Flavien Maurelet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Flavien Maurelet
Flavien Maurelet au départ du Grand Prix Lorient Agglomération 2017, à Plouay.jpg
Flavien Maurelet au départ du Grand Prix Lorient Agglomération 2017.
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (27 ans)
SenlisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
2008SC Val d'Arré
2009VC Beauvais Oise
2010USSA Pavilly Barentin
2011-2014CC Nogent-sur-Oise
2015-2017GSC Blagnac Vélo Sport 31
Équipes professionnelles
Principales victoires

Flavien Maurelet, né le à Senlis (Oise), est un coureur cycliste français, membre de l'équipe Saint-Michel-Auber 93.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière amateur[modifier | modifier le code]

Après une saison passée au sein de l'USSA Pavilly Barentin, Flavien Maurelet intègre en 2011 l'effectif du CC Nogent-sur-Oise. Il décroche un succès au mois de septembre, à l'occasion de la deuxième édition du Tour des cinq communes à Maresquel-Ecquemicourt, en devançant ses deux compagnons d'échappée au sprint[1]. L'année suivante, il gagne une épreuve du Challenge mayennais, le Grand Prix de Saint-Lyé, et termine en fin de saison second de la Ronde mayennaise, derrière Yann Guyot[2].

En début d'année 2013, il prend la neuvième place du Grand Prix Souvenir Jean-Masse, première manche de la Coupe de France DN1. Ses résultats par la suite s'avèrent cependant en dessous de ses espérances, pour sa dernière saison en catégorie espoir (moins de 23 ans). Il parvient de nouveau à performer à partir du mois de juillet, en terminant septième de l'Étoile d'or. Au mois d'août, il s'adjuge le classement général du Challenge mayennais, après s'être classé troisième des deux premières épreuves, puis termine huitième du Grand Prix de la Saint-Laurent espoirs[3]. Il est malencontreusement contraint de stopper sa saison dès le mois de septembre, en raison d'une chute survenue sur le Tour de Seine-Maritime lui occasionnant une fracture du la styloïde radiale, à l'extrémité du radius[4].

Promu capitaine de route de son équipe en 2014, il commence à se consacrer pleinement au cyclisme en compétition à compter de cette saison-là, ayant obtenu avec succès son DUT[5]. Il signe son premier résultat significatif au mois de mars, en prenant la seconde place de Paris-Évreux[6]. Il réalise également quelques places honorifiques sur des épreuves élites nationales tout au long de l'année, se classant sixième d'étape sur le Tour d'Auvergne, septième du Grand Prix de Luneray, huitième des Boucles nationales du printemps et neuvième de Paris-Chauny. Non conservé néanmoins par sa formation, il décide de s'engager en faveur du GSC Blagnac Vélo Sport 31 pour la prochaine saison[7],[8].

Sous ses nouvelles couleurs en 2015, il se classe en mai troisième d'une étape sur le Tour du Loiret, et treizième sur le Prix des vallons de Schweighouse, étant lors de cette dernière le coureur le mieux classé de sa formation à l'arrivée[9]. Au mois de juillet, il termine sixième du Tour de la Dordogne, puis deuxième d'À travers le Pays Montmorillonnais, uniquement devancé par Jérémy Cabot[10]. En août, il se présente au départ du Tour de Tolède, une course par étapes espagnole. Il y remporte la cinquième étape, disputée sur 145 kilomètres entre Camarena et Guadamur[11], et conclut l'épreuve en cinquième position. Durant la saison 2016, il ne parvient pas à décrocher de succès, non sans obtenir de nombreux accessits en terminant troisième du Tour du Lot-et-Garonne (Coupe de France DN1)[12], du Tour de la Creuse, du Grand Prix de Bénéjacq, cinquième du Grand Prix de Biran et du Tour des Landes, sixième du Critérium des deux vallées, neuvième du Prix Marcel-Bergereau ou encore dixième du Grand Prix Pierre-Pinel.

