Francisco Collantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francisco Collantes
Naissance
Décès
Activité

Francisco Collantes né en 1599 à Madrid, mort en 1656 dans cette même ville, est un peintre espagnol, peintre d'histoire, compositions religieuses, paysages, natures mortes, fleurs[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève du peintre florentin établi à Madrid Vincenzo Carducci ou (Carducho) qui lui transmet les normes de l'esthétique académique fixée à la suite de l'enseignement des Carrache. Sa familiarité évidente avec l'art contemporain italien indique un possible séjour à Rome et Naples sans que rien vienne étayer cette hypothèse[1].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Fortement influencé par la peinture flamande et italienne, il est le meilleur représentant en Espagne d'un genre de paysage touffu, d'origine flamande, articulé en nombreux plans lumineux et peuplé de petits personnages d'inspiration vénitienne ou napolitaine. Ses tableaux religieux, où prennent place de grandes figures, s'apparentent étroitement à ceux de Ribera.

On ne lui attribue avec certitude qu'une quinzaine d'œuvres, dont la plupart présentent la particularité, pour l'Espagne de ce temps là, d'être des paysages, à sujets bibliques. Les chroniques du temps précisent qu'il était surtout apprécié comme paysagiste, mais qu'il aurait également peint des natures mortes et que son influence était considérable[1].

Peintures pour le palais de Buen Retiro[modifier | modifier le code]

Il exécute, vers 1635, pour le palais du Buen Retiro, une série de peintures, aujourd'hui dispersées, aux motifs bibliques et mythologiques, qui le rattache à l'école napolitaine contemporaine. Selon Antonio Palomino la Vision d'Ézéchiel sur la résurrection de la Chair, et le Buisson ardent, font partie de ces décorations, avec un Saint Jérôme. L'Incendie de Troie (Prado) serait aussi une des peintures pour le Buen Retiro[2].


Autres peintures[modifier | modifier le code]

Pour ses peintures non datées, il semble qu'il soit impossible de les situer avec précision dans le temps[7].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 3, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030133), p. 779-780
  • (fr) Dictionnaire de la peinture Espagnole et Portugaise du Moyen Âge à nos jours, Éditions Larousse, Paris, , 319 p. (ISBN 2037400160), p. 76-77

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a, b et c Dictionnaire Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres,sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, vol. 3, éditions Gründ, , 13440 p. (ISBN 2700030133), p. 779-780
  2. Francisco Collantes (Larousse)
  3. Buisson ardent, Louvre (joconde)
  4. (es) « Vision d'Ezechiel », sur Musée du Prado
  5. (es) « L'Incendie de Troie », sur Musée du Prado
  6. (es) « Paysage », sur Musée du Prado
  7. *(fr) Dictionnaire de la peinture Espagnole et Portugaise du Moyen Âge à nos jours, Éditions Larousse, Paris, , 319 p. (ISBN 2037400160), p. 76-77
  8. (es) « St Onuphre », sur Musée du Prado
  9. (es) « Crucifixion de St Pierre », sur Musée du Prado
  10. (es) « Paysage avec des bergers », sur Musée du Prado
  11. (es) « Paysage d'hiver », sur Musée du Prado
  12. (es) « Repentir de saint Pierre », sur Musée da Corogna