Nous exclusif et inclusif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation, etc.), consultez la page d’aide Unicode.
Le nous inclusif et le nous exclusif

En linguistique, le nous inclusif est un pronom ou une conjugaison de verbe qui indique l’inclusion du locuteur, des auditeurs, et peut-être encore d’autres personnes, par opposition au nous exclusif qui lui exclut l’auditoire. Diverses langues non européennes font cette distinction, et c’est tout à fait commun aussi bien dans les langues d’Inde et d'Extrême-Orient que des Amériques, d'Australie et d'Océanie.

Tableau récapitulatif[modifier | modifier le code]

Le paradigme « inclusif-exclusif » peut être résumé dans un tableau à deux entrées.

J’inclus mon auditeur
Oui Non
Je m’inclus Oui « nous » inclusif « nous » exclusif
Non 2e personne 3e personne

Aire de répartition[modifier | modifier le code]

La distinction « exclusif-inclusif » est répandue pratiquement dans toutes les langues austronésiennes et les langues aborigènes du nord de l’Australie jusqu’aux langues woiwurrung tout au sud, mais elle est rare dans les langues papoues (le tok pisin, un parler pidgin anglo-mélanésien, a généralement une distinction « exclusif-inclusif », mais son utilisation varie en fonction des origines culturelles du locuteur). Elle est répandue dans les langues dravidiennes, les langues munda et les langues de l’est de la Sibérie comme l’evenki bien qu’elle ait été perdue dans certaines. Cette distinction est répandue dans à peu près la moitié des langues amérindiennes, sans véritable logique de distribution géographique ou généalogique. On la trouve aussi dans quelques langues caucasiennes et des langues d’Afrique sub-saharienne comme l'ancien nubien et le laal, et dans certaines langues indo-aryennes tels le marathi, le rajasthani et le gujarati.

Langues dravidiennes[modifier | modifier le code]

La distinction entre le « nous » inclusif et exclusif existe dans le proto-dravidien, et est resté dans la plupart de langues dravidiennes actuelles. En tamoul, les formes sont l’inclusif நாம் (nām) et l’exclusif நாங்கள் (nāṅkaḷ). En télougou l’inclusif est మనము (manamu) et l’exclusif మేము (memu). En malayalam, നമ്മള് (nammaḷ) est la forme inclusive « nous » et ഞങ്ങള് (ñaṅṅaḷ) est l’exclusif. Le kannara moderne est la seule dravidienne qui ne fait pas le distinguo.

Langues viêt-muong[modifier | modifier le code]

Le vietnamien fait la distinction entre le « nous » inclusif et exclusif. Parmi tous les pronoms vietnamiens il y a chúng ta (inclusif) et chúng tôi (exclusif). Chúng est la marque du pluriel dérivée du chinois.

Langues chinoises[modifier | modifier le code]

En mandarin standard, le pronom wǒmen 我們 « nous », qui est le pluriel du pronom 我 « je », est indéfini comme son équivalent en français. Cependant dans certains dialectes du nord de la Chine il y a le pronom additionnel zánmen 咱們 qui est une marque de l’inclusivité. Dans ces dialectes, wǒmen 我們 est alors exclusif.

Le taïwanais est similaire. L’exclusif goán est le pluriel de goá « je », tandis que l’inclusif lán est une racine séparée qui s’utilise aussi avec le suffixe puriel. Lán peut être utilisé pour marquer la politesse ou la solidarité, un peu comme dans la formulation étrange « où habitons-nous ? » pour dire « où habitez-vous ? ».

Langues austronésiennes[modifier | modifier le code]

En malais et en indonésien, le pronom kita est inclusif, et kami est exclusif. C'est-à-dire que vous pouvez dire « Nous (kami) allons faire des courses, et puis nous (kita) irons manger », mettant bien l’accent sur le fait que votre auditeur ne va pas venir avec vous faire des emplettes, mais qu’il est convié à venir manger avec vous. Dans ce cas-là il n’y a pas d’ambiguïté possible comme ç’aurait pu être le cas en français.

Le tagalog a un système très similaire avec kamí et táyo qui sont respectivement la forme exclusive et inclusive. À l’origine, le mot kitá (ou katá) était le pronom inclusif duel signifiant « toi et moi ». Cependant c’est devenu maintenant un pronom-valise pour la première et la deuxième personne, comme dans mahál kitá « je vous aime », à l’origine « vous et moi sommes chers (l’un à l’autre) ».

Dans les autres langues des Philippines, en particulier celles parlées dans le nord de Luçon, l’emploi d’un pronom duel est largement répandu. En kapampangan par exemple, il y a ikata (duel inclusif), ikatamu (pluriel inclusif) et ikami (exclusif). L’ilokano utilise lui data/sita, datayo/sitayo et dakami/sikami.

