Ercole Bernabei

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernabei.
Ercole Bernabei
Description de l'image Ercole Bernabei.jpg.

Naissance
Caprarola, Flag of the Papal States (pre 1808).svg États pontificaux
Décès
Munich, Drapeau de l'Électorat de Bavière Électorat de Bavière
Activité principale Compositeur, chef de chœur
Lieux d'activité Rome, Vatican, Allemagne
Maîtres Orazio Benevoli
Descendants Giuseppe Antonio Bernabei, Vincenzo Bernabei

Ercole Bernabei est un compositeur italien, né à Caprarola en 1622 et mort à Munich le . Compositeur de l'époque baroque, il est actif principalement à Rome et en Bavière.

Biographie[modifier | modifier le code]

Compositeur romain, il a été l'élève à Rome d'Orazio Benevoli. Le est attestée sa présence en tant que joueur de basse continue aux célébrations religieuses de l'église Saint-Louis-des-Français, où Benevoli en fait tenait le poste de maître de chapelle. Par la suite, en 1653, il a succédé au compositeur et organiste Luigi Rossi à la tribune de l'orgue de cette même église; il a occupé ce poste jusqu'en 1658, quand il a été remplacé temporairement par Ercole Pastorelli. Rétabli à ce poste l'année suivante, il a continué son service à Saint-Louis jusqu'en , quand il a été nommé maître de chapelle de la basilique Saint-Jean-de-Latran. En 1667, il obtient également la direction de la chapelle de Saint-Louis-des-Français, succédant à Antonio Maria Abbatini, un poste qu'il a occupé jusqu'en juin 1672 lorsque, grâce à l'appui de la reine Christine de Suède, il est devenu directeur de la Cappella Giulia au Vatican, poste laissé vacant par Benevoli.

Deux ans plus tard, cependant, il a été invité à devenir maître de chapelle du prince Ferdinand-Marie de Bavière, succédant Johann Kaspar Kerll. Par conséquent il a quitté Rome pour se rendre à Munich, la ville où il restera le restant de sa vie. À la cour de Bavière, Bernabei a mis en scène certaines de ses œuvres et a eu comme assistant de futur compositeur Agostino Steffani. Malgré tout cela, il n'était pas particulièrement heureux de rester dans la capitale bavaroise et avait prévu de retourner en Italie dès que possible, chose qu'il n'a pu jamais faire, puisqu'il décédé le , 1687.

Il était à la tête d'une famille de musiciens. Nous rappelons en particulier son fils aîné Giuseppe Antonio Bernabei (it) et son plus jeune fils Vincenzo Bernabei.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre est influencée par le courant des lamenti sacrés qui mettaient en valeur la voix de soprano seule, accompagnée d'une basse continue. Il en écrivit plusieurs, poussant ce genre jusqu'aux limites du chant solo sacré.

Un seul de ses lamenti nous est parvenu, il s'agit du motet Heu me miseram et infelicem, actuellement conservé sous forme de manuscrit à la bibliothèque du British Museum de Londres.

Opéras[modifier | modifier le code]

  • La conquista del vello d'oro in Colco, livret de D. Gisberti, 1674, Munich ;
  • I portenti dell'indole generosa, ovvero Enrico terzo imperatore, duca di Baviera, livet de D. Gisberti, 1675, Munich ;
  • Il litigio del cielo e della terra, livret de V. Terzago, 1680, Munich ;
  • Erote ed Anderote, livret de V. Terzago, 1686, Munich.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Concerto madrigalesco, pour trois voix et basse continue, 1669, Rome ;
  • Sacrae modulationes op. 2, pour 5 voix, 2 violons et basse continue ;
  • 2 messes pour 16 chanteurs

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]