Caius Julius Civilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gaius Julius Civilis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gaius Julius Civilis
Rembrandt Harmensz. van Rijn 046.jpg

Rembrandt, la Révolte de Claude Civilis]]

Biographie
Naissance
Décès
Après Voir et modifier les données sur Wikidata
Époque
Activité

Caius Julius Civilis, qu'on appelait jadis à tort Claudius Civilis, d'où le titre d'un célèbre tableau de Rembrandt, la Révolte de Claude Civilis, est un chef des Bataves, peuple établi sur les bords du Rhin, dans les actuels Pays-Bas[1]

Histoire[modifier | modifier le code]

Comme le port de la tria nomina l'indique, il est citoyen romain, citoyenneté sans doute octroyée à ses ancêtres par César ou Auguste, ce que pourrait indiquer le port du gentilice Julius.

Fidèle auxiliaire des armées romaines, il est soupçonné à tort de haute trahison avec son frère Paulus[2]. Ce dernier est exécuté, alors que Civilis bénéficie de l'avènement de Galba qui le libère. II provoque en 69 une révolte de son peuple (la Révolte des Bataves) à la suite de laquelle il est bientôt rejoint par des Germains et une partie de la Gaule conduite par Julius Sabinus.

Après des victoires dont la prise de Mayence, il fut vaincu à Trèves par le général romain Petilius Cerialis, traita avec les Romains et devint leur allié en 70.

Postérité[modifier | modifier le code]

Les auteurs et artistes hollandais en firent un symbole de leur identité nationale notamment dans le contexte de la guerre d'indépendance menée par Guillaume Ier d'Orange contre les Habsbourg[3]. Les écrits de cette époque présentent Civilis comme un défenseur des libertés publiques et le transforment en véritable héros[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Tacite, Histoires, I, 60[1].
  2. Mommsen Histoire romaine
  3. a et b Patrick Voisin, La Germanie de Tacite : une table d’attente pour Julius Civilis et Arminius, une table de jeu pour le lecteur, Vita Latina, Année 2010, 182, pp. 96-107

Liens externes[modifier | modifier le code]