Le tausug parlé dans l’archipel de Sulu est la seule langue visayan qui possède une forme duelle. Ses pronoms sont kita (duel inclusif), kitaniyu (pluriel inclusif) et kami (exclusif).

Le malgache a une 1ère personne du pluriel inclusive, "isika", et une autre exclusive, "izahay".

Langues amérindiennes[modifier | modifier le code]

En quechua, les deux formes, l’inclusif ñuqanchik et l’exclusif ñuqayku, sont clairement basées sur le pronom de la première personne du singulier ñuqa, mais il n’est pas évident de voir comment ils sont reliés historiquement au pronom de la deuxième personne qam ou au suffixe du pluriel -kuna.

L’aymara a quatre racines pronominales :l’inclusif jiwasa, l’exclusif naya, la deuxième personne juma, et la troisième personne jupa. Toutes sont indéfinies en ce qui concerne le nombre, sauf jiwasa qui se rapporte à au moins deux personnes. Le pluriel peut être accentué par le suffixe -naka : l’inclusive jiwasanaka implique qu’il a au moins trois personnes. Les conjugaisons reprennent les mêmes quatre personnes.

Les autres langues amérindiennes qui font cette distinction sont les langues tupi, parmi elles le tupinambá, le guarani et le nheengatu. Dans ces langues, il y a une première personne du singulier (xe en tupinambá, ixé en nheengatu, che en guarani) et deux formes plurielles alternées : oré (exclusif) et îandé (en tupi) ou ñandé (en guarani). La forme inclusive peut avoir été formée sous l’influence de la première personne du singulier (qui est nde dans la plupart des langues de ce groupe).

De plus, toutes les langues algonquiennes font une distinction entre la première personne du pluriel inclusive et exclusive. Par exemple, en shawnee le pronom indépendant de la première personne du pluriel exclusif est niilawe, et le pronom de la deuxième est kiilawe, tandis que le pronom de la première personne du singulier est niila et le pronom de la deuxième kiila. La distinction entre l’inclusif et l’exclusif est aussi faite à travers l’inflexion pronominale des verbes dans toutes les langues algonquiennes.

Langue peule[modifier | modifier le code]

La langue peule (encore appelée fula, fulfulde, pulaar ou pular) en Afrique de l'Ouest, a une première personne du pluriel inclusive et une autre exclusive.

Les pidgins[modifier | modifier le code]

Le modèle chinois, avec une forme plurielle de « je » comme un pronom exclusif, est un modèle répandu. Il est aussi courant pour le pronom inclusif d’être composé des pronoms anglais « I » (je) et « you » (tu ou vous). C’est le cas dans les langues créoles anglo-mélanésiennes tok pisin et bislama, où le pronom inclusif dérive de yumi (deux personnes, ce sont « you + me », toi et moi) ou yumipla pour plus de deux personnes (-pla ou -pela est le suffixe du pluriel), et le pronom exclusif est le pluriel de « me » (moi) : mipla.

La distinction au niveau de la conjugaison[modifier | modifier le code]

Dans les langues où le verbe subit une inflexion en se conjuguant, comme en Australie et plus encore en Amérique, la distinction entre l’inclusif et l’exclusif est aussi faite. Par exemple en Passamaquoddy "Je l’ai/nous l’avons" se dit :

singulier n-tíhin (préfixe de la première personne n-)
exclusif n-tíhin-èn (première personne n- + suffixe du pluriel -èn)
inclusif k-tíhin-èn (préfixe inclusif k- + pluriel -èn)

Un « nous » bien singulier[modifier | modifier le code]

Il existe une tournure intéressante concernant les pronoms inclusifs en samoan. Dans cette langue, comme il a été dit pour le malais et le tagalog, il y a deux racines séparées pour « nous », l’inclusif ’ita et l’exclusif ’ima. Mais contrairement à ces langues, pour dire « nous » les pronoms samoans doivent être utilisés soit avec le suffixe duel -’ua, soit avec le suffixe pluriel -tou.


pronoms samoans singulier duel pluriel
première personne exclusive a’u ’ima’ua ’imatou
première personne inclusive ’ita ’ita’ua ’itatou
deuxième personne ’oe ’oulua ’outou
troisième personne ia ’ila’ua ’ilatou


Cependant le pronom inclusif ’ita peut aussi se rencontrer isolément en tant que pronom singulier. Dans ce cas il signifie « je », mais avec une connotation d’imploration ou demandant l’indulgence, un peu comme le concept de amae en japonais (et non comme le « nous », pluriel de majesté utilisé par les rois français, ne se référant qu’à une seule personne). Ça veut dire qu’en employant ’ita à la place du mot habituel correspondant à « je », a’u, il y a l’implication d’une autre personne dans ce que vous dites sur vous.