qui s’est développé à partir d’une interprétation photographique des intérieurs délaissés et a englobé une recherche extensive et une thèse de doctorat[11]. Dans ce contexte, il collabora avec Said Baalbaki sur un livre d’artiste en lithiographie basé sur Wadi Abu Jamil, l’ancien quartier juif de Beyrouth où Baalbaki a grandi, et qui a été témoin de bouleversements durant les périodes de la guerre et de l’après-guerre[12]. Il a également exposé, en dialogue avec François Sargologo, des ruines photographiques extraites d’un immeuble qui aurait été habité par un membre du commandement général des forces “Al Assifa” au sein de Organisation de libération de la Palestine[13].

Le projet artistique fut dévoilé en 2018 avec une exposition organisée par Karina El Helou au Musée Sursock[14]. Y figuraient des photographies performatives de figures humaines errant dans les ruines, un dispositif mettant à la disposition du public 700 fiches signalétiques d’immeubles ainsi qu’une vidéo dans laquelle Buchakjian et Valérie Cachard manipulent, examinent et lisent des extraits de centaines de documents recueillis lors de leurs visites[15]. Dans la seconde présentation, à la Villa Empain de Bruxelles, une salle était consacrée à la demeure de l’ancien premier ministre Takieddine Solh, avec des dessins exécutés d’après des objets trouvés sur place et deux photographies du même espace, l’une prise par Buchakjian, l’autre par Fouad Elkoury en 1984[16].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Halte (Labor et Fides, Genève, 2006)[17]
  • War and other Impossible Possibilities. Thoughts on Arab History and Contemporary Art (Alarm Editions, Beyrouth, 2012)[18]
  • Michel Basbous (Beirut Exhibition Center, Beyrouth, 2014)[19]
  • Passing Time. avec Fouad Elkoury et Manal Khader (Kaph Books, Beyrouth, 2017)[20]
  • Habitats abandonnés, une histoire de Beyrouth, édité par Valérie Cachard (Kaph Books, Beirut, 2018)[21]

Expositions[modifier | modifier le code]

Solo[modifier | modifier le code]

  • Nighthawks, Comme des Garçons Guerilla Store, Beyrouth, 2008[22]
  • Abandoned Dwellings, Display of Systems. Curatrice : Karina El Helou, Musée Sursock, Beyrouth, 2018[23]
  • Habitats abandonnés de Beyrouth, Villa Empain, Bruxelles, 2019[24]

Collective[modifier | modifier le code]

  • Nafas Beirut, Espace SD, Beirut, 2006[25]
  • De Lumière et de Sang, Fondation Audi, Beyrouth, 2010[26]
  • Q Calling the Shots – vol. 1: Architectural Photography, Q Contemporary, Beyrouth, 2010[27]
  • Q Calling the Shots – vol. 2: Narrative Photography, Q Contemporary, Beyrouth, 2011[28]
  • Metropolis. City Life in the Urban Age, Noorderlicht Photofestival 2011, Groningue, 2011[29]
  • Pellicula, Galerie Janine Rubeiz, Beyrouth, 2013[30]
  • The Place that Remains, Pavillon du Liban, 16e Biennale d’architecture de Venise, 2018[31]
  • Across Boundaries. Focus on Lebanese Photography. Curateur : Tarek Nahas, Beirut Art Fair 2018[32]
  • Beyond. Contemporary Lebanese Art and Design, Phillips, Londres 2019[33]
  • Beirut Lab: 1975(2020). Curatrices : Juli Carson et Yassmeen Tukan, University Art Gallery, University of California, Irvine, 2019[34]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Editorial », Academie Libanaise des Beaux-Arts ALBA, (consulté le )
  2. « Formidable Beyrouth ! » [archive du ], Centre pour l’image contemporaine - Saint-Gervais (Genève), (consulté le )
  3. « Saradar Collection - Saradar Group », Saradar, (consulté le )
  4. Roy Armes, Arab Filmmakers of the Middle East. A Dictionary, Bloomington and Indianapolis, Indiana University Press, (ISBN 0-253-35518-4), p. 100
  5. « Nafas Beirut » [archive du ], Xanadu, (consulté le )
  6. « Gregory Buchakjian Nighthawks », L'œil de la Photographie, (consulté le )
  7. « Gregory Buchakjian - Exhibitions », Photography Now: The international online platform for Photography and Video Art, (consulté le )
  8. Gregory Buchakjian, « A Century of Nightlife Photography », Middle East Journal of Culture and Communication, vol. 8, nos 2-3,‎ , p. 256–281 (DOI 10.1163/18739865-00802006, lire en ligne, consulté le )
  9. « Biennale Architettura 2018 - Lebanon », La Biennale di Venezia, (consulté le )
  10. Gregory Buchakjian, « Thawra Stories », L'Albatros,‎ (lire en ligne)
  11. « Habitats abandonnés de Beyrouth. Guerres et mutations de l’espace urbain : 1860-2015 par Gregory Buchakjian », Theses.fr, (consulté le )
  12. « ‘Mémoires de pierres’ : la relation entre une âme et un matériau », L'Agenda Culturel, (consulté le )
  13. Arie Amaya-Akkermans, « No longer and not yet », sur The Mantle, (consulté le )
  14. India Stoughton, « How one man's obsession led to the treasures within Beirut's abandoned buildings », The National, (consulté le )
  15. Kirsten O'Regan, « Photographs of Beirut’s Abandoned Houses, Decades After the Civil War », sur Hyperallergic, (consulté le )
  16. Tim Cornwell, « Houses of memory: Inside the abandoned buildings of Beirut », Middle East Eye,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. « Les Editions Labor et Fides » Ecrivains du réel » Halte », Labor et Fides (consulté le )
  18. « Grégory Buchakjian : ’’Plus on parle de paix, plus on s’en éloigne’’ », L'Agenda Culturel, (consulté le )
  19. « Michel Basbous (Biographical details) », The British Museum (consulté le )
  20. « Passing Time », Kaph Books (consulté le )
  21. « Habitats abandonnés – Une histoire de Beyrouth Gregory Buchakjian », Les Presses du Réel, (consulté le )
  22. Daniel Phillips, « Reaching back to Caravaggio, by way of Hopper », The Daily Star,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. « Gregory Buchakjian: Abandoned Dwellings. Display of Systems », Sursock Museum, (consulté le )
  24. « Abandoned Dwellings of Beirut », Brussels Museums, (consulté le )
  25. « Nafas Beirut », Espace SD, (consulté le )
  26. « Canvas Guide: 'Of Light and Blood: Spain and Lebanon, Shared Stories' » [archive du ], Canvas Magazine, (consulté le )
  27. « Q Calling the Shots volume 1 » [archive du ], Q Contemporary, (consulté le )
  28. « Q Calling the Shots volume 2 » [archive du ], Q Contemporary, (consulté le )
  29. Erik Vroons, « NOORDERLICHT FESTIVAL 2011: », Gup Magazine, (consulté le )
  30. India Stoughton, « On the impermanence of imagery », The Daily Star, (consulté le )
  31. « the place that remains: pavilion of lebanon at the 2018 venice architecture biennale », Designboom, (consulté le )
  32. « Across Boundaries. Focus on Lebanese Photography », Rania Matar website, (consulté le )
  33. « Beyond. Contemporary Lebanese Art and Design », LIFE, (consulté le )
  34. « Beirut Lab: 1975(2020) », University of California, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]