Goulebenéze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Goulebenéze
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
SaintesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Marc-Henri Évariste PoitevinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Marc-Henri Évariste Poitevin dit Goulebenéze né le à Burie et mort le à Saintes, était un écrivain, barde, poète et chansonnier charentais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’Eugène Poitevin et de Néhomaïe Hiblot, il naît le à Montigny près de Burie en Charente-Maritime.

Son pseudonyme (toujours écrit avec un accent aigu) évoque le Saintongeais dont les propos ne sont jamais si pertinents que lorsqu'il a la « goule bien aise », ce qui dans le parler local signifie avoir la figure réjouie de l'épicurien.

La notoriété de cet auteur reste aujourd'hui encore particulièrement vivace en Charente et Charente-Maritime. Ses œuvres - souvent écrites en saintongeais - sont aujourd'hui considérées comme faisant partie du patrimoine local régional (Poitou-Charentes et Aquitaine).

Malgré cela, il finit sa vie dans le plus grand dénuement, et s'éteint le à Saintes, où il est inhumé.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

L'un de ses poèmes les plus célèbres est une ode à sa région d'origine intitulée « Bonjour Saintonge » écrit en 1942[1]. Il est dédié aux prisonniers de guerre charentais.

Goulebenéze a également écrit:

  • des monologues en vers : « Le biton », « La loterie nationale », «Histoire d'au cheun».
  • des monologues en prose : « Hérodiade aux arènes de Saintes », « Le pick-up », « Le retardataire », « 'le chimie' », etc.
  • 2 petites pièces de Théâtre : «Arnestine va-t-au bal» et «Benurâ tue son goret».
  • les paroles de nombreuses chansons : « Le vin bian[2] », « Avec les conseillers », «Valse dau Cougnat», qu'il interprétait généralement lui-même.

Citations[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Bonjour Saintonge » - Poème de Goulebenéze.
  2. Le vin bian, chanté par Goulebenéze dont ce fut le premier succès.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Goulebenéze - Sa Vie, son œuvre - Par Georges Labodinière et Alex Henry - Éditions Rupella - La Rochelle
  • La vie de Goulebenéze racontée par sa famille - Le numéro 1 du magazine Xaintonge
  • Goulebenéze, le Charentais par excellence - Par Charly Grenon et Pierre Peronneau (Annexe sur la langue de Goulebenéze par Éric Nowak) - Le Croît vif (cette biographie de 744 pages inclut 370 textes du barde). (ISBN 978-2-916104-12-6)
  • D'Évariste Poitevin à Goulebenéze par Roger Raphaël Masson - S.E.F.C.O., Collection : Langue et Civilisation régionale
  • Charly Grenon raconte Goulebenéze, film de Jacques Machefert, Le Croît vif

Liens externes[modifier | modifier le code]