Grammaire du malgache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le malgache ou malagasy est la langue officielle de la République de Madagascar. Il appartient au groupe dit "barito" de la branche malayo-polynésienne des langues austronésiennes. Les autres langues de ce groupe sont parlées dans la province de Kalimantan du Sud, dans la partie indonésienne de l'île de Bornéo.

Morphologie[modifier | modifier le code]

Le verbe[modifier | modifier le code]

Le verbe en malgache ne marque ni le nombre, ni la personne ; il reçoit en revanche les marques du temps, du mode (indicatif / impératif), de l'aspect (accompli / inaccompli, ponctuel / duratif..) et surtout de la voix. La plupart des verbes se distinguent des noms par leurs affixes spécifiques.

Les voix et l'aspect[modifier | modifier le code]

A la différence de nombreuses langues dont le français, la phrase active n'est pas la phrase de base et la phrase passive une transformation de la première, mais le choix de la voix permet de prendre pour sujet ou thème différents composants sémantiques de la proposition comme l'agent (orientation active) ou l'objet (orientation passive), mais aussi le lieu , le temps , le moyen ou d'autres circonstances (orientations circonstancielle, instrumentale, applicative) . Ce genre de structure se retouve dans quelques autres langues austronésiennes.

Le nombre de voix du malgache est un objet de débat [1] . La tradition grammaticale n'en distingue que trois, active, passive et circonstancielle (anciennement : relative)[2] ; ce sont les plus fréquentes. Des études comparatives avec d'autres langues du même groupe ont conduit les linguistes contemporains à en reconnaître généralement cinq en ajoutant aux trois précédentes les voix instrumentale et applicative qui n'existent que pour un petit nombre de verbes [3].

La voix active

Le verbe comporte le plus souvent un préfixe commençant au présent par m- , en général , mi- pour les verbes intransitif, man- pour les verbes transitifs , n(o)- au passé , h(o)- au futur. Il existe quelques cas de formes actives réduites au radical comme tia (aimer)ou avy (arriver)

La voix passive

Les formes les plus fréquentes comportent un suffixe -ana /-ina. D'autres plus rares recourent à un préfixe en -a comme atsangana ( étant mis debout) issu du radical tsangana (position debout). Comme pour l'actif, il existe quelques bases verbales de sens passif comme hita ,( être vu, être trouvé )ou re ( être perçu ). Ils deviennet actifs par l'adjonction d'un préfixe: mahita ( voir,trouver ), mandre ( percevoir ) Les formes passives sont beaucoup plus utilisées que dans la majorité des langues et souvent préférées à l'actif. La traduction littérale de je lis la lettre, mamaky ny taratasy (*man-vaky>mamaky) paraît très maladroite On dit plus naturellement vakyko ny taratasy , la lettre est lue par moi (*vaky-ina-ko>vakyko ; le suffixe passif -ina disparaît devant le suffixe personnel -ko,moi qui représente le complément d'agent. De même, tiako izy, elle est aimée de moi, plutôt que je l'aime. Les formes passives sont également très usuelles à l'impératif : Lazao amy ko izany , " que cela me soit raconté" , raconte-moi cela ( milaza=dire, raconter ; lazaina= être raconté ; (lazaina+-o,désinence de l'impératif> lazao ).

La voix circonstancielle

Alors que la plupart des langues ne connaissent que l'actif ou le passif qui thématisent l'agent ou le patient/objet,le malgache partage avec quelques autres langues austronésiennes la capacité de prendre pour sujet d'autres constituants de la proposition comme diverses circonstances du procès ( lieu, temps, moyen, cause, but , etc.[3]. Cette voix est marquée par les circumfixes i-...-ana ou a-...-ana.

- L'aspect

L'accompli s'exprime par deux préfixes tafa- ou voa- qui se substituent aux affixes précédents à aleur d'inaccompli : Voavonjy ny marari ( le malade est sauvé ) s'oppose ainsi à vonjena ny marary ( on sauve le malade ), ces deux formes étant bâties à partir du radical vonjy ( aide, secours ), vonjena venant de vonjy + -ina.


Le tableau suivant présente les trois voix et l'accompli du verbe acheter au passé : mividy (présent actif) formé sur le radical/ substantif vidy (prix) :


VOIX ASPECT VERBE C.d'AGENT C.O.D. OBJET 2 SUJET
ACTIF INACCOMPLI Nividy vary ho an'ny ankizy ny vehivavy
a acheté le riz pour les enfants la femme
La femme a acheté du riz pour les enfants.
PASSIF INACCOMPLI Novidin' (1) ny vehivavy ho an'ny ankizy ny vary
a été acheté par la femme pour les enfants le riz
Le riz a été acheté par la femme pour les enfants.
ACCOMPLI Voavidy ny vehivavy ho an'ny ankisy ny vary
a été maintenant acheté par la femme pour les enfants le riz
(C'est fait;) le riz a été acheté par la femme pour les enfants.
CIRCONSTANCIEL INACCOMPLI Nividianan' (1) ny vehivavy ny vary ni vola
avec lequel on a acheté la femme le riz l'argent
L'argent a été utilisé par la femme pour acheter le riz.