Désormais entraîné par Niels Brouzes[13], il débute l'année 2017 par une victoire dès le mois de février, à l'occasion du Grand Prix d'ouverture Pierre-Pinel, en dominant dans un sprint à deux Grégoire Tarride[14],[15]. Il enchaîne le mois suivant par une cinquième place sur la première étape du Tour de Normandie, se finissant sur une arrivée pentue et difficile[16]. En avril, il est troisième du Critérium de Terrebourg, puis neuvième du Tour du Lot-et-Garonne en Coupe de France DN1. Le 27 mai, il signe son premier succès sur le circuit UCI à l'occasion de la première étape du Tour de Gironde, en devançant sur une arrivée difficile Mathieu Burgaudeau. Il endosse ainsi la première tunique de leader[17]. Troisième le lendemain, il se voit cependant dépossédé de son maillot jaune par l'Espagnol Pablo Torres, vainqueur de l'étape, et échoue ainsi au deuxième rang final[18]. Début juin, il devient champion de Midi-Pyrénées sur route dans le quartier de Fau, à Montauban[19]. Il se classe également par la suite neuvième de La SportBreizh, manche de la Coupe de France DN1, après en avoir porté durant un temps le maillot de leader. Au Tour Nivernais Morvan, il s'impose en costaud sur la première étape[20], et termine troisième du classement général. Six jours plus tard, il décroche sa plus grande victoire en devenant champion de France sur route amateurs, sur le circuit de Saint-Omer[21]. Vêtu désormais de son tout nouveau maillot tricolore, il se classe au milieu du mois de juin huitième de l'Étoile d'or (Coupe de France DN1) et quatrième du Souvenir Rousse-Perrin, deux épreuves du Challenge d'or[22]. Il brille ensuite au Tour de León, épreuve du calendrier amateur espagnol, où il gagne la première étape et termine cinquième du classement général. Durant ce mois de juillet, il signe un contrat professionnel en faveur de l'équipe continentale HP BTP-Auber 93, dont il intégrera l'effectif à partir de la saison 2018[23]. Ces bonnes performances attirent l'attention de l'entraîneur national Pierre-Yves Chatelon, qui le sélectionne en équipe de France pour participer au Tour de l'Ain[24]. Une grande satisfaction pour le coureur senlisien, sa dernière sélection en équipe nationale remontant aux rangs juniors[25]. Mi-août, il s'impose sur le Grand Prix de Bénéjacq, organisé dans le cadre des fêtes de la ville[26].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Après avoir fait ses débuts en 2018 au Grand Prix d'ouverture La Marseillaise (48e), il est ensuite aligné au Tour la Provence, conclut à une encourageante 28e place. Six jours plus tard, il se présente au départ du Tour du Haut-Var, où il est cependant hors délais dès le premier jour à Fayence, au terme d'une étape disputée sous des conditions météorologiques difficiles, en raison d'allergies. Au mois de mars, il prend la cinquième place de Le Poinçonnet-Limoges, compétition élite nationale remportée par son coéquipier Yoann Paillot[27]. Au printemps, il rentre parmi les 30 premiers sur le Grand Prix de Plumelec-Morbihan (18e) et les Boucles de l'Aulne (22e), deux manches de la Coupe de France, puis aux Boucles de la Mayenne (16e), avant de se distinguer sur les deux premières étapes de la Route d'Occitanie (12e et 7e). Au cours de l'été, il termine neuvième de Paris-Chauny, huitième de la Polynormande remportée par Pierre-Luc Périchon[28] et douzième du Tour du Limousin[29]..

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2017
UCI Europe Tour 758e[30]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Gachet, « Flavien Maurelet en voulait au moins une », sur directvelo.com,
  2. Pauline Baumer, « Flavien Maurelet aime la fin de saison », sur directvelo.com,
  3. Pauline Baumer, « Flavien Maurelet est prêt pour Montpinchon », sur directvelo.com,
  4. Pauline Baumer, « Flavien Maurelet plâtré pendant six semaines », sur directvelo.com,
  5. Nicolas Mabyle, « La Grande Interview : Flavien Maurelet », sur directvelo.com,
  6. Quentin Lafaye, « Flavien Maurelet a de nouvelles responsabilités », sur directvelo.com,
  7. Frédéric Gachet, « Trois arrivées au GSC Blagnac Vélo Sport 31 », sur directvelo.com,
  8. Quentin Lafaye, « Flavien Maurelet voulait changer d'air », sur directvelo.com,
  9. Gautier Duet, « Flavien Maurelet court à 100 % de ses capacités », sur directvelo.com,
  10. Nicolas Gachet, « A Travers le Pays Montmorillonnais : Les réactions », sur directvelo.com,
  11. Frédéric Gachet, « Vuelta Ciclista à Toledo - Et. 2 : Classements », sur directvelo.com,
  12. François-régis Olivier, « Tour du Lot-et-Garonne : Les réactions », sur directvelo.com,
  13. « Flavien Maurelet - Niels Brouzes, le duo de tous les succès », sur ouest-france.fr,
  14. Nicolas Mabyle, « Stratégie payante pour Flavien Maurelet », sur directvelo.com,
  15. « GP d'Ouverture Pierre Pinel — Flavien Maurelet ouvre en fanfare », sur velo101.com,
  16. Nicolas Gachet, « Flavien Maurelet : « Continuer ainsi » », sur directvelo.com,
  17. Freddy Guérin, « Flavien Maurelet : « Un effort de pur puncheur » », sur directvelo.com,
  18. Jean-Michel Ruscitto, « Flavien Maurelet : « J’aurais signé tout de suite » », sur directvelo.com,
  19. Frédéric Gachet, « Championnat Midi-Pyrénées : Classement », sur directvelo.com,
  20. Nicolas Mabyle, « Flavien Maurelet : « Dyball est favori » », sur directvelo.com,
  21. « Flavien Maurelet : « Je vais rester le même » », sur directvelo.com, nicolas mabyle et nicolas gachet
  22. Nicols Gachet, « Flavien Maurelet : « Je me sens respecté » », sur directvelo.com,
  23. Frédéric Gachet, « Flavien Maurelet pro en 2018 », sur directvelo.com,
  24. Pierre Lacoue, « Le bel été de Flavien Maurelet », sur ladepeche.fr,
  25. Antoine Pouillard, « Flavien Maurelet : « J'en avais très envie » », sur directvelo.com,
  26. Frédéric Gachet, « Grand Prix de Bénéjacq : Classement », sur directvelo.com,
  27. Nicolas Gachet, « Flavien Maurelet : « Faire un truc sympa » », sur directvelo.com,
  28. « Polynormande : Pierre Luc Périchon succède à Alexis Gougeard », sur cyclingpro.net, (consulté le 5 août 2018)
  29. Christian Cosserat, « Tour du Limousin - Et. 4 : Classements », sur directvelo.com, (consulté en 19août 2018)
  30. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2017 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 29 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]