Frederick Augustus Abel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un chimiste image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un chimiste britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Frederick Augustus Abel
Frederick Augustus Abel2.jpg

Frederick Augustus Abel

Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de
Distinctions
Membre de la Royal Society (en)
Médaille royaleVoir et modifier les données sur Wikidata

Frederick Augustus Abel, 1er baronnet, (Londres – Londres [1]) est un chimiste britannique.

Fils du pianiste allemand Johann Leopold Abel, il a étudié la chimie à la Royal Polytechnic Institution et, en 1845, fut l'un des 26 étudiants d’A. W. von Hofmann au Royal College of Chemistry[2]. En 1852 il prit la succession de Michael Faraday[2] comme maître de conférences de chimie à l’Académie royale militaire de Woolwich[2].

De 1854 à 1888, Abel exerça comme chimiste des explosifs au Chemical Establishment du Royal Arsenal à Woolwich[2], et devint l'expert national en ce domaine. Trois ans plus tard, il était nommé chimiste au Département de la Guerre[2] comme expert chimiste auprès du gouvernement, poste qu'il détint jusqu'en 1888.


Il a étudié avec Sir Andrew Noble, les explosifs et trouvé le traitement qui permet de rendre stables les nitrocellulose. On lui doit le principe de la détermination des points d'éclair, ainsi qu'un appareil pour cette détermination. Il est l'auteur de Gun cotton, 1866, The Modern History of gun-powder 1866.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Obituary notices:Frederick Augustus Abel », sur Journal of the Chemical Society, Transactions,‎ (consulté le 5 octobre 2015)
  2. a, b, c, d et e Douglas Greenwood, Who's Buried where in England, Constable, (réimpr. 3e) (ISBN 0-09-479310-7)