Femke Van den Driessche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van den Driessche et Driessche.
Femke Van den Driessche
Femke van den driessche-1454767232.jpg
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (20 ans)
AsseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Langue maternelle
Spécialité
Équipes amateurs
2014 DJ-Matic Kortrijk
2015-2016 Kleur Op Maat-Corpellets-Sortimo
Équipes professionnelles

Femke Van den Driessche, née le à Asse, est une coureuse cycliste belge. Spécialiste du cyclo-cross, elle pratique également le cyclisme sur route et le VTT.

En tant que junior, elle est devenue championne de Belgique de cyclo-cross en 2011 et championne de Belgique de VTT en 2013.

Elle est la première cycliste à être officiellement inculpée de « dopage mécanique », lors des championnats du monde de cyclo-cross 2016.

Biographie[modifier | modifier le code]

Femke Van den Driessche naît le à Asse en Belgique[1].

En 2011, elle remporte le titre de championne de Belgique de cyclo-cross juniors. Membre de l'équipe Lotto Belisol Ladies à partir de 2012, elle gagne le titre de championne de Belgique de cross-country junior en 2013. Elle effectue sa saison 2014 au DJ-Matic Kortrijk. Elle entre dans l'équipe Kleur Op Maat-Corpellets-Sortimo en 2015 et devient championne d'Europe de cyclo-cross espoirs le 7 novembre à Huijbergen aux Pays-Bas. Le 10 janvier 2016, elle devient championne de Belgique de cyclo-cross espoirs mais ce titre lui est retiré en 2016 par l'Union cycliste internationale (UCI) à la suite de sa condamnation pour dopage technologique.

Dopage mécanique[modifier | modifier le code]

Le 30 janvier, alors qu'elle participe aux championnats du monde de cyclo-cross qui se déroulent sur le circuit de Zolder, en Belgique, l'UCI déclare avoir conservé pour de plus amples examens un des vélos d'une concurrente, dans le cadre de son règlement sur la fraude technologique[2]. Le vélo de Femke Van den Driessche, qui a abandonné la course sur incident mécanique lors du dernier tour, est conservé pour enquête[3], et un moteur électrique est découvert dans celui-ci[4],[5]. Le lendemain, la coureuse déclare « Le vélo n'est pas à moi, je n'aurais jamais triché », puis indique que ce vélo lui avait appartenu puis qu'il avait été revendu à un de ses amis avec qui elle s'entraîne régulièrement, « cet ami a reconnu le parcours [des Championnats du Monde] avec le vélo et il l'a déposé parmi ceux avec lesquels je roule. Un des mécaniciens, pensant qu'il s'agissait d'un de mes vélos, l'a nettoyé et l'a emporté [jusqu'au stand] »[6]. Femke Van den Driessche risque au minimum six mois de suspension et une amende pouvant varier de 18 000 à 180 000 €[6], mais l'UCI souhaite que la cycliste belge soit suspendue à vie pour marquer un signe fort dans la lutte contre la fraude technologique[7]. Le 14 mars, elle annonce qu'elle a décidé d'arrêter le vélo et renonce à se défendre devant l'UCI contre les accusations de dopage mécanique dont elle fait l'objet[8].

Le 26 avril 2016, elle est finalement suspendue par l'UCI six ans à compter du 11 octobre 2015 inclus, condamnée à payer une amende de 18 000 €, et est déchue de ses titres de championne d'Europe des moins de 23 ans et de championne de Belgique espoirs[9],[10],[11].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Palmarès en VTT[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de Femke Van den Driessche », sur http://www.siteducyclisme.net/
  2. « Déclaration de l'UCI », sur http://fr.uci.ch, Union cycliste internationale,  : « L'Union Cycliste Internationale (UCI) confirme qu'en vertu du Règlement UCI relatif à la fraude technologique une bicyclette a été conservée pour de plus amples examens suite aux contrôles effectués après l'épreuve Femmes moins de 23 ans des Championnats du Monde Cyclo-cross UCI 2016. Ceci ne concerne aucun des coureurs du podium. Plus de précisions seront données en temps voulu. »
  3. Christophe Da Silva, « Dopage mécanique : quelque cloche avec le vélo d'une cycliste belge », sur http://www.7sur7.be, 7 sur 7,
  4. Belga, « Un moteur sur le vélo de Femke Van den Driessche », sur http://www.7sur7.be, 7 sur 7,
  5. Le Monde avec AFP, « Cyclisme : le premier moteur caché découvert dans un vélo », sur http://www.lemonde.fr, Le Monde (consulté le 1er février 2016)
  6. a et b Maxime Segers, « Vélo à moteur : Femke Van den Driessche clame son innocence », sur http://www.directvelo.com,
  7. « Femke Van den Driessche : l'UCI veut frapper fort », sur 7sur7.be
  8. « Femke Van den Driessche arrête le vélo », sur sport.be
  9. « Six ans de suspension pour dopage technologique pour Femke Van den Driessche », sur lequipe.fr
  10. « Femke Van den Driessche suspendue six ans pour avoir caché un moteur dans son vélo », sur lesoir.be (consulté le 26 avril 2016)
  11. « Six ans de suspension pour Femke Van den Driessche », sur 7s7 (consulté le 26 avril 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :