FOCINE

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

FOCINE, ou Compañía de Fomento Cinematográfico (littéralement « Société de développement cinématographique »), est une institution d'État fondée en 1978 en Colombie afin d'administrer le fonds de soutien cinématographique qui avait été créé en 1976, puis disparue en 1993.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Compañía de Fomento Cinematográfico (FOCINE) est fondée le en Colombie, via le décret 1244, durant le mandat présidentiel d'Alfonso López Michelsen. Elle a pour mission d'administrer un « fonds spécial destiné exclusivement à financer l'industrie cinématographique » défini selon le décret 950 de 1976[1]. FOCINE était une institution d’État dépendant du Ministère des communications colombien, qui a permis la réalisation de vingt-neuf longs métrages ainsi que de nombreux courts métrages et documentaires[2]. Parmi tous les longs métrages suivis par FOCINE, un seul parvint à réaliser des bénéfices : Tiempo de morir (1986), un film qui se basa sur l'une des œuvres de l'écrivain colombien Gabriel García Márquez[3].

Cependant, la corruption au sein de FOCINE a conduit l'institution à déposer le bilan en 1993[2], entraînant une diminution de la production d’œuvres cinématographiques en Colombie[4]. Cette décision fut validée via le décret 2125 du 29 décembre 1992[5].

La fin de FOCINE n'a cependant pas empêché les réalisateurs de produire sans aide de l’État par la suite[4]. C'est par exemple le cas de La Petite Marchande de roses qui a été produit grâce au travail et aux ressources du réalisateur Erwin Gögel sous la direction de Víctor Gaviria en 1998[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rito Alberto Torres Moya, « Los López: Pumarejo, Michelsen y Caballero en el audiovisual colombiano » (consulté le )
  2. a et b (es) Histoire du cinéma en Colombie, María Consuelo Araujo Castro, Ministra de Cultura, Tomado del libro Largometrajes Colombianos en Cine y Video, 2005
  3. (es) « Historia de un fracaso », Semana,‎
  4. a b et c Julián David Correa, « Douleur & diversité : le cinéma et la violence contemporaine en Colombie », dans Ouvrage collectif, Cinémas d'Amérique Latine, Toulouse, Presses universitaires du Mirail (no 12), , 189 p. (ISBN 9782858167227), p. 141-148
  5. (es) « FOCINE: la toma final », El Tiempo,‎ (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]