(1) La voyelle -a du suffixe, non prononcée, est élidée et l'apostrophe indique que le second mot est le complément d'agent du premier.


- La voix instrumentale

Elle est marquée par le préfixe -a . Les verbes qui la possèdent ont toujours un passif en -ana/-ina. Ainsi le radical tondraka , utilisé comme adjectif ( qui déborde, qui se répand) donne les formes verbales suivantes : manondraka (arroser), mitondraka (déborder,se répandre), tondrahana (sur quoi on répand, qu'on arrose), atondraka (à répandre sur) :

VOIX VERBE C.d'AGENT SUJET
PASSIF Tondrahana ny voninkazo
Sont arrosées les fleurs
Les fleurs sont arrosées.
INSTRUMENTAL Atondrako ny voninkazo ity rano ity
avec quoi sont arrosées les fleurs cette eau
Cette eau sert à arroser les fleurs.

La voix applicative

Elle est marquée par le suffixe -ana et a pour sujet un destinataire ou une localisation. Les verbes qui la possèdent ont toujours un passif en -a.

Sur le radical roso (continuer, avancer) sont formées mandroso (actif:présenter), aroso (passif:qu'on présente), rosoana (applicatif: à qui, pour qui on présente):

VOIX VERBE Complément SUJET
PASSIF Aroso ny vahini ny vary
Est présenté aux invités le riz
On présente le riz aux invités.
Applicatif Rosoana vary ny vahiny
à qui est présenté du riz les invités
On présente du riz aux invités.

Sur le radical fafy (semence) sont construites les formes verbales mamafy (actif: semer),voafafy (passif accompli : qui est semé) , afafy (passif : qu'on sème), fafazana ( applicatif: destiné à être semé):

VOIX VERBE Complément SUJET
PASSIF Hafafiko (1) vary
sera semé par moi du riz
Je sèmerai du riz.
Applicatif Hofafazako (2) vary ity tany ity
sera destiné à être semé par moi du riz ce terrain
Je sèmerai du riz sur ce terrain.

(1) H- : préfixe du futur ; -ko , forme complément du pr.pers. 1ère pers. sing. (2) Ho : préfixe du futur ; la dernière syllabe de fafazana s'efface devant -ko , le pr.pers. complément.

Les temps[modifier | modifier le code]

Le malgache est l'une des rares langues malayo-polynésiennes occidentales à posséder un système de temps[4]. Ce système distingue 3 temps :

  Présent Passé Futur
mamaky = lire mamaky = lire namaky = avoir lu hamaky = lira
mividy = acheter mividy = acheter nividy = avoir acheté hividy = devoir acheter

D'après le linguiste norvégien Oyvind Dahl (1988), cette distinction du temps est due à une influence bantoue. Ces préfixes peuvent être ajoutés à toutes les voix sous la forme de n- et h- devant voyelle , no- et ho- devant consonne : vidina, être acheté ; novidina, avoir été acheté ; hovidina, devoir être acheté. Toutefois les verbes radicaux et ceux à préfixes tafa- et voa- ne distinguent pas le passé du présent et recourent à la particule ho pour le futur : vita, accompli( présent ou passé ) / ho vita ( futur ) ; voatsangana , dressé, monté ( présent ou passé ) / ho voatsangana ( futur ).

Les modes[modifier | modifier le code]

Le malgache n'a que deux modes : l'indicatif et l'impératif. Le premier n'a pas de marque particulère ; le second a pour suffixes -a pou l'actif et -o ou -y pour les autres voix.

Les pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Les formes diffèrent comme en français selon qu'ils sont sujets ou compléments. La forme suffixée peut être liée à un verbe passif ou instrumental pour exprimer le complément d'agent ou à un nom pour exprimer la possession :ny trano , la maison => tranonao , ta maison ; voavonjy, qui est sauvé => voavojiko, qui est sauvé par toi ; vidiko ny trano , la maison est achetée par moi. La distinction inclusif / exclusif se retrouve dans de nombreuses autre langues.

  Sujet Objet Suffixé
1re personne du singulier aho, izaho ahy -(k)o
2e personne du singulier ianao anao -(n)ao
3e personne du singulier izy azy -ny
1re personne du pluriel inclusive[5] isika antsika -(n)tsika
1re personne du pluriel exclusive[5] izahay anay -(n)ay
2e personne du pluriel ianareo anareo -(n)areo
3e personne du pluriel izy ireo azy ireo -ny

Le groupe nominal[modifier | modifier le code]

Le nom[modifier | modifier le code]

Le malgache ne connaît ni genre ni nombre. Les noms sont donc invariables et seul le contexte ou la présence de démonstratifs permet de distinguer singulier et pluriel.

L'article[modifier | modifier le code]

Il existe deux articles définis ny et ilay . Tous les deux présentent l'objet ou l'être vivant ( ou un ensemble d'objets ou d'êtres vivants) exprimé par le nom qu'ils déterminent comme spécifiquement identifiable . Il correspondent le plus souvent au français le, la ou les , sans distinguer singulier et pluriel. Ny est de loin le plus courant ; ilay renforce la spécification du nom ou indique que le déterminé est déjà connu de l'interlocuteur : Ny masoandro no ilay mpanasoa ny voary ( C'est le soleil qui est Le Bienfaiteur de la création ); hitan'ny ankizy ilay boky ( les enfants ont trouvé le livre en question ). Ny permet aussi de substantiver un verbe ou un adjectif : Mankivy ny miaina ( "amer le vivre", vivre est amer ); ny tsara (le bien) . S'il est indéfini, le nom est employé sans article.

Il existe par ailleurs des articles personnels employés devant des noms propres : i qui exprime la familiarité, Ra- le respect ( attaché au nom ) et ry un groupe ( ry Rakoto = Rakoto et les siens, les Rakoto ).

Les démonstratifs[modifier | modifier le code]

Les formes des pronoms démonstratifs dépendent de 4 axes distincts[3] :

  • la visibilité (chose visible ou vue / chose vague ou non visible)
  • la distance par rapport au locuteur (6 degrés)
  • l'extension de la zone indiquée (ponctuel, bien circonscrit / étendu)
  • le nombre (singulier / pluriel / générique = collection d'objets similaires)

Les adjectifs démonstratifs du français sont rendus en répétant le pronom avant et après le nom ou le syntagme nominal.

  • EX : ity trano fotsy ity : litt. « ceci maison blanc ceci » = cette maison blanche.
Tableau des pronoms démonstratifs
VISIBLE INVISIBLE
DISTANCE EXTENSION Singulier Pluriel Générique Singulier Pluriel Générique
Nulle Ponctuel eto ireto - izato - izatony
Extensif ity izy itony izaty - -
Indéfinie Ponctuel io ireo - izao, izay - -
Extensif iny ireny - izany - -
Très faible (indifférencié) itsy iretsy itsony izatsy - izatsony
Faible (indifférencié) itsy iretsy - izatsy - -
Grande (indifférencié) iroa ireroa - izaroa - -
Très grande (indifférencié) iry irery irony izary - izarony

Les possessifs[modifier | modifier le code]

Ce sont les pronoms personnels suffixes qui correspondent aux adjectifs possessifs français ( voir supra ). Les proms possessifs sont formés des pronoms personnels-objet précédés de l'article ny : ny ahy , le mien, la mienne, les miens, les miennes, etc.

L'adjectif[modifier | modifier le code]

Employés comme prédicats les adjectifs en man- , ma- et mi- prennent les mêmes marques de temps que les verbes : marary / narary / harary ilay ankisy ( L'enfant est / a été / sera malade ). Les autres adjectifs ne distinguent pas le passé du présent, mais sont précédés de ho quand ils expriment le futur : hendry => ho hendry ( sage ). Certains adjectifs prédicats peuvent aussi s'employer à l'impératif pa l'adjonction du suffixe -a : hendry + -a > hendre ( sois sage ).

Syntaxe[modifier | modifier le code]

Structure de la phrase[modifier | modifier le code]

La phrase de base[modifier | modifier le code]

Elle est du type verbe-objet-sujet ou VOS :

  • Mamaky boky ny mpianatra = l'élève/les élèves lit/lisent un livre (lire livre l'étudiant)
  • Nivarotra ronono ho an'ny zaza ny vehivavy = la/les femme(s) a/ont vendu du lait pour les enfants (avoir vendu lait pour les enfants la/les femme(s)).

Cet ordre peut être modifié pour mettre en valeur le sujet ou un complément circonstancel qui commence la phrase, en le faisant suivre par les particules no ou dia ; la première met en valeur un élément de la phrase , la seconde le thématise :

  • Ianao no nanoratra ity taratasy ity = C'est toi qui as écrit cette lettre ( c'est toi et personne d'autre ).
  • Ianao dia nanoratra ity taratasy ity = Toi, tu as écrit cette lettre ( tu as écrit cette lettre, et rien d'autre ).

L'usage de la voix circonstancielle entraîne toujours la mise en valeur du sujet :

  • Tany Fianarantsoa no nividianako trano = C'est à Fianarantsoa que j'ai acheté une maison ( "C'est la terre de F. qui est le lieu où a été achetée par moi une maison" ).

La phrase négative[modifier | modifier le code]

La négation est tsy qui se place devant le mot qui est nié , sauf dans l'expression de la défense qui emploie aza : Tsy nandeha izy = il n'est pas parti ; aza mandeha = ne pars pas.

La phrase sans verbe[modifier | modifier le code]

Le malgache n'a pas de copule comme le français être. A la place du verbe on peut donc trouver en tête de phrase un adjectif, un nom, un adverbe ou un pronom démonstratif comme prédicat de la phrase : Tanora ny raiko = Mon père est jeune (jeune le père-de-moi); ity ny trano = c'est la maison (ceci la maison).


La phrase interrogative[modifier | modifier le code]

L'interrogation totale qui demande une réponse par oui ou par non comporte les particules ve ou moa: Efa masaka ve ny vary ? = Est-ce-que le riz est déjà cuit à point ? L'interrogation partielle commence par un mot interrogatif qui peut être mis en valeur par la particule no : Iza no miresaka ? = Qui est-ce qui parle ? ; Inona no tadiavinao ? = Qu'est-ce que tu cherches ? ( tadiavinao = être cherché par toi ) ; Aiza no misy ny tranonareo? = est ta maison ( " où ily a la maison de toi ? ) ; Rahoviana no ho tonga izy ? ou Ho tonga rahoviana izy ? = Quand arrivera-t-il ? ( Quand se dit oviana pour un événement passé et rahoviana pour un événement futur )


L'article défini précède le nom, mais les autres déterminants le suivent :

  • ny boky = "le(s) livre(s)"
  • ny boky mena = "le(s) livre(s) rouge(s)"
  • ny boky rehetra = "tous les livres"
  • ny boky novakin'ny mpianatra = "le(s) livre(s) lu(s) par les élèves".

Le complément de nom suit donc, lui aussi, le nom qu'il complète en étant souvent suffixé de la particule n' considéré comme une préposition introduisant le complément : Vidin'ny laorangy = le prix de l'orange. ( vidy = prix ) . Elle n'est pas employée devant un complément sans article commençant par n- ou m-.

Le déterminant démonstratif à la fois précède et suit le déterminé :

  • io boky io = "ce livre".

Aspect[modifier | modifier le code]

  Présent Passé Futur
efa progressif (action en train de s'accomplir) accompli (action terminée) inaccompli (action sur le point de s'accomplir)
vao (action qui vient de commencer) (action à peine terminée) (action encore sur le point de s'accomplir)

Autres auxiliaires d'aspect :

  • Non réalisation d'une action : saika, kasa = presque, il s'en est fallu de peu
  • Action à venir non naturelle : ila = sur le point de
  • Action à venir naturellement : diva
  • Action à venir du fait de la volonté : ndeha = aller / va / allez
  • Permanence : mbola = encore

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archipel 38 , 1989 ,pp. 25-52, A. Adelaar. Les langues austronésiennes et la place du malagasy dans leur ensemble , 6. le système de topicalisation dans le malagasy et dans les langues des Philippines et des régions voisines[1]
  2. J.Dez. La linguistique malgache bref aperçu historique , 1991[2]
  3. a b et c Narivelo Rajaonarimanana, Grammaire moderne de la langue malgache, L'Asiathèque, 2018, pp.51-55 (ISBN 978-2-911053-79-5)
  4. Alexander Adelaar, "Tense, aspect and mood in some West Indonesian languages", in John Bowden (ed.), Tense, aspect, mood, and evidentiality in languages of Indonesia, NUSA 55, 5 (2013)
  5. a et b Voir « nous » exclusif et inclusif.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Durand, Alfred, La langue malgache en 30 leçons
  • Rajaona, Siméon, Structure du Malgache; étude des formes prédicatives
  • Rajaonarimanana, N., Grammaire moderne de la langue malgache, L'Asiathèque, 2018
  • Rajemisa-Raolison, Régis, Grammaire malgache
  • Sims, John et J.C. Kingzett, Dictionnaire Français-Malgache
  • Veyrières, Paul de et Guy de Méritens, Le livre de la sagesse malgache: proverbes, dictons, sentences, expressions figurées et curieuses

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]