Île Flinders

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Flinders Island)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flinders.

Île Flinders
Flinders Island.
Flinders Island.
Géographie
Pays Drapeau de l'Australie Australie
Localisation Détroit de Bass
Coordonnées 40° 00′ S, 148° 07′ E
Superficie 1 333 km2
Administration

Géolocalisation sur la carte : Australie

(Voir situation sur carte : Australie)

Située dans le détroit de Bass, l'Île Flinders (en anglais : Flinders Island) est la principale île de l'archipel Furneaux, au nord-est de la Tasmanie.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

En 1795, Matthew Flinders explora la côte autour de Sydney dans un petit bateau appelé "Tom Thumb" (Tom Pouce). En 1798, avec George Bass, il fit le tour de la Tasmanie prouvant ainsi qu'il s'agissait bien d'une île. Le passage entre le continent et la Tasmanie fut appelé détroit de Bass alors que la plus grande des îles de l'archipel Furneaux fut appelée Flinders Island.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'île se situe à 141 km à l'est-sud-est du cap Wellington, sur la péninsule Wilson (État de Victoria). Au sud, l'île Flinders est séparée de l'île du Cap Barren par le Franklin Sound, un détroit orienté est-ouest et large de 7,7 km dans sa partie la plus étroite. Elle mesure 63 km de long pour 37 km dans sa plus grande largeur et a une superficie de 1333 km². Elle a 800 habitants répartis sur trois communes: Whitemark, Lady Barron et Killiecrankie.

Histoire[modifier | modifier le code]

À partir de 1830, après la Guerre noire, les Aborigènes de Tasmanie survivants - environ 200 individus - furent déplacés de force à Flinders Island. En 1838, seulement 80 Aborigènes avaient survécu. Bien que le gouvernement colonial britannique de Tasmanie ait conçu cette déportation dans une optique "d'effort civilisateur" et bien que les Aborigènes aient été persuadés de la nécessité de quitter la Tasmanie où ils étaient traqués par les colons, l'île n'offrait que peu de ressources naturelles suffisantes pour le maintien du niveau de vie des Aborigènes. À cet égard, certains historiens conçoivent la déportation des Aborigènes de Tasmanie vers Flinders Island comme une forme de 'condamnation à la mort lente' et Flinders Island comme une sorte de camp de concentration à ciel ouvert.[1]

Roman historique[modifier | modifier le code]

Plusieurs récits du roman historique de Matthew Kneale, Les Passagers anglais[2] ( English Passengers, 2000) , Paris, Belfond, 2002, qui se déroule au milieu du XIXe siècle, se passent sur cette île. L'ouvrage a été couronné du Whitbread Prize du meilleur roman et du meilleur livre de l'année 2000, et du Prix Relay du roman d'évasion 2002.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Stone, Dan. Concentration camps : a short history. Oxford, United Kingdom: Oxford University Press, 2017, page 14
  2. Fabrice Bensimon, « Matthew KNEALE, Les Passagers anglais », Revue d'histoire du XIXe siècle, n° 24, 2002, consulté le 19 avril 2015.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]