François de Tott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une fortification construite par le baron de Tott pour l'Empire ottoman pendant la guerre russo-turque de 1768-1774.

François, baron de Tott (Báró Tóth Ferenc en hongrois) ( à Chamigny - ) est un militaire et diplomate français d'origine hongroise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Chamigny, près de La Ferté-sous-Jouarre, il fut employé à l'ambassade française de Constantinople de 1757 à 1763. Nommé en 1767 consul de France en Crimée, il eut part au rétablissement de Qirim Giray, khan des Tatars.

Appelé en Turquie près de Mustapha III, il y rendit d'importants services : il réforma les pontons et l'artillerie, défendit les Dardanelles contre la flotte d'Orlov, et donna les moyens de mettre à couvert la frontière turque du côté d'Otchakov et de la Crimée ; mais il trouva chez les Turcs tant d'antipathie pour les améliorations qu'il se dégoûta et revint en France.

Il fut chargé de l'inspection générale des consulats dans les Échelles du Levant et en Barbarie. Il émigra en 1790, et mourut à Bad Tatzmannsdorf, alors en Hongrie (1793).

Bacchante (Sophie de Tott). E.Vigee-Lebrun (1785, Sterling and Francine Clark Art Institute)

Le baron de Tott possédait à fond la langue turque et connaissait bien les institutions et les mœurs de la Turquie : il a publié des Mémoires du Baron de Tott Sur les Turcs et les Tartares[1], Amsterdam (Paris), 1784, 4 volumes in-8°. L'ouvrage est traduit et lu dans toute l'Europe avec intérêt, accréditant la thèse d'un Empire ottoman moribond. Ainsi sa traduction anglaise est l'un des ouvrages les plus empruntés de la New York Society Library pour l'année 1789[2];

De son mariage, en 1755 à Constantinople, avec Marie Rambaud (qui appartenait à une puissante famille de négociants lyonnais installée à Constantinople au XVIIIe siècle), il eut :

  1. Sophie de Tott (1758-1848), artiste peintre ;
  2. Marie-Françoise (1770-1854), mariée avec François XIII de La Rochefoucauld.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • François de Tott, Mémoires sur les Turcs et les Tatares, Amsterdam, (lire en ligne)
  • Baron Ferenc de Tott, Mémoires du Baron de Tott Sur les Turcs et les Tartares, Amsterdam, 1784 et 1785, 4 volumes in-8° : 203 p., 220 p., 180 p. et 152 p. ; Paris, 1785 en deux volumes : 273 p. et 264 p.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mémoires du Baron de Tott Sur les Turcs et les Tartares, première partie, Amsterdam, 1785
  2. Christopher Herold, Bonaparte en Égypte, Paris, 1964, p. 23

Sources[modifier | modifier le code]

  • Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « François de Tott » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)
  • Soliman Lieutard, Biographie générale des champenois célèbres, morts et vivants ; précédée des illustres champenois, poème lyrique..., Paris, 1836.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Deherain, La mission du baron de Tott et de Pierre Ruffin auprès du khan de Crimée, Revue de l'histoire des colonies françaises, 1923, 1-32
  • Christophe Farnaud, Culture et politique: la mission secrète du baron de Tott au Levant, mémoire de maîtrise, université de Paris-IV, 1988
  • Anne de Font-Reaulx, Présence française dans l'Empire ottoman au XVIIIe siècle: le baron de Tott (1733-1793), in Position des thèses de l'École des Chartes, 1964, 65-69
  • Robert Laulan, Un artilleur français improvisé à Constantinople au XVIIIe siècle, le baron de Tott, Revue de l'artillerie, 1932, CX, 343-363, 392-411 et 460-481
  • Claude Charles de Peyssonnel, Lettres de M. de Peyssonnel, ancien consul à Smyrne, contenant quelques observations relatives aux mémoires qui ont paru sous le nom de Baron de Tott, Amsterdam, 1785
  • Edouard Saman, François de Tott, diplomate et baron de Louis XVI, Marseille, 118, 1979, 84-95
  • I. Vissière, « Les Turcs du baron de Tott » in La Méditerranée au XVIIIe siècle, CAER, Université de Provence, 1987, 251-272

Liens externes[modifier | modifier le code]