Film 8 mm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 8 mm.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2015).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Caméra 8 mm

Le 8 mm est un format de film de cinéma amateur lancé en 1932 par Kodak utilisant une pellicule de 8 mm de largeur (image 4,9 × 3,6 mm, soit un rapport de 1,36:1). La première version, dite type R[1] ((en) reverse), utilisait un film de 16 mm avec des perforations particulières au format. Ce système a l'avantage de profiter des machines de développement 16 mm. On produit plus tard des bobines de film de 8 mm coupé dès avant la prise de vues. Initialement muet, le film pourra ensuite enregistrer un son magnétique sur une piste couchée entre les perforations et le bord avec un décalage de 56 images[2]. En 1965, il évoluera en Super 8 en gardant la même largeur mais avec des perforations plus petites, donc une image agrandie de 36 %, de meilleure qualité, et surtout, de maniement beaucoup plus pratique grâce à des cassettes facilitant le chargement et codant, par des encoches, la sensibilité du film[3].

Double 8[modifier | modifier le code]

L'intérieur d'une caméra Kodak 8 mm avec ses deux bobines

Le 8 mm « standard » s'est d'abord présenté sous la forme « Double 8 » : c'est-à-dire un film de 16 mm de large à deux rangées de perforations qui est chargé dans la caméra et dont la bobine est retournée une fois l'exposition de la première moitié du film réalisée. Cette manipulation devait se dérouler en lumière atténuée, les premières spires de film étaient voilées, les autres étant protégées par les joues de la bobine et la couche anti-halo[4]. Un inconvénient était qu'il arrivait de retourner une fois de trop le film et d'exposer deux fois la pellicule.

Le film était coupé en deux dans le sens de la longueur après le traitement dans les développeuses 16 mm et les deux parties collées bout à bout.

C'est sous le format double-8 que sont apparus les premiers films couleurs pour amateurs comme l'Agfachrome et le Kodachrome, disponible d'abord en 16 mm, développé sur les mêmes machines.

Les résultats obtenus étaient très corrects, souvent à la hauteur, voire meilleurs que le Super 8[réf. nécessaire].

De même c'est sous ce format que l'on a vu peu à peu l'automatisation progressive et le perfectionnement des caméras :

Le format n'a pas disparu : il est toujours possible de trouver de la pellicule vierge et donc de filmer en double 8[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. IS0 486.
  2. ISO 1201-1972.
  3. ISO 3067-1983.
  4. ISO 1020-1974.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]