Georges Arnold

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Georges Arnold
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
(à 75 ans)
Sceaux
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Arme
Conflit
Lieu de détention

Georges Arnold, né à Lille le et mort à Sceaux le [1], est une personnalité de la Commune de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu une bourse du conseil général du Nord, il entra à l'école des Beaux-arts à Lille. Il concourut pour le grand prix d'architecture de Rome mais échoua. Sous le Second Empire, il est architecte, sous-inspecteur des travaux de la Ville de Paris. En 1869, il concourut de nouveau pour la construction d'un édifice à Lille mais échoua une nouvelle fois. Pendant le siège de la capitale par les Allemands ( - ) il est membre de la Garde nationale au sein du 64ème bataillon, en tant que sergent-major. Il figure parmi les rédacteurs de l'Affiche noire, du , qui recommandent aux Parisiens d'éviter toutes provocations contre les soldats allemands qui doivent défiler dans la capitale le 1er mars. Déjà membre du comité central, il est nommé commandant après la capitulation.

Pendant la journée du , il est présent sur la butte Montmartre à la tête de son bataillon.

Aux élections complémentaires du , il est élu au Conseil de la Commune par le 18e arrondissement avec 5.402 voix. Il n'entra jamais dans aucune commission ni comité. Le , il demanda que chaque membre de la Commune suive son bataillon de marche quand il sortirait de Paris. Après la Semaine sanglante il est condamné à la déportation en Nouvelle-Calédonie (1872). Ses tentatives d'évasion échouent. Après l'amnistie de 1880, il revient à Paris où il réintègre son poste d'architecte de la Ville.

Militant rochefortiste et boulangiste modéré dans la seconde moitié des années 1880, il ne joue plus de rôle politique par la suite[2].

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bernard Noël, Dictionnaire de la Commune, Flammarion, collection Champs, 1978.
  • Jules Clère, Les Hommes de la Commune[3], Édouard Dentu, Paris,
  • Paul Delion, les Membres de la Commune et du Comité central, Alphonse Lemerre, 1871

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de décès (avec date et lieu de naissance) à Sceaux sur Filae
  2. Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Paris, Honoré Champion, 2005, p. 40
  3. Lire la version numérisée sur le site Gallica.fr.

Liens externes[modifier | modifier le code]