Gottlieb Jakob Planck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gottlieb Jakob Planck
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
GöttingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Enfant
Heinrich Ludwig Planck (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Maîtres
Gottfried Ploucquet, Christoph Friedrich Sartorius (d), August Friedrich Bök (d), Johann Friedrich Cotta, Jeremias Friedrich Reuß (en), Johann Kies (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Göttingen, Johannisstraße 29, Gedenktafel Gottlieb Jakob Planck.jpg
plaque commémorative
Planck Schickhardt.jpg
Vue de la sépulture.

Gottlieb Jakob Planck ( à Nürtingen, Duché de Wurtemberg - à Göttingen, Royaume de Hanovre) est un historien et théologien protestant allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Planck naît le 15 novembre 1751 à Nürtingen dans le Duché de Wurtemberg, où son père occupe les fonctions de notaire[1]. Il est formé pour occuper un poste de ministre du culte protestant à Blaubeuren, Bebenhausen et à l'université de Tübingen[2]. En 1774, il devient répentant à Tübingen, prêcheur à Stuttgart en 1780 et professeur de théologie à l'université de Göttingen en 1784.

À Tübingen, Planck rédige Das Tagebuch eines neuen Ehemannes. En 1781, il publie anonymement le premier volume de Geschichte des protestantischen Lehrbegriffs ; le second, toujours anonymement, est publié en 1783. L'ouvrage de 6 volumes sera complété en 1800. Ensuite, Planck publie de 1803 à 1809 son Geschichte der christlich-kirchlichen Gesellschaftsverfassung (Histoire de la constitution ecclésiastique de la société chrétienne) en 5 volumes, une étude « du droit et de la constitution politique de l'Église »[3]. Ces deux ouvrages, importants, démontrent la grande érudition de leur auteur[1].

Il meurt à Göttingen le 31 août 1833.

Son fils Heinrich Ludwig Planck (1785-1831), aussi professeur de théologie à Göttingen, a publié Bemerkungen über den ersten Brief an den Timotheus en 1808, et Abriss d. philos. Religionslehre en 1821.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Gottlieb Jakob Planck » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) « Gottlieb Jakob Planck (1751–1833) », dans Hugh Chisholm, Encyclopedia Britannica, (lire en ligne)
  2. (de) « Planck, Gottlieb Jakob », dans Julius August Wagenmann, Allgemeine Deutsche Biographie, t. 26, Leipzig, Duncker & Humblot, (lire en ligne), p. 224–227
  3. Matter Jacques, Histoire universelle de l'Église chrétienne, t. premier, Strasbourg, Mme Ve Silbermann, (lire en ligne), p. 19

Liens externes[modifier | modifier le code]