Fritz-Hubert Gräser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fritz-Hubert Gräser
Naissance 3 janvier 1888
Francfort-sur-l'Oder
Décès 4 novembre 1960 (à 72 ans)
Göttingen
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of the German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany (1903-1918).svg Deutsches Reichsheer
War Ensign of Germany (1921-1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Panzertruppe
Années de service 1907-1945
Commandement 3. Panzergrenadier-Division
XLVIII. Panzercorps
4. Panzer-Armee
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives
Croix allemande

Fritz-Hubert Gräser (3 janvier 1888 à Francfort-sur-l'Oder4 novembre 1960 à Göttingen) est un General der Panzertruppe allemand qui a servi au sein de la Wehrmacht dans la Heer pendant la Seconde Guerre mondiale.

Il a été titulaire de la croix de chevalier de la croix de fer avec feuilles de chêne et glaives, attribuée pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire accompli avec succès.

Biographie[modifier | modifier le code]

Empire[modifier | modifier le code]

Gräser entre le 28 février 1907 au corps des cadets et devient aspirant au régiment de grenadiers Prinz Carl von Preußen N°12, au 2e Brandebourg, qui est caserné à Francfort-sur-l'Oder. Il est nommé lieutenant le 27 janvier 1908 et Adjutant en novembre 1912. Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, il combat avec son régiment sur le Front de l'Ouest. Il est nommé Oberleutnant, le 8 novembre 1914. Il commande la 9e compagnie de son régiment à partir du 16 septembre 1915 et il est sévèrement blessé à la tête, le 29 septembre, ce qui nécessite son hospitalisation, suivie d'une formation d'officier d'état-major. Il est élevé au grade de capitaine, le 18 décembre 1915. En juin 1916, il fait partie de l'état-major autrichien sur le Front de l'Est et, après le 1er novembre 1916, il est versé à l'état-major du IIIe corps d'armée en tant qu'officier en second. Il est nommé premier officier de l'état-major de la 1re division de réserve en mai 1918.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Gräser est versé après la guerre à l'état-major de l'Armeeoberkommando (haut-commandement de l'armée) pour la défense de la frontière nord, et, le 21 juillet 1919, au grand état-major. Il donne sa démission de l'armée, le 21 janvier 1920, pour se consacrer à l'exploitation de son domaine agricole d'Hubertushof, près de Reppen. De 1927 à 1931, il est directeur de la Motor Fahrzeug AG dans sa ville natale.

Il reprend du service dans l'armée de réserve le 1er novembre 1932 et devient un an plus tard commandant du Wehrkreisberzirkskommando de Francfort. Il est nommé major, le 1er mai 1934, lorsqu'il retourne dans l'armée d'active. Il est affecté d'abord au 8e régiment d'infanterie et, à l'été 1934, part étudier un trimestre dans une académie militaire à Döberitz. Il devient commandant du 1er bataillon d'infanterie de Crossen. Un an plus tard, il commande au 8e MG bataillon de Züllichau. C'est à cette fonction qu'il est nommé lieutenant-colonel en octobre 1936, puis colonel en octobre 1938.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le colonel Gräser est nommé commandant le 26 août 1939 du 29e régiment d'infanterie qui participe à la campagne de Pologne et ensuite à la bataille de France. En 1941, il prend part à l'opération Barbarossa d'envahissement de l'URSS. Il est grièvement blessé, le 11 juillet 1941, et doit être amputé de la jambe gauche. Il est affecté alors à la réserve du führer, puis nommé Generalmajor, le 1er octobre 1941.

C'est le 1er mars 1943 qu'il retourne au front, en tant que commandant de la 3e Panzergrenadier Division, où il est nommé, le 15 mai 1943 Generalleutnant. Il s'attache à mieux former ses cadres et suit de près les opérations. Il y commande, jusqu'au 31 mai 1944. Il est versé à nouveau dans la réserve du führer. Du 12 au 27 juin 1944, il suit des cours pour la Kommandierende Generale à Hirschberg, est nommé à la tête du XXIV. Panzerkorps le 28 juin suivant, et, le 20 août 1944, du XXXXVIII. Panzerkorps. C'est en tant que général des Panzertruppe qu'il est nommé commandant de corps, le 1er septembre 1944. Il quitte le commandement de la 4e armée de Panzer à la fin du mois pour devenir Oberbefehlshaber en janvier 1945. Il combat dans l'est de l'Allemagne, notamment à la bataille de Bautzen, en avril.

Après la capitulation, il est prisonnier des Américains avec le reste de son armée. Il est libéré en 1947.

Décorations[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. Fellgiebel 200, p. 200.
  2. Fellgiebel 200, p. 85.
  3. Fellgiebel 200, p. 48.
Source

Bibliographie
  • (de) Berger, Florian (2000). Mit Eichenlaub und Schwertern. Die höchstdekorierten Soldaten des Zweiten Weltkrieges. Selbstverlag Florian Berger. (ISBN 3-9501307-0-5).
  • (de) Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. (ISBN 3-7909-0284-5).
  • (de) Patzwall, Klaus D. and Scherzer, Veit (2001). Das Deutsche Kreuz 1941 - 1945 Geschichte und Inhaber Band II. Norderstedt, Allemagne: Verlag Klaus D. Patzwall. (ISBN 3-931533-45-X).
  • (de) Schaulen, Fritjof (2003). Eichenlaubträger 1940 - 1945 Zeitgeschichte in Farbe I Abraham - Huppertz. Selent, Allemagne: Pour le Mérite. (ISBN 3-932381-20-3).
  • (de) Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939 - 1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. (ISBN 978-3-938845-17-2).
  • (de) Helden der Wehrmacht - Unsterbliche deutsche Soldaten. München, Allemagne: FZ-Verlag GmbH, 2004. (ISBN 3-924309-53-1).
Liens externes