Ergativité scindée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

On parle d'ergativité scindée (split ergativity en anglais) lorsque la structure d'actance d'une langue présente des caractéristiques de l'alignement accusatif dans certaines situations, et des caractéristiques de l'alignement ergatif dans d'autres. Les conditions régissant l'emploi de l'un ou l'autre dépendent des langues.

Conditions de la scission[modifier | modifier le code]

Présence d'un participant au discours[modifier | modifier le code]

En dyirbal ou en sahaptin, le modèle employé peut changer en fonction de la personne des pronoms employés. Dans la première, la construction des phrases peut prendre une tournure accusative si un pronom de la première ou de la deuxième personne est employé. C'est donc la présence d'un des participants au discours qui change le comportement syntaxique des actants. On peut assimiler cette distinction au niveau d'animéité de ces pronoms, hiérarchiquement supérieurs à une personne qui n'est pas présente ni adressée (troisième personne).

En sahaptin, le suffixe ergatif n'apparaît que sur le sujet à la troisième d'un verbe transitif quand son objet est une deuxième ou une troisième personne.

Sahaptin ku=š i-q̓ínu-šan-a ína wínš-nɨm
Formes grammaticales et-1S 3S.NOM-voir-IMPERF.PAS moi homme-ERG
Français Et l'homme me vit
Sahaptin ku=nam i-q̓ínu-šan-a ína wínš-nɨm
Formes grammaticales et-2S 3S.NOM-voir-IMPERF.PAS 2S-ACC homme-ERG
Français Et l'homme te vit
Sahaptin ku i-q̓ínu-šan-a paanáy wínš
Formes grammaticales et 3S.NOM-voir-IMPERF.PAS 3S homme
Français Et l'homme le vit

Il faut aussi noter que le sahaptin est une langue directe-inverse amenée à marquer l'ergatif sur le sujet à la 2e personne d'un verbe transitif dont l'objet est à la 1re personne.

Perfectivité[modifier | modifier le code]

Dans les langues indo-iraniennes, les actants sont marqués selon un modèle ergatif avec le l'aspect perfectif, et selon un modèle accusatif avec l'aspect imperfectif. D'autres langues proches associent le temps du passé à l'ergativité.

En hindoustani par exemple, le sujet d'un verbe transitif perfectif à la voix active suit un modèle ergatif, mais n'importe quel autre aspect suit un modèle nominatif.

Hindoustani लड़का किताब ख़रीदता है
Romanisation laṛkā kitāb xarīdtā hai
Formes grammaticales garçon-NOM livre-NOM acheter-IMPERF être-PRE
Français le garçon achète un livre
Hindoustani लड़के-ने किताब ख़रीदी
Romanisation laṛke-ne kitāb xarīdī
Formes grammaticales garçon-ERG livre-NOM acheter-PERF
Français le garçon a acheté un livre

Dans les exemples ci-dessus, les formes grammaticales ne relevant pas de la structure d'actance ont été retirées.

Accord et déclinaison[modifier | modifier le code]

Dans diverses langues austronésiennes, le modèle ergatif est utilisé quand les actants sont déclinés, et le modèle accusatif s'ils sont accordés.

Agentivité du verbe[modifier | modifier le code]

En dakota, qui est une langue active, l'actant unique de verbes intransitifs actifs comme « courir » est marqué tel un agent transitif (sur un modèle accusatif) tandis que les verbes intransitifs inactifs comme « se tenir debout » sont marqués comme un objet transitif (sur un modèle ergatif).

Autres conditions[modifier | modifier le code]

Une autre condition possible de la scission ergative est la distinction faite d'emphase, de contraste ou de clarté. Dans les langues tibéto-birmanes notamment, le modèle ergatif est trouvé exceptionnellement dans le discours emphasé, mais il devient très communquand les actants sont des données obtenues d'un discours ; dès lors, le modèle peut être ergatif régulier, ergatif scindé et même ergatif actif[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Scott DeLancey, « “Optional” “ergativity” in Tibeto-Burman languages », Academia,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]