Glycolaldéhyde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la chimie
Cet article est une ébauche concernant la chimie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Glycolaldéhyde
Structure du glycolaldéhyde
Structure du glycolaldéhyde
Identification
Nom UICPA 2-hydroxyéthanal
Synonymes

hydroxyacétaldéhyde

No CAS 141-46-8
No EINECS 205-484-9
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C2H4O2  [Isomères]
Masse molaire[2] 60,052 ± 0,0025 g/mol
C 40 %, H 6,71 %, O 53,29 %,
Moment dipolaire 2,73 ± 0,05 D [1]
Propriétés physiques
fusion 97 °C
ébullition 131 °C
Solubilité très soluble dans l'eau (1 kg·l-1 à 25 °C) et dans l'éthanol
Masse volumique 1.065
Point d’éclair 42 °C
Pression de vapeur saturante 663 Pa (25 °C)
Propriétés optiques
Indice de réfraction 1.379
Écotoxicologie
DL50 280 mg·kg-1 (rat, intrapéritonéale)
Composés apparentés
Isomère(s) acide acétique
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Le glycolaldéhyde (C2H4O2) se compose de 2 atomes de carbone, de 2 atomes d'oxygène et de 4 atomes d'hydrogène. C'est la molécule la plus simple qui possède à la fois un groupement hydroxyle et un groupement aldéhyde. Sa formule chimique est HC(=O)-CH2-OH. Cette molécule est apparentée à celles des oses, sans toutefois faire partie de cette famille, puisque les oses comportent une fonction carbonyle et au moins deux fonctions hydroxyles[3]. L'ose le plus simple est le glycéraldéhyde, un composé à 3 carbones avec 2 fonctions hydroxyles et un aldéhyde : en outre le glycéraldéhyde, comme tous les oses, comporte un atome chiral, c'est-à-dire qu'il existe sous 2 formes : le D-glycéraldéhyde et le L-glycéraldéhyde. Le glycolaldéhyde peut être obtenu par oxydation partielle de l'éthylène glycol, ou, transitoirement, par oxydation des polyols (glycérol, sorbitol, mannitol, etc.) à l'aide du periodate de sodium.

En chimie prébiotique, on montre que le phosphate de glycolaldéhyde, CHO-CH2O-PO3H2, peut conduire, en présence de méthanal, à du ribose. Ce sucre - l'un des plus simples - a aussi été découvert autour de la Comète Lovejoy parmi 21 composés organiques dont de l'ethanol[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) David R. Lide, Handbook of chemistry and physics, CRC,‎ , 89e éd., 2736 p. (ISBN 142006679X et 978-1420066791), p. 9-50
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Biochemical Nomenclature, a Compendium ; International Union of Biochemistry and Molecular Biology, 1996
  4. De l'alcool et du sucre découverts dans une comète, Cyrille Vanlerberghe, lefigaro.fr, 23 octobre 2015