Franciscus Gysbrechts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vanité

Franciscus Gysbrechts ou Franciscus Gijsbrechts, né en 1649 et mort après 1676, est un peintre flamand, actif dans la deuxième moitié du XVIIe siècle et connu pour ses trompe-l'œil et natures mortes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Selon le RKD[1], Franciscus était le fils du peintre Cornelis Norbertus Gysbrechts et Anna Moons. Il est baptisé le 25 février 1649 dans la paroisse Saint-Jacques d'Anvers. Il est peut-être le Franciscus Gijsbrechts qui était actif à Leyde en 1674. Ces liens avec la cour sont évidents par le fait qu'une œuvre datée de 1672 était déjà présente dans la collection danoise avant 1689. En 1676, il rejoint la Guilde de Saint-Luc d'Anvers comme wijnmeester, c'est-à-dire, en tant que parent d'un membre existant. Il est possible qu'il était l'assistant de son présumé père Cornelis Norbert Gijsbrechts à la cour danoise de Copenhague en 1672. Cette mention dans les registres de la guilde constitue la dernière mention de Franciscus Gysbrechts[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nature morte en trompe l’œil

Ses œuvres, peu nombreuses, sont essentiellement constituées de natures mortes et de trompe-l'œil qui ressemblent celles de son présumé père, Cornelis Norbertus Gysbrechts.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Fiche de Franciscus Gijsbrechts sur le site du Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie. Consulté le 31 août 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]