Ginette Grandmont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ginette Grandmont est une femme politique québécoise. À la suite de l'élection générale québécoise de 2007, elle a été élue députée de Masson à l'Assemblée nationale du Québec sous la bannière de l'Action démocratique du Québec.

Elle a été porte-parole de l'opposition officielle en matière d'ainés et d'aidants naturels et est devenue porte-parole des aidants naturels et de l'Office des personnes handicapées du Québec. Elle est également devenue membre de la Commission des affaires sociales le . Au début de son mandat, elle a été impliquée dans une mini-controverse. Effectivement, les journaux ont révélé que, comme certains autres députés, elle avait recours au népotisme, faisant travailler à son bureau sa belle-fille[1]. À l'élection générale québécoise de 2008, elle est défaite par le péquiste Guillaume Tremblay.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Denis Lessard, « Embaucher un proche est souvent tentant : Les députés adéquistes sont mis en garde », La Presse,‎ , A6

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]