Frères asiatiques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Ordre des frères et chevaliers de Saint-Jean l’évangéliste d'Asie en Europe connu également sous le nom de Frères asiatiques, est une obédience maçonnique allemande fondée en 1782 après le convent de Wilhelmsbad par Hans Heinrich von Ecker und Eckhoffen et son frère Hans Karl von Ecker und Eckhoffen.

Description[modifier | modifier le code]

L'ordre fut un précurseur de l'émancipation des Juifs dans l'Allemagne maçonnique en étant la première obédience à les accueillir en son sein, dans le cadre de loges dites "de Melkisédek".

Le rite s'inspire de la Rose-Croix d'or allemande et des Chevaliers de la lumière, et il comporte une série de cinq grades maçonniques, deux grades de probation et trois grades chevaleresques, à la fois alchimiques et kabbalistiques.

C'est le kabbaliste Ephraim Joseph Hirschfeld, mais surtout le frankiste Franz Thomas von Schönfeld, alias Junius Frey, alias Moses Dobruška, qui contribua le plus à donner à ce système maçonnique son contenu kabbalistique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Die Brüder St. Johannis des Evangelisten aus Asien in Europa oder die einzige wahre und ächte Freimaurerei nebst einem Anhange die Fesslersche kritische Geschichte der Freimaurerbrüderschaft und ihre Nichtigkeit betreffend von einem hohen Obern. Berlin 1803 bei Wilhelm Schmidt. (Digitalisat [1])
  • Jacob Katz: Der Orden der Asiatischen Brüder, in: Ders.: Zwischen Messianismus und Zionismus. Zur jüdischen Sozialgeschichte. Frankfurt am Main: Jüdischer Verlag 1993, p. 78f.
  • Jacob Katz, Juifs et franc-maçons en Europe, Cerf/CNRS éditions, Paris, 2011.
  • Gershom Scholem Du Frankisme au Jacobinisme : La vie de Moses Dobruška, alias Franz Thomas von Schönfeld, alias Junius Frey, Gallimard-Le Seuil, Paris, 1981.
  • Eugen Lennhoff/Oskar Posner/Dieter A. Binder: Internationales Freimaurer-Lexikon. Überarb. und erw. Aufl. München: Herbig 2002, S. 89f.
  • Karl R. H. Frick: Die Erleuchteten. Gnostisch-theosophische und alchemistisch-rosenkreuzerische Geheimgesellschaften zum Ende des 18. Jahrhunderts. Lizenzausgabe, Wiesbaden: Marix Verlag 2005 [p. 455–499].
  • Klaus S. Davidowicz: Die Kabbala. Eine Einführung in die Welt der jüdischen Mystik und Magie. Wien: Böhlau 2009 [p. 139–148].
  • Titus Malms: Carl Bohemann und der Untergang des Ordens der "Asiatischen Brüder" in Pyrmont. In: Quatuor Coronati-Jahrbuch 24 (1988), p. 71-107.
  • Franc-Maçonnerie Hermétique et Kabbalistique au XVIIIe Siècle : les Frères et Chevaliers de Saint Jean l'Évangéliste d'Asie en Europe, traduction française de l'ouvrage de Wilhelm Schmidt, édité, introduit et commenté par Jennifer Marty, Lawrence Deplanche et Fred MacParthy, Sesheta-Publications, Brestot, 2017 (ISBN 979-10-92176-14-8).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Page des Frères asiatiques sur le Frei Maurer wiki.