François de Saint-Allouarn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

François de Saint-Allouarn
Décès
Le Croisic
Origine Français
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Capitaine
Années de service -
Commandement Juste
Conflits Guerre de Sept Ans
Famille Rosmadec de Saint-Allouarn, frère
Alain Emmanuel de Coëtlogon, oncle

François de Saint-Allouarn (François-Marie-Guénolé-Pantaléon d'Alleno de Saint-Allouarn ou de Saint-Aloüarn), mort le au large du Croisic, est un officier de marine et aristocrate du XVIIIe siècle. Il sert pendant la guerre de Sept Ans. Capitaine du Juste, il est tué durant la bataille des Cardinaux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

François de Saint-Allouarn est le neveu du maréchal de Coëtlogon[1]. Son frère, Rosmadec de Saint-Allouarn, capitaine en second du Juste[2], meurt également durant la bataille des Cardinaux, le [1]. Son fils, Louis Aleno de Saint-Aloüarn, fait partie de l'expédition de Kerguelen aux terres australes[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

François de Saint-Allouarn s'engage comme garde-marine le [1]. Il devient lieutenant le , puis capitaine le [1].

Plan simplifié de la bataille des cardinaux, avec la position du Juste au moment de son naufrage.

Le , le Juste, sous les ordres de François de Saint-Alouarn, fait partie de l’escadre de 21 navires et de 5 frégates, commandée par l’amiral de Conflans, partie pour Cornwall dans une tentative d’invasion de l’Angleterre. La flotte française est interceptée par l’escadre de l’amiral Hawke le . Le Juste fait alors partie, avec deux autres navires, de l’arrière-garde de la flotte, menée par le vaisseau-amiral, le Soleil Royal[3]. Vers 14 h, l'avant-garde anglaise, composée d’une dizaine de vaisseaux, engage le combat avec l’arrière-garde française, rapidement submergée par le nombre. Le Soleil Royal, revenu soutenir cette arrière-garde, parvient à dégager le Juste[3]. Celui-ci est sérieusement endommagé, son capitaine ayant été tué et son gouvernail étant en partie hors d’usage. Il parvient néanmoins à s’éloigner vers le large et à venir mouiller à l’abri de la pointe de Penchâteau, où des réparations de fortune sont pratiquées[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Lacour-Gayet 1910, p. 528.
  2. Jacques Aman, Les officiers bleus de la marine française au XVIIIe siècle, Genève, Droz, coll. « Publications du Centre de recherches d'histoire et de philologie de la IVQ Section de l'École pratique des hautes études », , 201 p. (notice BnF no FRBNF34580551, lire en ligne), p. 23.
  3. a, b et c Carré 2011, p. 51.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]