Fresens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fresens
Blason de Fresens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
District Boudry[1]
NPA 2027
N° OFS 6409
Démographie
Population 248 hab. (31 décembre 2016)
Densité 157 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 53′ 25″ nord, 6° 44′ 55″ est
Altitude 611 m (min. : 503 m) (max. : 682 m)
Superficie 158 ha = 1,58 km2
Divers
Langue Français
Localisation

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Fresens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Fresens

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Fresens
Sources
Référence population suisse[2]
Référence superficie suisse[3]

Fresens est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans le district de Boudry.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fresens en 2014.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Fresens mesure 1,58 km2[3]. 9,4 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 83,0 % à des surfaces agricoles, 7,5 % à des surfaces boisées et 0,0 % à des surfaces improductives.

La commune est limitrophe de Montalchez, Saint-Aubin-Sauges et Vaumarcus, ainsi que de Mutrux et Provence dans le canton de Vaud.

Le , Fresens va fusionner avec les communes de Bevaix, Saint-Aubin-Sauges, Gorgier/Chez-le-Bart, Vaumarcus-Vernéaz et Montalchez pour donner naissance à la nouvelle commune de La Grande-Béroche.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1900, la commune possédait 250 habitants.

Selon l'Office fédéral de la statistique, Fresens possède 248 habitants fin 2016[2]. Sa densité de population atteint 157 hab./km².

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Fresens entre 1850 et 2008[4] :

Monument[modifier | modifier le code]

Vieux puits couvert[modifier | modifier le code]

Selon un journaliste du début du 20e siècle[5], le village de Fresens était encore pauvre en infrastructures publiques en 1912, ses habitants ne bénéficiant par exemple pas d'eau sous pression. Cet inconvénient a longtemps été compensé par les nombreuses sources et les puits qui desservaient les maisons.

Au nord du village, il reste un curieux puits circulaire mis sous protection au titre de monument historique, malgré une datation et une origine encore mal connues[6][7]. Sa forme et sa toiture en tavillons en font par contre un objet unique. Il a bénéficié de travaux d'entretien à plusieurs reprises, la dernière intervention remontant à l'année 1984[8].

Références[modifier | modifier le code]

  1. [xls] « Liste officielle des communes de la Suisse - 01.01.2008 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  2. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2016 », sur Office fédéral de la Statistique.
  3. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  5. Anonyme, « Un village original », L'Impartial,‎ , p. 4
  6. Jean Courvoisier, Les monuments d'art et d'histoire du canton de Neuchâtel, vol. 2, Bâle, Editions Birkhäuser, , 476 p., p. 441
  7. Bernard Boschung, Annette Combe, Nicole Froidevaux, Daniel Glauser, Anne-Laure Juillerat, Claire Piguet et Christian de Reynier, Les maisons rurales de Suisse, Neuchâtel, Le Locle, Editions G d'Encre et Société suisse des traditions populaires, , 590 p. (ISBN 978-2-940257-69-0), p. 365
  8. M.B., « Cure de jouvence pour le puits couvert de Fresens », Feuille d'Avis de Neuchâtel,‎ , p. 10

Sur les autres projets Wikimedia :