Ephraïm Grenadou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ephraïm Grenadou
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Ephraïm Hermann Moïse GrenadouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Œuvres principales
Grenadou, paysan français (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Ephraïm Herman Moïse Grenadou, né le à Saint-Loup et mort le à Nogent-le-Phaye, est un paysan français, objet d'un livre à succès d'Alain Prévost en 1966.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un ouvrier agricole, puis petit exploitant agricole, Ephraïm Grenadou qui à 10 ans garde les oies et couche dans l'écurie, quitte l'école à 11 ans et devient charretier à 14 ans, puis développe ses propres cultures, après que son beau-père lui a cédé sa ferme en 1922 et qu'il ait repris celle de son père en 1928. En 1959, il rencontre Alain Prévost qui vient d'acheter dans le village de Saint-Loup une résidence secondaire. Partageant tous deux la passion de la chasse, les deux hommes sympathisent. De leur amitié va naître Grenadou, paysan français, Prévost enregistrant au magnétophone leurs conversations. D'un manuscrit de 1 200 pages, l'écrivain tirera un livre de 250 pages.

L'ouvrage raconte à travers la vie d'Ephraïm Grenadou toute l'évolution d'une région et d'une société, d'un village de 420 habitants dans la jeunesse d'Ephraïm, à celui de 250 lors des entretiens, d'une école de 50 élèves à celle de 18, etc. Et les guerres qui ont bouleversé les vies, les techniques de production qui ont changé[1].

Alain Prévost et Ephraïm Grenadou reçoivent le Prix Eugène Le Roy en 1966 des mains d'Edgar Faure alors ministre de l'Agriculture[2].

En , à l'occasion de ses noces d'or, il fait l'objet d'un reportage télévisé diffusé sur la Première chaîne de l'ORTF à 20h 30 dans le cadre de l'émission Les Provinciales de Jean-Claude Bringuier et Hubert Knapp[3].

Marié le 27 octobre 1919 avec Alice Moulard, Ephraïm Grenadou est le père de trois filles : Aurore (1925), Eliane (épouse d'André Richer) et Janine, et le grand-père de sept petits-enfants.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Prévost, Grenadou, paysan français, préface de Claude Mesliand, Le Seuil, 1966 (réédité à plusieurs reprises depuis 1978 dans la collection Points-Histoire) (ISBN 978-2-02-004825-5)
  • Jean-René Trochet, Maisons paysannes en France et leur environnement, XVe-XXe siècles, 2006, p. 126

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Françoise Cribier, Grenadou, paysan beauceron, Annales de géographie, no 421, 1968, p. 342-344 (Lire sur Persée)
  2. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 21 décembre 1966 : Edgar Faure à Grenadou : Vous êtes formidable
  3. L'Écho républicain de la Beauce et du Perche, 18 septembre 1970 : Provinciales ou les noces d'or de Grenadou, lundi soir, sur la première chaîne

Liens externes[modifier | modifier le code]